Recherche avancée       Liste groupes



      
POP/ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Candice Night
- Membre : The Gathering , Anneke Van Giersbergen , The Gentle Storm
- Style + Membre : Ayreon

AGUA DE ANNIQUE - In Your Room (2009)
Par LONG JOHN SILVER le 10 Novembre 2015          Consultée 899 fois

Agua De Annique, album 3, ou 2 si on considère que Pure Air était à part. Ou même 1, car c’est le premier* avec cette appellation : Anneke Van Giesbergen & Agua De Annique, eh oui le symbole « & » a remplacé le mot « with » inséré après le nom de la chanteuse sur Pure Air deuxième album du groupe mais premier à le mentionner en grosses lettres. Vous me suivez ?

La figure d’Anneke apparaît de trois quart face sur la pochette, profil droit en avant, - une constante - sa posture est rigoureusement la même que sur le disque précédent, mais finie la coupe au carré, les cheveux sont plus longs, ils sont toujours blonds et son visage affiche un air mutin qui n’est pas sans rappeler celui d’une sorcière de série TV old school. D’ailleurs le décor qui l’entoure est très kitsch. Comme pour annoncer une ère de légèreté. Inutile de se perdre en conjecture, cette couverture respire la pop music, impression que confirmera l’intéressée déclarant que le projet était d’aboutir à un rendu ouvertement accessible.

Ce disque, presqu’intégralement écrit par Anneke ne contient aucune reprise, comme les deux précédents il a été réalisé à la maison par les musiciens eux-mêmes, on travaille en famille au figuré mais aussi au propre, le rôle de Rob Snijders – qu’elle a épousé en 2005 – ne se limitant pas à jouer de la batterie puisqu’il fait également office d’ingénieur du son. On note la contribution de Devin Townshend dans les crédits. En 2009 Anneke ne s’est pas contentée de sortir deux albums avec Agua De Annique, elle a - entre autres** - été étroitement associée à la confection de Addicted, première de ses collaborations avec le Canadien or elle n’en est pas revenue les mains vides puisque voici inscrite « Just Fine », fruit de cette rencontre, celui-ci à usage exclusif de la dame.

Ce disque assume aussitôt le penchant pop affiché en couverture, les bonnes intentions se révélant être d’excellentes résolutions à l’usage. « Pearly » avec sa guitare qui appuie sur les temps faibles nous replonge au mitan des sixties, c’est à la fois frais et léger, sautillant, charmant et ça fait du bien rapidement. Mais pas autant que ce qui suit. Car voilà qu’arrive « Hey Okay ! », une petite tuerie irrésistible car simplissime, évidente… D'ailleurs je ne résiste pas aux paroles de son refrain : « hey okay, why don’t you stay another day and if it feels alright will you stay another night ? » Bah, il est des propositions qui ne se refusent pas, parce que, tout de suite après : « hey alright, why don’t you stay another night and if it feels okay, will you stay another day ? ». Comment dire non quand tu es invité par une déesse ? Tu rajoutes là-dedans le petit solo de guitare qui sonne grave, qui met tout le monde d’accord, tu secoues pendant les 2’35 réglementaires d’un bonheur pop extatique et tu en ressors avec la frite. Ou plutôt avec la banane.

Les réjouissances se poursuivent pourtant tout de suite après avec « I Want » qui nous fait faire un bon dans les 8O’s, avec ses sons de synthés tout pourris, ce titre primesautier aurait pu être chanté par Kim Wilde après tout, or le pastiche est franchement réussi, la pop est avant tout affaire de charme. S’ensuit « Wonder » l’inévitable ballade piano/voix/cordes, simple et touchante puis « The World » déjà plus rock, un poil garage avec son motif très pop incrusté sur les ponts qui sonne déjà nettement plus 90’s. « Sunny Side Up », folk song au refrain imparable, s’en vient clore une première moitié d’effort parfaitement maîtrisée, aussi est-on exquisément détendu prêt à poursuivre sur cette veine franchement enthousiasmante, mais voilà…

Mais voilà que soudain ces réjouissantes attentions se voient sèchement abandonnées - chassez le naturel, il revient au galop ? - car le groupe se fait soudain emphatique, comme sur le pont de « Physical » qui cherche à nous emmener au loin. Alors certes, certes la suite d’accords de « Home Again » est troublante comme du PINK FLOYD, certes la prestation d’Anneke sur « Wide Open » est envoûtante, certes on sent que c’est de la belle ouvrage, certes ça fait beaucoup de certes.

« Physical » reste de la grosse variété soulevée l’emphase, « Longest Day » et « Just Fine » sont insipides, la seconde en dépit de son cachet très rock et de la cosignature exceptionnelle de Devin Townshend. C’est en perdant son fil conducteur que ce disque s’égare. La logique est implacable, aussi parce qu’aucun de ces morceaux ne parvient à convaincre. La chute est sévère autant qu’imprévue, après un début en fanfare. Arrrggghhh…

La bonne nouvelle étant que, passé ce tunnel, « Adore » vienne conclure. Tout aussi grandiloquente que ce qui vient de précéder, mais nettement plus réussie avec ses moments intenses très intenses et ses chutes de tension sous contrôle. Anneke règne en maîtresse sur ce titre entièrement écrit par son bassiste, on retrouve les ambiances dans lesquelles évoluait l’album Air et plus généralement celles produites par la musique de The GATHERING, cette chanson n’ayant absolument rien de pop.

Après avoir emprunté la piste folk début 2009, Agua De Annique échoue à réaliser son album de pop ultime, en plein milieu du gué, le pari est à moitié réussi on va dire. Il semble pourtant certain que cette veine convient comme un gant à Anneke qui ne tardera pas à assumer – seule - cette voie puisque In Your Room sera le dernier album studio qu’elle fera en compagnie du groupe. Il ne lui restera alors plus qu'à poser le point final à la parenthèse AGUA DE ANNIQUE. En 2010.

* Et pas le seul
** Année faste puisque Anneke a également collaboré à la publication de l'album In Parallel avec Danny Cavanagh et pas que...

A lire aussi en POP par LONG JOHN SILVER :


John LENNON
Plastic Ono Band (1970)
Un autre homme, une autre chance




Harry NILSSON
Sandman (1976)
Le sable et la magie, par-delà l'oubli.


Marquez et partagez





 
   LONG JOHN SILVER

 
  N/A



- Anneke Van Giesbergen (chant,piano)
- Joris Dirks (guitare,choeurs)
- Jacques De Haard (basse)
- Rob Snijders (batterie, claviers)
- Twan Van Gerven (guitare sur 9 et 11)
- Mathijn Den Duijf (piano sur 4 et 8)


1. Pearly
2. Hey Okay !
3. I Want
4. Wonder
5. The World
6. Sunny Side Up
7. Physical
8. Home Again
9. Wide Open
10. Longest Day
11. Just Fine
12. Adore



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod