Recherche avancée       Liste groupes



      
POP  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


Lily ALLEN - Sheezus (2014)
Par MARCO STIVELL le 29 Mai 2014          Consultée 1733 fois

Il aura bien fallu cinq ans à Lily ALLEN pour se décider à revenir sur le devant de la scène. La jolie brunette qui possède l'accent Cockney le plus adorable de la british pop actuelle ne pouvait en effet se contenter d'un tel raccrochage après un départ aussi marquant. Alright, Still, propos adolescent et tubes à la pelle, avait fort justement retenti en 2006 à raison de six millions de copies écoulées ; It's Not me, It's you confirmait ensuite le talent de la chanteuse et se posait en véritable chef-d'oeuvre de l'année 2009, plus adulte et dreamy que le précédent mais moitié moins soutenu en termes de ventes, on se demande bien pourquoi... *rires du public*

Lily ALLEN, craquante et provocante, établie désormais en tant que Mrs Cooper, a eu le temps de faire deux enfants et de flâner sur Twitter à l'envi (ou serait-ce l'ennui ?), avant de se convaincre qu'en dehors de sa famille, la création, la musique, la scène demeurent ses premières raisons de vivre. Toutefois, à peine de retour et alors qu'elle boucle Sheezus, son « number three », elle ne laisse aucun doute, affirme que le prochain album, le quatrième, sera son dernier... La suite au prochain épisode. En avant-première, elle enregistre pour Noël une reprise de Keane, « Somewhere Only we Know », dans une ambiance située quelque part entre BIRDY et ENYA.

C'est là que Sheezus vient nous surprendre en ce printemps 2014, car l'univers choisi n'a absolument rien à voir avec la sucrerie susmentionnée... La pochette dégage un parfum outrageusement bling-bling de production electro-r'n'b, présence de Timbaland avec un léger coup de main de RedOne sur un ou deux titres. À vingt-huit ans (au moment de la photographie), Lily ALLEN est devenue femme, jeune maman aux rondeurs délicieuses, à l'humour anglais toujours appréciable, mais qui semble ici tenter on ne sait quel coup où superficialité rime avec vulgarité et surtout rentabilité. Ce que beaucoup de chanteuses pop ont fait avant elle et qui n'est au fond, guère surprenant...

Fort heureusement, en termes de production, on se contente d'un passage en coup de vent de DJ Dahi et de Shellback dans le studio, tenu par ce cher Greg Kurstin qui était l'architecte des deux premiers albums et dont il ne renie guère le travail ici. Le revers de la médaille, c'est que c'est en grande partie à lui que l'on doit le traitement préssenti. Concernant Lily en tant que parolière, on se souvient d'un style appliqué, parfois provocant, pour ne pas dire crade, mais avec la particularité d'un regard critique sur notre société actuelle. « URL Badman » et « Insincerely Yours » conservent cette trame, essentiellement. Le reste nous offre les réponses de la jolie chanteuse à un mari particulièrement aimant et dévoué, appels intimes souvent testostéronés qui se soldent par de nombreuses mentions « Explicit lyrics », pour prévenir les parents et les puritains...

Le monde de la célébrité imprègne la chanson « Sheezus », clin d'oeil à Kanye West dans son titre, à LORDE, Lady GAGA et RiRi alias RIHANNA dans le texte. Le ton est acerbe au point que la chanteuse glisse l'argument menstruel, chose toute naturelle en soi mais raison suffisante pour qu'elle ne puisse faire de « Sheezus » son single. Vive la censure et l'hypocrisie... Quant aux instrus et à la prod de DJ Dahi, elles confirment les craintes anticipées par un titre r'n'b lent et hyper-factice. Les radios préfèrent assurément le plus léger « Air Balloon » auquel le suédois Shellman est préposé. Plus mélodique, infantile, mais pas forcément reluisant. Le traitement de Greg Kurstin sur le reste des morceaux est naturellement plus léger, quoique reprenant certains tics comme les boites à rythmes, pitchs de voix et autres effets clinquants, sans doute dans un souci d'unité. Tout cela porte désormais les noms d'« Anti-pop », « Bubblegum Pop »... Certains exemples se démarquent néanmoins, comme « Hard Out Here » et « Close your Eyes », nu-soul plutôt classieuse.

Si « L8 CMMR » déçoit et « Insincerely Yours » se retient avant tout pour ses paroles, on retrouve l'univers de Lily ALLEN tel qu'on a pu l'apprécier sur les dreamy « Our Time » et « Take my Place », le carribéen « Life for me » évoquant un « LDN » plus adulte, ou encore « As Long as I Got You », savoureux mélange rhythm'n'blues-cajun faisant écho au « Not Fair » de l'album précédent. On sent surtout que cet album sert à remettre la chanteuse sur les rails, quitte à glisser un interlude (en fin d'album ?) insignifiant et à se formater davantage. Mais la voix est toujours là, et avec un peu d'indulgence, on passera sur l'emploi d'Autotune. En tant qu'admirateur de Lily ALLEN, Sheezus est un retour en demi-teinte qui nous fait espérer pour la prochaine expérience, une meilleure conclusion -faisons comme si, hé hé...

A lire aussi en POP par MARCO STIVELL :


DISNEY
Le Roi Lion (1994)
"c'est l'histoiiiire, l'histoire de la viiiiie..."




Ronnie CARYL
Leave A Light On (1994)
Soul à l'anglaise


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



Non disponible


1. Sheezus
2. L8 Cmmr
3. Air Balloon
4. Our Time
5. Insincerely Yours
6. Take My Place
7. As Long As I Got You
8. Close Your Eyes
9. Url Badman
10. Silver Spoon
11. Life For Me
12. Hard Out Here
13. Interlude
14. Somewhere Only We Know (bonus Track)



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod