Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK VINTAGE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

2009 Before The Fire
2011 Pressure & Time
2012 Head Down
2014 Great Western Valkyri...
2016 Hollow Bones
2019 Feral Roots
 

- Style : The Devil's Blood , Blues Pills
 

 Site Officiel (738)

RIVAL SONS - Great Western Valkyrie (2014)
Par RED ONE le 19 Juillet 2014          Consultée 2066 fois

J'ai un problème avec ce quatrième album des RIVAL SONS : il m'ennuie prodigieusement. Non pas que le disque soit mauvais, non non. Simplement, je ne ressens rien d'autre qu'une certaine indifférence face à son contenu, voire une profonde lassitude. Une sale impression que ce groupe, dont je disais le plus grand bien il y a encore deux ans, est en train de devenir tellement "mainstream" que leur musique me laisse finalement totalement de marbre.

Une chose est certaine : Great Western Valkyrie est l'album du changement pour les RIVAL SONS. Le look des musiciens, déjà, a changé : nouvelles coupes de cheveux pour les deux leaders Jay Buchanan (chant) et Scott Holiday (guitare), costards un peu plus haut de gamme, cravates bien coupées, moustache de Scott Holiday bien gominée... Vous me direz que tout cet attirail vestimentaire n'est probablement là que pour la promotion de l'album, mais ce n'est assurément pas sans lien avec l'image que le groupe désire désormais renvoyer à son public.
Peu après la sortie de cet album, un ami me faisait remarquer que le changement de look des RIVAL SONS lui faisait penser à celui de METALLICA durant la période Load/ReLoad. Comme si les Fils Rivaux, désormais en première page de tous les plus gros canards rock de la planète, avaient décidé de rentrer eux aussi dans le rang pour plaire à un public bien plus large. À vouloir paraître mieux sapé, le groupe serait-il donc finalement devenu "bling bling" ?
Autre changement majeur, et pas des moindres : le line-up du groupe. Exit ainsi Robin Everhart, bassiste sur les trois premiers opus, et bonjour à Dave Beste, dont la longue chevelure blonde fait presque tâche au milieu des autres membres du groupe. Un changement de bassiste, quoi qu'en disent certains, c'est toujours un signe que quelque chose n'est plus tout à fait comme avant au royaume de Danemark...

Premier constat rassurant : cet opus est un peu moins long que son prédécesseur Head Down (2012), dont la relative longueur ne contribuait pas à en faire un disque totalement réussi. Néanmoins on me fait signe que plusieurs titres bonus non présents sur la version standard de cet album sont disponibles sur le Net, mais bon nous n'en parlerons pas ici. 10 titres c'est bien, l'album n'est pas trop long et semble plus équilibré...
Le contenu ne le sera malheureusement pas toujours.
Des titres forts et puissants, il y en a pourtant un certain nombre ici : "Electric Man", "Good Luck", et "Secret", titres qui ouvrent l'album de fort belle manière, nous tromperont quelques instants sur la qualité réelle de l'album. Le single "Open My Eyes" est de la même trempe. Dans la lignée des précédents albums, ces chansons très réussies à la production plus vintage que jamais s'imposeront assez facilement comme des classiques du répertoire des Sons...
Le meilleur titre de l'album demeure enfin la magnifique "Belle Starr", dont un extrait des paroles donne son titre à l'album ("Great Western Valkyrie").

Pourtant, malgré toutes ces choses fort délectables, cet album demeure très mou du slip... Si les morceaux de bravoure soul et rythm'n'blues sont indéniablement la marque de fabrique de nos Californiens, force est d'admettre que les Fils Rivaux ne livrent pas leurs meilleurs cartouches sur Great Western Valkyrie, et que la formule qui faisait tout le sel des précédents albums commence ici à se répéter de façon un peu lassante.
Alors que "Good Things", malgré un certain côté convenu, charme indéniablement par ses ambiances vintage, "Rich And The Poor" se révèle très poussive et reproduit la même recette sans réelle prise de risques. "When I've Been", slow romantique aux influences country, sombre pour sa part dans des abîmes de mièvrerie, et ne semble être qu'une piètre redite de "Jordan", ballade de l'album précédent.
Par ailleurs, on ne pourra qu'être un tantinet agacé par "Play The Fool", titre qui ressemble étrangement à "Misty Mountain Hop" de LED ZEPPELIN. Le morceau est réussi, magnifiquement produit, mais les RIVAL SONS ne nous montrent pas leur facette la plus originale.
"Destination On Course", titre final, semble être le morceau "expérimental" de l'opus, avec une progression intéressante et des idées assez bien trouvées. Mais alors que Head Down offrait un titre de choix en la matière avec le tonitruant "Manifest Destiny", Great Western Valkyrie nous propose un essai bien plus décevant, qui semble un peu torché à la va vite, comme si les musiciens ne savaient pas trop comment finir l'album. Vraiment peu convaincant. C'est bien dommage.

Soyons honnêtes : ce quatrième opus des Fils Rivaux de Californie est bien loin d'être un mauvais album. La production vintage est toujours au top niveau, les musiciens ont toujours des idées et balancent la sauce avec conviction. Mais la fougue et le rock'n'roll semblent quelque peu s'assagir.
Une relative déception donc que cette Grande Valkyrie de l'Ouest qui n'a malheureusement pas le charme de ses prédécesseurs. Les RIVAL SONS nous ont habitué à mieux.

Note réelle : 2,5/5

Meilleurs titres : "Belle Starr", "Electric Man"

A lire aussi en HARD ROCK par RED ONE :


DEEP PURPLE
Burn (1974)
La légende

(+ 3 kros-express)



JUDAS PRIEST
Unleashed In The East (1979)
Le premier grand live du heavy metal

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez





 
   RED ONE

 
  N/A



- Jay Buchanan (chant)
- Scott Holiday (guitare)
- Dave Beste (basse)
- Michael Miley (batterie)


1. Electric Man
2. Good Luck
3. Secret
4. Play The Fool
5. Good Things
6. Open My Eyes
7. Rich And The Poor
8. Belle Starr
9. Where I've Been
10. Destination On Course



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod