Recherche avancée       Liste groupes



      
POST-PUNK / HORROR PUNK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : The Misfits , Danzig, Iggy Pop
 

 Danzig Verotik (314)

SAMHAIN - Samhain Iii : November-coming-fire (1986)
Par RED ONE le 5 Juin 2015          Consultée 1864 fois

Glenn Danzig a toujours eu de la logique dans ses idées. Partant du principe que l'EP Unholy Passion (1985) était le second épisode de ses nouvelles aventures post-MISFITS, il est donc tout à fait normal que le deuxième LP de SAMHAIN soit intitulé "Samhain III". Cette volonté de donner un sens logique à sa discographie sera poussée à son paroxysme quelques années plus tard, puisque les 7 premiers albums de DANZIG (le groupe) seront tous affublés d'un numéro. SAMHAIN continue donc ici de poser les jalons de la transition entre les MISFITS et DANZIG. Ce sentiment est évidemment renforcé par la présence du "Crystar Skull", la célèbre mascotte de DANZIG, sur la pochette de Samhain III.

Le line-up de SAMHAIN continue toujours d'évoluer, album après album, ce en quoi SAMHAIN ne diffère finalement pas tant que ça des MISFITS. En 1985, Steve Zing quitte ainsi SAMHAIN et se fait remplacer par London May. Néanmoins, Glenn Danzig demeure le seigneur incontesté de sa forteresse, et s'occupe d'à peu près tout pendant les sessions studio de l'été 1985. Sur Samhain III, c'est ainsi Danzig lui-même qui enregistre la batterie sur la moitié des morceaux, London May n'ayant enregistré que cinq titres. Seule la basse est dévolue au seul Eerie Von, cofondateur du groupe. En termes de style, ce troisième opus de SAMHAIN continue d'explorer davantage les horizons du post-punk et du rock gothique. Cet album se veut plus accessible que les deux précédents, mais SAMHAIN n'a cependant toujours pas envie de rigoler. Les progrès en termes de production sont toutefois remarquables. Aux oubliettes les aspects foutraques d'Initium, au diable le son poisseux d'Unholy Passion : November-Coming-Fire nous présente un son plus travaillé, bien plus lumineux. La terrifiante intro instrumentale "Diabolos '88", gothique et démoniaque à souhait, annonce clairement la couleur.

Au delà même de l'exploration des territoires post-punk, Danzig débute avec cet album sa conversion au heavy metal, annonçant là encore la création du groupe DANZIG en 1987. On s'en rend compte sur la monumentale "On The Grip", bijou à la croisée des chemins entre post-punk sous amphétamines et heavy metal horrifique. SAMHAIN ferait-il du crossover sans le savoir ? Pas impossible, BLACK FLAG ayant déjà posé les bases du genre l'année précédente avec ses deux LP Annihilate This Week et In My Mind. De fait, les racines punks de Glenn Danzig sont toujours perceptibles ici : les MISFITS ne semblent pas totalement absents de titres tels que "Let The Day Begin" et "Kiss Of Steel", même si évidemment ces deux morceaux demeurent plus feutrés, moins guignolesques. Même topo sur "Birthright" où Glenn Danzig se fait dictatorial et tyrannique, hurlant des "Right !!!" angoissants. Le long titre final de l'opus, "Human Pony Girl", ressemble un peu à une descente dans les abîmes de la folie, avec ses paroles absurdes, malsaines et éminemment sexuelles.

L'esprit "crooner gothique" du futur groupe DANZIG commence à pointer sur "Mother Of Mercy" et "To Walk The Night", qui restent néanmoins toujours dans une veine très post-punk, fortement influencée par la new wave britannique. La new wave n'est d'ailleurs clairement pas loin sur "November's Fire", dont les sonorités clinquantes mais tout de même relativement crues ressemblent à un croisement monstrueux entre KILLING JOKE et les MISFITS. Eh oui, encore eux, toujours tapis dans l'ombre...
On l'aura donc compris, malgré l'orientation post-punk de SAMHAIN, il reste encore ici des traces de l'ancien répertoire des MISFITS. La consanguinité va d'ailleurs jusqu'au bout : après "Horror Business", qui devenait "Horror Biz" sur Initium, c'est ici "Halloween II" qui se voit réécrite par SAMHAIN. Mais cette fois la démarche demeure pertinente, et cette nouvelle version se veut réellement terrifiante : rendue monstrueuse au possible avec ses chœurs démoniaques et ses riffs infernaux, elle n'en est que plus inquiétante que la version d'origine.

Arrangements réussis, production parfaite, compositions équilibrées : Samhain III est un petit bijou. Aucun titre n'est à jeter, et seuls les arrangements jazz/punk foutraques de "Unbridled" se révèlent un peu maladroits, mais cette chanson ne dépareille pas vraiment dans l'ensemble. November-Coming-Fire s'écoute d'une traite, sans temps mort. Néanmoins cette perfection enfin atteinte au bout de trois albums annonçait déjà la nouvelle mue du démon Danzig, sous l'influence cette fois d'une personnalité extérieure au groupe. Lors d'un concert en juillet 1986, le producteur Rick Rubin propose à Glenn Danzig de signer SAMHAIN sur son nouveau label, Def American. La future collaboration entre Rubin et Danzig allait cependant sceller le sort de SAMHAIN, qui se transforme en DANZIG durant l'année 1987 et abandonne ses oripeaux post-punk pour s'orienter vers le heavy metal.

Malgré cette fin annoncée, SAMHAIN n'avait cependant pas rendu son dernier soupir.

A lire aussi en PUNK-ROCK par RED ONE :


Didier WAMPAS
Comme Dans Un Garage (2013)
Le disco ça pue et ça puera toujours




DISCHARGE
Hear Nothing, See Nothing, Say Nothing (1982)
L'un des disques fondateurs du hardcore

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez





 
   RED ONE

 
  N/A



- Glenn Danzig (chant, claviers, batterie)
- Eerie Von (basse)
- Damien (guitare)
- London May (batterie)


1. Diabolos '88
2. In My Grip
3. Mother Of Mercy
4. Birthright
5. To Walk The Night
6. Let The Day Begin
7. Halloween Ii
8. November's Fire
9. Kiss Of Steel
10. Unbridled
11. Human Pony Girl



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod