Recherche avancée       Liste groupes



      
ELECTRO/COLD-WAVE  |  E.P

L' auteur
Acheter Cet E.P
 



TRISTESSE CONTEMPORAINE - Woodwork (2013)
Par JOVIAL le 12 Juillet 2013          Consultée 715 fois

Décidément, la mode depuis quelques années chez les groupes français, c’est bien de sortir un EP juste après son premier album. On galère pendant trois-quatre ans avant de parvenir à enfin sortir son petit bébé et puis hop, une fois dans les bacs, on le complète par un petit EP l’année suivante, histoire de garder les éventuels nouveaux fans en haleine en leur disant « la suite arrive les gens, pas d’inquiétude voyons ! ». Ou alors c’est parce qu’on a la flemme de faire plus, ou qu’on y arrive pas, j’en sais fichtrement rien.

TRISTESSE CONTEMPORAINE n’échappe pas à la règle, évidemment puisque sinon mon introduction ne servirait à rien. Woodwork est donc ce fameux petit EP qui vient compléter Tristesse Contemporaine, premier du nom. Compléter dites-vous ? Difficile à dire. La patte du trio nippo-suédo-américain y est encore des plus reconnaissables, mais l’auditeur aura tout de même la triste impression que le côté cold-wave de sa musique, sans doute le plus intéressant au passage, ne se retrouve qu’en de rares endroits (« Waiting », « Vampires »), au profit de sonorités plus electro pour lesquelles TRISTESSE CONTEMPORAINE se fait plus chaleureux, plus glam, plus catchy. Exit les ambiances brumeuses, parfois planantes, du premier disque, de même que ces percussions auparavant judicieusement employées, le jour se lève plus directement sur Woodwork, souvent au moyen de morceaux très énergiques, pour ne pas dire tout simplement dansants.

Dans l’ensemble cet EP reste fort sympathique, mais l’on ne peut que déplorer son relative manque d’originalité. « Waiting » est ainsi une redite d’« In The Wake », « Low Tide » se révèle comme un exercice périlleux de morceau electro vu et revu depuis des siècles, tandis que « Woodwork » est d’une simplicité effarante pour un groupe aux arrangements alors si travaillées et bourrés de bonnes trouvailles sur l’album éponyme. On laissera également de côté ce remix de « Waiting » qui ne diffère aucunement de l’originale, hormis dans la présence de quelques effets électroniques des plus inutiles, qui nous ferait presque croire que, oui, « Waiting (Acid Washed Remix) » est … un remix. Seule la nocturne « Vampires », courte mais majestueuse, mérite finalement toute notre attention, avec cette basse atmosphérique et pesante et son aura intimiste.

Agréable à l’écoute, sauf peut-être pour le morceau éponyme assez chiant il faut l’avouer, Woodwork est toutefois une sortie assez décevante, et on sent que TRISTESSE CONTEMPORAINE assure ici le minimum syndicale sans vraiment se fouler non plus. Son unique mérite est de nous intriguer quand à la suite des événements, ce que tout bon EP post-premier album se doit de faire : « Alors les gens, vous pensez qu’on va faire quoi maintenant ? ». Justement, on attend de voir.

2,5/5

A lire aussi en MUSIQUE ELECTRONIQUE par JOVIAL :


NEU!
Neu! (1971)
Intemporel

(+ 1 kro-express)



FEVER RAY
Mercy Street (2010)
Fever Ray reprend du Peter Gabriel !


Marquez et partagez





 
   JOVIAL

 
  N/A



- Maik (chant)
- Narumi (claviers/chant)
- Leo Hellden (guitare)


1. Waiting
2. Vampires
3. Woodwork
4. Low Tide
5. Waiting (acid Washed Remix)



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod