Recherche avancée       Liste groupes



      
POST-PUNK/GOTHIQUE  |  STUDIO

Commentaires (3)
L' auteur
Acheter Cet Album
 



BAUHAUS - In The Flat Field (1980)
Par NOSFERATU le 15 Décembre 2014          Consultée 793 fois

Durant les eighties, les fans de rock déviant underground se dispersaient dans différents styles : hardcore , shoegaze, metal extrème, psychobilly, punk not dead, cold wave, industriel... Les chapelles (à mon grand regret) à l'époque cloisonnaient les genres. Mais un groupe ralliait tous les suffrages : BAUHAUS. Quand l'album "In the flat field" (premier d'une riche discographie), à l'orée de ces mortifères mais finalement excitantes années 80 sort, le quatuor emblématique d'un rock gothique (étiquette qu'il n'a jamais voulu revendiquer!) a déjà gravé quelques singles qui poussaient le post punk dans des recoins macabres... Surtout "Bela lugosi", ode à l'acteur des années 30 qui joua
Dracula...

Sorti sur le label post punk par excellence, 4AD, le disque ne reçoit pas un accueil dithyrambique, malgré quelques louanges ici et là sorties de certaines têtes embrumées par une lecture de "gothic novels" du 18ème siècle et par la vision de films expressionnistes allemands des années 30... Justement, l'expressionnisme du groupe est illustré par la pochette montrant un photogramme extrait du "Cabinet du Dr Caligari", génial film de cette époque troublée que fut la République de Weimar. Les références sombres se font aussi ressentir à l'écoute du disque. Le GLITTER SEVENTIES avec "Telegram sam", une reprise de BOLAN le lutin qui dévorait les sagas de Tolkien. L'héritage du VELVET avec celle de "rosegarden funeral of sores" de John CALE ("un vampire" d'après IGGY). La version live de cette dernière sur "Press the eject and give me the tape" est d'ailleurs apocalyptique avec de sanglants larsens... En plus de ces influences assumées, les morceaux lorgnent vers une COLD WAVE expérimentale ("saint vitus") du funk indus froid ("dive") du quasi death rock ("dark entries") du proto dub noise (le lourd "stygmata martyr"). "Double dare" vaut à lui tout seul l'achat de cette œuvre au noir, avec ses roulements tribaux de batterie et les vocaux démoniaques jouant sur les growls (je soupçonne le MANSON d'avoir écouter en boucle cet hymne chamanique) Deux membres dénotent. D'abord, le chanteur dont la ressemblance avec Iggy stooge est frappante (de par son visage anguleux mais aussi de par son jeu de scène théâtralisé, les deux étant des fans du théâtre de la cruauté d'Artaud), Peter MURPHY, sorte de BOWIE transformé en Vlad Dracul. Et le guitariste Daniel ASH tout en accords dissonants mais aussi mélodiques.

Pour résumer, ALICE COOPER, JOY DIVISION et PIL ensemble dans une bacchanale paienne...

A lire aussi en NEW-WAVE par NOSFERATU :


WIRE
Mind Hive (2020)
La glace et le feu.

(+ 1 kro-express)



CHROME
Alien Soundtracks (1977)
Sf foutraque et abrasive


Marquez et partagez





 
   ARP2600

 
   NOSFERATU

 
   (2 chroniques)



- Daniel Ash (guitare, chant)
- Kevin Haskins (batterie)
- David J. (basse, chant)
- Peter Murphy (chant)


1. Double Dare
2. In The Flat Field
3. A God In The Alcove
4. Dive
5. The Spy In The Cab
6. Small Talk Stinks
7. St. Vitus Dance
8. Stigmata Martyr
9. Nerves



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod