Recherche avancée       Liste groupes



      
ORIENTALO-MORRICONESQUE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Membre : John Zorn , Painkiller
- Style + Membre : Mr. Bungle
 

 Mimicry Records (958)
 Secret Chiefs 3 (644)

SECRET CHIEFS 3 - Second Grand Constitution And Bylaws (1998)
Par LE BARON le 3 Avril 2017          Consultée 92 fois

Débuter sa discographie par une « constitution », cela pouvait passer pour sentencieux. Continuer par une seconde, cela devient comique, même si cela montre une certaine suite dans les idées. Trey SPRUANCE, leader/compositeur de SECRET CHIEFS 3 en a, de la suite dans les idées, ainsi qu’un goût pour les systèmes et la complexité. SC3 poursuit donc ici son drôle de chemin musical, creusant davantage le filon de la musique orientale, saupoudrée de mysticisme. Cela peut intimider, ce goût de l’hermétisme, et il est difficile de ne pas l’évoquer. Disons tout de suite que ce n’est pas notre affaire. Que SPRUANCE truffe son œuvre de références et de questionnements – ou de réponses ? - ontologiques, au fond, cela le regarde. Il n’est nul besoin de connaître des textes sacrés pour goûter cette musique, de même que l’on peut parfaitement apprécier une Passion de Bach sans rien comprendre à la messe.

En d’autres temps, SPRUANCE aurait peut-être réussi l’exploit de démarrer la carrière de son groupe par un double album. On aurait alors eu le programme en entier. Mais nous sommes en 1998, et les albums doubles se font rares. Une seconde constitution est donc jugée nécessaire pour compléter le premier opus de ce pseudo-groupe. Pseudo-groupe, car si le collectif est solide et se déploie impeccablement autour de son leader, SPRUANCE n’est pas homme à laisser le champ libre à ses musiciens. Il maîtrise sa création du début à la fin.

L’album fonctionne comme une progression. S’il débute par un « The Rose Garden Of Mystery » dont l’ambiance est si proche d’Ennio MORRICONE et, plus largement, des musiques du cinéma bis italien des années 60/70, qu’on est à la limite du pastiche. Il enchaîne avec ce qui formait déjà le cœur du premier opus : des influences punk, rock, noise, psyché, surf, électro, et j’en passe. Ça, c’est pour la mise en bouche. Car dès « Renunciation », le 4ème titre, SPRUANCE nous emmène là où il veut : en Perse, son territoire rêvé. Une fois ce virage oriental entamé, SC3 ne le lâchera plus, tout en mâtinant chacune des compositions de punk, de rock, de noise, de psyché, de surf, d’électro, et j’en passe, et ce jusqu’au dernier morceau : « Hurqalya » clôt l’ensemble par un thème parfaitement hypnotique entrecoupé du bruit du vent.

En fait, SPRUANCE construit une transe qui s’affirme de titre en titre, tout en explorant des chemins de traverse. SC3 avance sur un fil, conservant son équilibre malgré toutes ses formidables explorations sonores. Cela pourrait être foutraque, c’est au contraire très maîtrisé. Très maîtrisé, voire trop ? Les morceaux s’enchaînent, tous plus parfaits les uns que les autres. Parfaits, oui, dans la mesure où SPRUANCE est un perfectionniste qui malaxe et triture la matière sonore, habille une batterie d’effets, ajoute un sitar, insère un lick de Surf entre deux mesures de transe. La prise de son, le mixage, l’éditing sont à l’évidence aussi importants pour SPRUANCE que la composition, à l’instar du montage chez un grand cinéaste. Ce travail de studio forme une part intégrale de son œuvre, au risque bien sûr de l’éloigner de la spontanéité de la musique « Live ». Il n’est pourtant pas de ces artistes qui bricolent tout eux-mêmes dans leur coin. Il s’appuie toujours sur d’excellents musiciens pour passer ensuite l’enregistrement au tamis de sa propre créativité. Il raffine ce qu’il doit considérer comme un matériau trop brut pour être proposé tel quel. On est donc à des lieux des canons d’une partie de la musique qu’il aime : le punk, le métal, et j’en passe.

Les deux constitutions voudraient former un tout. Elles auraient probablement gagné à être raccourcies pour n’en former qu’une, forte, dense, et l'on aurait atteint au très grand disque. La progression est cependant évidente par rapport au premier opus, même si ce n’est pas encore totalement renversant. Mais déjà passionnant et très bon.

A lire aussi en WORLD MUSIC :


Xavier RUDD
Spirit Bird (2012)
L'album qui vous en bush un coin




EMBRYO
Embryo's Reise (1979)
Le coup de pied au cul qu'il fallait


Marquez et partagez





 
   LE BARON

 
  N/A



Non disponible


- second Grand Constitution And Bylaws
1. The Rose Garden Of Mystery
2. Book T: Waves Of Blood
3. Book T: Broken Glass Hearse
4. Renunciation
5. Jãbalqã
6. Book T: Orbital Ballroom In The Hall Of Resurrecti
7. Mera Pyar Shalimar
8. Zulfikar Ii
9. Jãbarsã
10. Beyond The Mountain Qaf
11. Hurqalya



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod