Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

2004 Last Autumn's Dream
 

- Style : Dare, Stan Bush

LAST AUTUMN'S DREAM - In Disguise (2017)
Par GEGERS le 29 Janvier 2017          Consultée 1151 fois

Je ne suis pas grand amateur des albums de reprises. Si l'exercice semble apprécié des rockers lorsqu'ils arrivent sur leurs vieux jours (Scorpions, Krokus, Michael Schenker... tous y sont allés de leur album-hommage), il est évident que l'impact d'un tel album est forcément très limité. Les musiciens se font avant tout plaisir, et même si certains tentent d'apporter leur propre personnalité dans les morceaux qu'ils reprennent, ce genre de sortie ne s'apprécie que sur un laps de temps très court. Très vite, les cover-albums finissent leur vie à prendre la poussière au fond de notre discothèque. Car si un groupe ou un artiste s'est en parti construit grâce à ses influences, c'est bien ce mélange entre ces dernières et sa personnalité propre qui confèrent un intérêt à sa musique. Si l'auditeur n'est pas trop fainéant et s'il le souhaite, il fera lui-même les recherches nécessaires pour remonter jusqu'à la source.

Inutile donc de vous préciser que l'annonce de ce nouvel album de LAST AUTUMN'S DREAM, intégralement constitué de reprises, n'a pas éveillé chez moi le même intérêt que les précédentes. Après tout, le groupe suédois publie en moyenne, depuis sa formation en 2004, un album par an et a bien le droit de s'accorder un petit plaisir après deux albums de haute volée sortis en 2015 et 2016. Mais bon, In Disguise n'a pas grand chose à offrir et propose onze reprises à la sauce LAD qui, si elles s'écoutent avec plaisir et intérêt (tout du moins lors de la phase de découverte de l'album), s'essoufflent également très rapidement et donnent avant tout envie de découvrir de nouveaux morceaux de la part du groupe de Mikael Erlandsson.

Ce dernier propose pourtant un large spectre musical, allant de la pop d'ABBA ("When I Kissed The Teacher"), au hard rock surmaquillé de KISS ("All The Way"). LAD ne va pas à la facilité, et à l'exception du "Working For The Weekend" de Loverboy, le groupe prend le pari de reprendre des titres et des artistes qui n'ont pas connu un grand écho médiatique de ce côté-ci de l'Atlantique. Bien sûr, affirmer cela serait réduire la popularité des Britanniques de SWEET, icônes du rock 70's, ici représentés par le morceau "Wig Wam Bam" (ces derniers ont justement sorti un album de reprises en 2012). LAD propose surtout et avant tout une sélection de titres rock légers, sucrés et entraînants, à l'image de "Jet Airliner" du Steve Miller Band, "Hey You" de Bachman Turner Overdrive. Si ces morceaux se voient légèrement musclés par une guitare mordante et énergique, le ton reste très léger et les arrangements agrémentés de claviers et de nombreux choeurs qui donnent un aspect très festif à l'ensemble. "Slow Down", reprise de ce morceau funky de John Miles, est plein de groove et voit Mikael Erlandsson se faire impérial sur ce qui est sans aucun doute le meilleur morceau de l'album. "Need A Little Loving", morceau de City Boy mettant en avant les guitares (et doté d'un refrain très efficace) ou "I'll Bring The Whole World To Your Door" d'Angel confirment que l'album ne souffre d'aucun temps mort. Mais il serait malheureux qu'un album constitué uniquement de covers souffre d'un temps mort !

Tout cela s'écoute donc 5, 6, 10 fois, avec un certain plaisir. Et lorsqu'on a fait le tour de ce rock certes sympathique mais à la portée néanmoins limitée, on se tourne de nouveau naturellement vers les albums de LAD constitués de compositions originales. Car si l'enregistrement de In Disguise a sans doute été un moment très agréable pour le groupe, force est de reconnaître que l'auditeur trouve bien vite les limites de cette sortie qui n'offre que peu d'intérêt face au talent du prolifique Mikael Erlandsson. Un album à écouter "sur le pouce" avant de passer à autre chose.

2,5/5

A lire aussi en HARD ROCK par GEGERS :


BONFIRE
Cacumen (1981)
It's a long way to the top...




MSG
The Unforgiven (1999)
One-shot salvateur


Marquez et partagez





 
   GEGERS

 
  N/A



- Mikael Erlandsson (chant, guitare, claviers)
- Peter Pac Söderström (guitare)
- Jamie Borger (batterie, percussions)
- Nalley Påhlsson (basse)
- Ulf Wahlberg (claviers)


1. If Love Should Go
2. Jet Airliner Time
3. Working For The Weekend
4. Wig Wam Bam
5. Slow Down
6. Need A Little Loving
7. I’ll Bring The Whole World To Your Door
8. Just One More Time
9. When I Kissed The Teacher
10. All The Way
11. Hey You



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod