Recherche avancée       Liste groupes



      
NEW-WAVE  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Magazine
- Membre : Big Country
- Style + Membre : Visage
 

 Site Officiel (216)

ULTRAVOX - Vienna (1980)
Par WALTERSMOKE le 10 Mai 2013          Consultée 313 fois

Vienna fait partie d'une élite. Celle des albums quasiment inattaquables et qui sont d'indétrônables références du genre. Franchement, comment envisager de contester le premier album d'ULTRAVOX avec Midge Ure (et aussi le premier de la période dite classique) ? Quel concurrent un tant soit peu sérieux peut oser défier Vienna ? Il y a bien Architecture and Morality d'OMD, mais il ne s'agit déjà plus du même type de new-wave. En fait, il faut voir du côté de Lament et Rage in Eden, deux albums...d'ULTRAVOX.

Chercher ce qui ne va pas chez Vienna, c'est véritablement faire preuve d'une mauvaise volonté. L'album tout entier n'est fait que de chefs-d'oeuvre, tous plus réussis et surtout plus beaux les uns que les autres. Le premier d'entre eux, "Astradyne", déboussole quelque peu. Il fallait oser, mettre un instrumental de 7 minutes en ouverture. Il se laisse néanmoins écouter avec plaisir, même s'il faut admettre qu'il est répétitif. "New Europeans", qui lui succède, montre enfin la voix de Midge Ure. Aucune contestation n'est à faire, ce charmant écossais a un organe en or. Pour la chanson en elle-même, les paroles sont vraiment intéressantes, elles donnent à réfléchir. Le reste de la face A est à l'avenant, avec toutefois une chanson légèrement moins géniale que les autres, à savoir "Sleepwalk". Ceci dit, c'est une opinion tout à fait subjective, étant donné que la maitrise de la musique et la performance de Ure sont toujours aussi élevées.

Mais le meilleur se trouve sur la face B. Rarement on aura vu un enchainement de quatre chansons aussi grandioses, c'est un fait. La première d'entre elles, "Mr. X", montre l'influence évidente de Kraftwerk, mais aussi un mélange des plus réussis entre une musique expérimentale et une new-wave audacieuse. "Western Promises" impose une mélodie au violon (merci Billy Currie) extraordinaire, quant à "All Stood Still", elle constitue une conclusion de choix. Mais le sommet de "Vienna" reste incontestablement son morceau-titre, une merveille de romantisme musical, une oeuvre maitresse profonde. Il s'agit bel et bien de la plus belle chanson, tous genres confondus, de l'année 1980.

Comment qualifier en un seul mot Vienna ? « Coup de maitre », « sommet incontestable », les expressions se succèdent mais ne satisfont pas. En fait, il faut se contenter, en quelque sorte, de dire que le quatrième album d'ULTRAVOX est la référence absolue de la new-wave.

A lire aussi en NEW-WAVE par WALTERSMOKE :


SOFT CELL
The Art Of Falling Apart (1983)
Froid, tranchant, dansant




FISHBACH
À Ta Merci (2017)
Longue vie aux années 80


Marquez et partagez





 
   ARP2600

 
   WALTERSMOKE

 
   (2 chroniques)



- Warren Cann (percussions, choeurs)
- Chris Cross (basse, synthétiseur, choeurs)
- Billy Currie (piano, violon, violon alto, synthétiseur)
- Midge Ure (chant, guitare, synthétiseur)


1. Astradyne
2. New Europeans
3. Private Lives
4. Passing Strangers
5. Sleepwalk
6. Mr. X
7. Western Promise
8. Vienna
9. All Stood Still



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod