Recherche avancée       Liste groupes



      
VARIETE FRANCAISE  |  LIVE

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Gregoire
- Membre : Johnny Hallyday , René Werneer , TaÏ Phong
- Style + Membre : Fredericks / Goldman / Jones

Jean-jacques GOLDMAN - En Public (1986)
Par MARCO STIVELL le 23 Février 2017          Consultée 761 fois

Le premier album live de Jean-Jacques GOLDMAN est en fait celui de la deuxième tournée du chanteur. Le Positif Tour de 1984 est le seul à n'avoir jamais connu d'enregistrement officiel, même si certains concerts "piratés" valaient largement le coup comme celui de Saint-Perdon. À l'époque chez GOLDMAN, très souvent les enregistrements non-officiels sont bien plus intéressants que les disques qu'on trouve dans le commerce.

Par exemple, entre les concerts de mars 86 et ceux de l'été qui nourrissent ce double En Public, c'est le jour et la nuit, en exagérant à peine ! Bien sûr, on est ravi d'entendre la déjà impressionnante collection de tubes de Jean-Jacques GOLDMAN au bout d'à peine quatre albums dont un tiers sur le dernier, Non Homologué. Le son de ce disque ayant toujours quelque chose de sec, parfois agressif, l'acoustique du direct permet de mieux écouter certaines chansons, comme "Famille" (sur la version CD), même si je ne l'ai jamais vraiment aimée à vrai dire.

Le problème, c'est que tout sonne si propre ! Or, en écoutant d'autres enregistrements, on se rend compte que les concerts de GOLDMAN pouvaient être plus étonnants, bien plus "vivants" même, avec de nombreux passages improvisés, de grosses déconnades de la part du chanteur, des digressions instrumentales (l'accordéon valsé au synthétiseur qui précède "Pas Toi" !), des citations improbables en musique : "La Panthère Rose" à la basse, et en introduction du nocturne "Envole-Moi", l'un des claviéristes jouait la mélodie extraterrestre de Rencontres du Troisième Type, le film de Steven Spielberg. Ambiance !...

En parlant des musiciens, Lance Dixon, claviériste et multi-instrumentiste (il secondait parfois Prof Pinpin au saxophone, sur "Minoritaire" et "P'tit Blues Peinard", d'autres morceaux joués au début de la tournée) est toujours présent. L'autre claviériste et pianiste est Philippe Grandvoinet, en remplacement de Bruno Sabathé, et avant que Dixon ne le soit à son tour pour la tournée suivante. Outre le batteur Jean-François Gauthier, on trouve le noyau dur du groupe de GOLDMAN en live : Claude Le Péron, Michael Jones et lui-même. Ainsi que Carole Fredericks qui fait une entrée fracassante et mythique sur le passage gospel de "Long is the Road (Américain)"...

C'est l'un des moments forts de cette sélection. « Compte Pas Sur Moi » en fait également partie, même si le son tranchant de l'orgue Hammond de Georges Rodi en studio nous manque. Et puis bien sûr, dès "Veiller Tard", Prof Pinpin, avec son apparence de lutin, délivre ce que lui en revanche, doit contenir au moment de la réalisation des disques. Donc on le retrouve un peu partout, même là où on ne l'attend pas, en particulier sur la longue version de "Petite Fille" absolument géniale. Son solo lyrique en progression rappelle fortement la beauté et l'excellence de celui de Clarence "Big Man" Clemons sur le morceau "Jungleland" de Bruce SPRINGSTEEN.

Pour le reste, pas grand-chose à dire, GOLDMAN enchaîne ses hymnes fédérateurs qu'on apprécie plus ("Je Te Donne", meilleure sur les versions antérieures de la tournée néanmoins) ou moins ("La Vie Par Procuration"). À noter que le medley "Je Marche Seul...", devenu phare, est moins appréciable que lorsque le groupe jouait ces chansons en entier quelques semaines plus tôt, avec encore et toujours des impros saisissantes, sur "Encore un Matin" en particulier. De même, "Sans un Mot", deux fois plus rapide ici, l'était encore plus avant, avec une vraie énergie punk ! Certains moments sont plus passe-partout, tels "Confidentiel" et "Ton Autre Chemin".

Dommage que l'artiste ait exclu les morceaux de et avec Michael Jones au chant ainsi que "Sister Jane", reprise du tube de "son" ancien groupe TAÏ PHONG qui passait beaucoup mieux vocalement parlant durant cette tournée. En dépit de ce caractère perfectionniste qu'un Peter GABRIEL ne saurait renier, En Public reste un live honorable, même si en toute bonne foi, je ne l'écoute jamais. Disons que, tout comme Traces, il "accompagne" la période des plus grands succès de GOLDMAN...

A lire aussi en VARIETE FRANCAISE par MARCO STIVELL :


Les MUSICIENS DU LYCéE MILLET
2007-08 (2008)
R.e.m., santana, king crimson et satie




Richard COCCIANTE
Notre-dame De Paris (avec Luc Plamondon) (1997)
Riez manants ! Mais (ré)écoutez quand même...


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Jean-jacques Goldman (chant, guitares, piano)
- Michel Jones (guitares, choeurs)
- Claude Le Péron (basse, choeurs)
- Jean-françois Gauthier (batterie, choeurs)
- Philippe Delacroix-herpin Alias Prof Pin (saxophone, choeurs)
- Lance Dixon (claviers, saxophone, guitare, choeurs)
- Philippe Grandvoinet (claviers, choeurs)


1. Veiller Tard
2. Compte Pas Sur Moi
3. Envole-moi
4. Comme Toi
5. La Vie Par Procuration
6. Sans Un Mot
7. Pas L'indifférence
8. Je Te Donne
9. Pas Toi
10. Quand La Musique Est Bonne (bonus Cd)

1. Il Suffira D'un Signe
2. Elle Attend
3. Long Is The Road (américain)
4. Petite Fille
5. Ton Autre Chemin
- medley
6. A) Je Marche Seul
7. B) Quand La Musique Est Bonne
8. C) Au Bout De Mes Rêves
9. D) Encore Un Matin
10. Famille (bonus Cd)
11. Confidentiel



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod