Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK NéO-PROGRESSIF  |  LIVE

L' auteur
Acheter Cet Album
 



TWELFTH NIGHT - Live And Let Live (1983)
Par MARCO STIVELL le 20 Avril 2017          Consultée 221 fois

Live and Let Live est un drôle de titre, choisi non pas en hommage à Paul McCARTNEY & THE WINGS, mais pour une autre raison pas moins croustillante. Lorsque TWELFTH NIGHT veut faire paraître ce disque, avant de s'en remettre au label Music for Nations, il tente de s'en charger lui-même et sur son catalogue, le numéro affiche TN-007.

C'est un nouveau rapprochement du groupe emblème de Reading avec le cinéma, avec une mention du premier James Bond avec Roger Moore, Live and Let Die/Vivre et Laisser Mourir sorti dix ans plus tôt en 1973, début d'une période controversée mais qui lui correspond bien.

Voilà qui est classieux pour un des meilleurs live de rock néo-progressif ! Celui-ci a été enregistré sur deux dates, le 4 et le 5 novembre 1983 au Marquee Club à Londres, salle réputée et même mythique, favorite des "anciens", YES, GENESIS etc. Seul l'inédit "The End of an Endless Majority" est en faux-live, issu des répétitions pendant les balances, et "We Are Sane" est un collage des deux dates.

Il n'y a qu'à écouter cette dernière pour se rendre compte du plaisir que procure la musique de TWELFTH NIGHT sur scène, en comptant sur la présence de Geoff Mann, ce qui n'était pas le cas lors du Live at the Target (1981) et de justesse avant que le chanteur ne parte voguer sous d'autres cieux, touché par la main de Dieu. L'intro avec les bavardages est en direct, tout comme les passes vocales entre Mann et les musiciens sur le pont central.

Certes, la structure ne change guère par rapport à la version originale de Fact and Fiction (1982), le "refrain" est peut-être moins spectaculaire, mais quelle énergie, quelle musicalité ! Ne serait-ce qu'au cours de la montée tango. Rick Battersby a repris sa place, et Clive Mitten peut se concentrer mieux sur ses parties de basse.

Les inédits englobent également "The Ceiling Speaks", avec ce type de mélodie au synthé caractéristique de l'époque, et une très bonne ambiance pour démarrer ce beau moment. On pourrait regretter qu'il n'y a pas davantage de classiques - "Creepshow", "East of Eden" et "Love Song" étant des bonus CD -, mais on trouve le live complet sur la réédition de 2012 que j'avoue ne pas avoir écoutée et qui propose plus du double de morceaux ! C'est bien le problème de certains disques classiques, on en vient à perdre le fil et l'authenticité.

Cependant, il est difficile de snober l'original pour ce seul détail, notamment lorsqu'on écoute "Sequences", pur morceau d'anthologie et qui vaut le détour à lui tout seul. La version de 1981 était déjà fabuleuse, mais là, Geoff Mann transcende tout ! Certes, Revell et les autres abattent un boulot monstre et usent d'un feeling incroyable, les effets sur la basse et les claviers du final sont extraterrestres.

C'est le moment où Mann se déguise en soldat anglais et chante les horreurs au front autant qu'il les mime, pousse des cris démentiels sur le milieu planant... Ce groupe a beau être ancré en son époque, il a vraiment quelque chose de spécial et pour sûr, "Sequences" n'est pas "Grendel" ! Le chanteur veut conclure sur des notes positives, des messages de paix et d'amour et il retire sa veste à galons pour laisser apparaître le signe correspondant.

Bref, c'est du grand art et on se laisse prendre ! De quoi conclure en beauté la période dorée de TWELFTH NIGHT, mais là encore, ne soyons pas trop expéditifs.

A lire aussi en ROCK PROGRESSIF par MARCO STIVELL :


GENESIS
Selling England By The Pound (1973)
Un classique du rock progressif

(+ 2 kros-express)



CAMEL
Dust And Dreams (1991)
Renaissance et grandeur retrouvée


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Andy Revell (guitares)
- Geoff Mann (chant)
- Brian Devoil (batterie)
- Clive Mitten (basse)
- Rick Battersby (claviers)


1. The Ceiling Speaks
2. The End Of The Endless Majority
3. We Are Sane
4. Fact And Fiction
5. The Poet Sniffs A Flower
6. Sequences



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod