Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK POP  |  STUDIO

Commentaires (2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : U2, The Silencers
- Membre : Big Country
 

 Simple Minds (1358)

SIMPLE MINDS - Black & White 050505 (2005)
Par BNJ le 12 Septembre 2005          Consultée 5961 fois

Ne nous voilons pas la face plus longtemps, c’est une période assez difficile pour nous autres les trentenaires. Les groupes qui nous ont fait danser dans les sous-sols éclairés par des spots multicolores bricolés sur du contreplaquée maison, le tout sur parfum de Malibu Coca ne sont plus vraiment ce qu’ils étaient. Il faut se résigner, U2 ne nous refera jamais un « Joshua » et un « Achtung », DM n’accouchera pas d’un nouveau « Violator » ou « SOFAD » et il est inutile d’espérer de Cure un « Wish » des années 2000. Et Simple Minds alors ? Simple Minds, le canard boiteux de ce carré d’or des années 80 (et début 90), peut il encore nous faire rêver comme du temps de « Street Fighting Years » ou de « Real Life » ???
La réponse est non.
Mais…

Que peut nous offrir aujourd’hui la bande à Kerr ? Est-ce possible de retrouver la verve des grands albums vantés par la promo de ce « Black & White 050505 » ? Parce qu’après le trop rock pour être honnête « Good News » en 1995, le trop nul pour être écouté « Néapolis » 3 ans plus tard, il aura fallu quand même 3 albums plutôt réussis (le cover album « Néon Light », le groovy « Cry » et surtout l’album secret « Our Secrets are the Same ») pour nous donner envie de croire à nouveau au groupe de Glasgow.

Mais bon cette fois ci c’est la bonne, Kerr et ses acolytes le jurent à qui veut bien l’entendre, c’est le retour du gros son des succès d’antan, un rock puissant et mélodique à base de « la la laaaa » pour faire chanter le public au concert. Et c’est d’ailleurs ce qu’on serait tenter de croire quand débute l’album avec « Stay Visible », superbe titre de plus de 5 minutes pendant lequel, c’est vrai, le grand Simple Minds est de retour. Longue intro au piano et synthé suivi par la guitare stridente de Burchill pour un mini solo du meilleur effet. Et comme Mel Gaynor a enfin enlevé ses moufles, le titre acquiert bien vite une belle dimension, surtout que Jim Kerr assez est en forme. Chanson épique, « Stay Visible » est en tout cas la preuve que quand il s’en donne la peine, le groupe est capable de survoler à nouveau les sentiers musicaux.
Ensuite, il faut bien l’avouer, on redescend quand même un peu. Ce n’est pas que « Home », le premier single de l’album, soit un mauvais titre, mais il n’est à mon avis pas représentatif du son mélodique dont peut se prévaloir Simple Minds. Chanson un brin linéaire, elle pourrait toutefois, à force de passage radio (on peut toujours rêver…), faire un petit bout de chemin. Le titre confirme malgré tout que le groupe a largement mieux produit cet album que les précédents, tant le son y est clair et la voix de Kerr parfaitement intégré dans l’ensemble. Passons en revanche sur « Stranger » qui ressemble trop à « Beautifull Stranger » de Madonna (et oui !) malgré son « la la la » un peu opportuniste pour arriver à « Different World », titre tout droit sorti de la période « Good News ». Refrain de série B., mélodie (trop) facile, synthé un rien gênant, mon dieu qu’il est facile de tomber dans ses vieux travers.
Mais ce n’est pas grave car arrive ensuite « Underneath The Ice », chanson très lente et envoûtante. Le tempo lent associé à la nappe de synthé donne un ton grave, menaçant à la chanson, même si Jim Kerr se fait gracieux dans son phrasé. Encore une fois parfaitement produite, le titre bénéficie d’une ambiance vraiment particulière. On aurait presque voulu lui ajouter une petite minute supplémentaire pour que le groupe développe un peu plus ce mini univers si particulier. Une belle réussite en tout cas. « Jeweller », ensuite, ou comment Simple Minds a la facilité d’énerver ses fans à moindre frais. Cette chanson est en effet un remake de « Jewel to the Stars », issu de l’album « Our Secrets are the Same ». Alors certes, personne ne connaît ce (très bon) album, mais quand même. On peut enrager d‘un tel procédé. Mais bon, pour rester positif, on va dire que cette version est meilleure que la précédente. Mais quand même…
L’ombre de Dave Stewart plane sur « Black and White » ou Jim Kerr semble particulièrement triste. Mais le chanteur excelle dans l’art de se donner un air impliqué dans ses chansons revendicatrices. Ne boudons pas notre plaisir. La chanson est belle et ça fonctionne complètement. « Kiss the Ground » arrive ensuite. Rock classique, il est surtout intéressant par ses changements de rythme réguliers. Là encore, la rythmique volontaire de Gaynor fonctionne très bien. Honnête.
L’album se conclue enfin par « Dolphins », qui est un véritable chef d’œuvre. On peut dire que l’album s’ouvre et se ferme magistralement. Chanson très lente et belle, « Dolphin » distille une atmosphère qui oscille entre rêve et paradis. Là encore le synthé est omniprésent. La guitare de Burchill est à la fois légère et grave et les envolées lyriques sont en tous points réussis. Kerr, à fleur de peau, joue habilement des graves. Simple Minds parvient une nouvelle fois à créer un univers musical cohérent et planant. C’est tout simplement magnifique.

« B&W 050505 » est incontestablement le meilleur album du groupe depuis « Real Life ». Ce n’était pas difficile, me direz-vous, mais il souligne toutefois la capacité (certes moins fréquente) que le groupe a, quand il prend la peine de réfléchir à ce qu’il sait faire de mieux, de livrer un album ambitieux et élégant, hors de temps, qui s’inscrit en définitive parfaitement dans le vrai son du groupe.
Simple Minds, enfin, est de retour…

A lire aussi en ROCK par BNJ :


BLACKFIELD
Blackfield (2004)
Une merveille de rock mélodique

(+ 1 kro-express)



MARJORIE FAIR
Self Help Serenade (2005)
Pour une nuit de doutes


Marquez et partagez





 
   BNJ

 
  N/A



Non disponible


1. Stay Visible
2. Home
3. Starnger
4. Different World
5. Underneath The Ice
6. Jeweller
7. Black And White
8. Kiss Teh Ground
9. Dolphins



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod