Recherche avancée       Liste groupes



      
JAZZ  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Aaron Neville

DR. JOHN - Ske-dat-de-dat: The Spirit Of Satch (2014)
Par BAYOU le 20 Septembre 2014          Consultée 1129 fois

Ils sont nés tous deux à la Nouvelle-Orléans et ont profondément marqué de leur empreinte la musique de cette ville, pourtant Louis Armstrong et Dr John n’ont jamais joué ou enregistré ensemble ; ils ne se sont croisés qu’une seule fois dans le bureau de leur manager mutuel, Joe Glase. Aussi après un album hommage à un autre grand nom du jazz (Duke Ellington et le CD Duke Elegant), le docteur a préparé une nouvelle potion avec ce Ske-Dat-De-Dat/The Spirit of Satch, treize morceaux en hommage à Satchmo. Selon le Dr, l’esprit d’Armstrong lui serait apparu dans un rêve et lui aurait soufflé le sous-titre « The Spirit of Satch ». N’oublions pas que la musique de John McRebennack est fortement influencée par le vaudou et ses rites très présents à la Nouvelle-Orléans.

Comme son carnet d’adresses est plus rempli que le bottin, Dr John s’est entouré d’une belle brochette de musiciens et aussi de trompettistes locaux (Nicholas Payton, Terence Blanchard, Wendell Brunious, James Andrews) et du cubain Arturo Sandoval. The Blind Boys of Alabama lancent l’intro de « What a Wonderful World », puis arrive la voix caractéristique de Dr John avec la trompette de Nicholas Payton pour une version dépoussiérée, mais complètement dans l’esprit de l’originale. Notre homme sait s’approprier la musique d’Armstrong en conservant sa force émotionnelle.

Plusieurs reprises reçoivent un traitement très original, comme « Mack the Knife » avec le rappeur Mike Ladd et de superbes chorus de Terence Blanchard, toutefois, le mélange rap/jazz est délicat à réaliser. Ambiance cubaine garantie avec la chanteuse Telmary (encore une artiste de rap) et la trompette d’Arturo Sandoval, pour « Tight Like This » morceau très réussi par contre, on retrouve parfaitement l’atmosphère assez particulière de Louis sur cette brillante interprétation. Bonnie Raitt exécute un superbe duo avec le Dr pour « I've Got the World on a String », magnifié par un accompagnement très subtil.

Nicholas Payton et sa trompette sont mis en valeur sur « Gut Bucket Blues » chanté par Dr John : ici on est assez fidèle à l’original et ce mélange entre nouvelle interprétation des morceaux et fidélité aux versions premières donne un charme particulier au CD. Excellente idée de choisir Anthony Hamilton et sa voix très soul pour interpréter « Sometimes I Feel Like a Motherless Child » avec le piano discret mais efficace du Dr. Après la soul, le gospel avec le groupe The McCrary Sisters qui vient appuyer le chant sur « That's My Home » et la trompette de Wendell Brunious sur un morceau cool où excellait Armstrong.
Une autre voix féminine avec Ledisi toujours appuyée par The McCrary Sisters, après une superbe introduction de Dr John au piano, on est toujours dans une ambiance plus swing/gospel, mais rien d’étonnant avec ce morceau « Nobody Knows The Trouble I've Seen » qui pourrait être joué dans une église.

The Blind Boys of Alabama effectuent un superbe retour en fin de disque sur « Wrap Your Troubles in Dreams », le groupe vocal répondant au chant rauque de Dr John avec la trompette discrète de Terence Blanchard. La conclusion de l’album est l’occasion d’une revue de styles assez impressionnante : on revient au swing avec « Dippermouth Blues » qui déboule à cent à l’heure emmené par le piano et la rythmique. La trompette cubaine d’Arturo Sandoval revient chatouiller le chant funky du Dr sur le très célèbre « Memories of You » superbe de délicatesse et de beauté.
Et pour finir en beauté, le mariage du jazz de Louis, du funk-blues du Dr et du Dirty Dozen Brass Band, un des célèbres brass-band de Big Easy. Des cuivres, des envolées de cuivres pour un final pétillant, comme une carte de visite de la ville qui a vu naître le jazz et qui conserve toujours cette couleur unique, ce carrefour d’influences multiples qui en font le charme.

Dr John a joué en live de nombreux morceaux de ce CD, comme à Montreux le 14 juillet 2014 (le concert diffusé en FM chez nos amis suisses se trouve facilement sur la toile) avec Sarah Morrow en maître de cérémonie et le show restitue parfaitement l’ambiance et la qualité musicale du CD.

A lire aussi en JAZZ par BAYOU :


John MCLAUGHLIN
Live In San Francisco (2018)
Un final en apothéose




Wayne SHORTER
Without A Net (2013)
Un des derniers géants au sommet de son art


Marquez et partagez





 
   BAYOU

 
  N/A



- Dr. John (chant, piano)
- Mike Ladd (chant)
- Anthony Hamilton (chant)
- Bonnie Raitt (chant)
- Ledisi (chant)
- Shemekia Copeland (chant)
- Nicholas Payton (trompette)
- Terence Blanchard, (trompette)
- Wendell Brunious, (trompette)
- James Andrews (trompette)
- Arturo Sandoval. (trompette)


1. What A Wonderful World
2. Mack The Knife
3. Tight Like This
4. I've Got The World On A String
5. Gut Bucket Blues
6. Sometimes I Feel Like A Motherless Child
7. That's My Home
8. Nobody Knows The Trouble I've Seen
9. Wrap Your Troubles In Dreams
10. Dippermouth Blues
11. Sweet Hunk O'trash
12. Memories Of You
13. When You're Smiling (the Whole World Smiles With Y



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod