Recherche avancée       Liste groupes



      
SYNTHPOP  |  COMPILATION

L' auteur
Acheter Cet Album
 



SOFT CELL - Memorabilia - The Singles (1991)
Par WALTERSMOKE le 25 Octobre 2013          Consultée 902 fois

Dans le cinéma de mon quartier, avant la projection d'un film, les employés mettent toujours un peu de musique, afin de faire patienter le public. Cette tradition ancestrale possède un certain charme, du moins si le choix effectué est bon. Manque de bol, ces derniers temps, c'est la variété de supermarché qui est de rigueur en attendant de voir Superman à l'écran. C'est horrible, horrible d'entendre Les neiges du Kilimandjaro et autres oubliés de la cause. Les chansonnettes anglaises des sixties étaient plus intéressantes à l'écoute. Et quitte à innover, autant prendre un disque incongru, comme Memorabilia de SOFT CELL. Quoiqu'il ne s'agit pas vraiment d'un album de SOFT CELL.

Memorabilia – The Singles est en réalité une gross entourloupe, et cela se voit dès la pochette. En effet, le disque est estampillé « Soft Cell with Marc Almond ». D'ailleurs, seul ce dernier apparaît sur la pochette, sous un beau jour. Cette appelation présente bien le contenu du disque, puisqu'il mêle les tubes de SOFT CELL avec des chansons d'Almond en solo. Les raisons d'une telle sortie sont des plus évidentes : relancer Almond en solo et grappiller des sous. Toutefois, pour qui ne connait que SOFT CELL, Memorabilia présente un certain intérêt à introduire au répertoire du chanteur du groupe.

Au niveau de la forme, Memorabilia est assez simple. Sur l'édition originelle de 1991, la face A est dédiée à Soft Cell et la face B à Almond, avec l'exception de "Where The Heart Is '91". Ce '91 a le don d'interpeller, et ce d'autant plus que d'autres chansons, comme "Memorabilia" et "Tainted Love" le possèdent. C'est la manière explicite de dire que ces chansons ont été réinterprétées, afin de se conformer au son du début de la décennie. Tentative qui malheureusement tombe à l'eau. La superficialité est reine sur Memorabilia. Rien qu'au niveau de la musique, le trou d'air artistique est aussi gros que celui de la couche d'ozone. Les chansons ne sont pas totalement défigurées, mais les ajouts de boite à rythmes dance n'étaient absolument nécessaires. Le pire reste cependant, et de loin, Marc Almond. Il chante vraiment bien, sauf qu'il prend la peine ici de forcer ses émotions, de prendre une intonation putassière à chaque interprétation ou presque. Le « sommet » est atteint sur "Where the Heart Is '91", démolissant de loin comme de près la version originale. Curieusement, seul l'inédit "Torch" n'a pas été rejoué, un choix étonnant dans la logique de la compile. Quant aux titres d'Almond en solo ou presque, ils sont pour le moins anecdotiques, à tel point qu'on a du mal à s'attarder dessus.

Memorabilia – The Singles est parti sur de mauvaises bases, et a abouti à un résultat proche de l'atrocité. A la rigueur, s'il faut vraiment écouter une compilation de SOFT CELL sortie à la même période, mieux vaut encore écouter Down in the Subway, qui n'éclipse pas This Last Night in Sodom et contient deux inédits. A ne pas écouter, surtout si l'on ne connait pas SOFT CELL.

A lire aussi en NEW-WAVE par WALTERSMOKE :


LADYTRON
Gravity The Seducer (2011)
Nouveau changement de cap




OMD
Architecture And Morality (1981)
Oh mon dieu, qu'avons-nous fait ?


Marquez et partagez





 
   WALTERSMOKE

 
  N/A



Non disponible


1. Memorabilia '91
2. Tainted Love '91
3. Bedsitter
4. Torch
5. What
6. Say Hello Wave Goodbye '91
7. Where The Heart Is '91
8. I Feel Love (medley)
9. Tears Run Ring
10. A Love Spurned
11. Something's Gotten Hold Of My Heart



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod