Recherche avancée       Liste groupes



      
BO JEU VIDéO  |  B.O FILM

L' auteur
Acheter Cet Album
 



Michael LAND - The Secret Of Monkey Island (1990)
Par MARCO STIVELL le 11 Mai 2017          Consultée 233 fois

AVERTISSEMENT : cette chronique de bande originale de film est également susceptible de contenir des révélations sur le film

L'une des meilleures formes de jeux vidéos (du point de vue de votre serviteur) reste celle appelée "Point-and-Click", "pointer et cliquer", attribuée à l'ordinateur, avec la souris et, parfois, le clavier. Autre spécificité : il est (presque !) impossible de mourir.

Il s'agit principalement de jeux "cérébraux", faisant appel à une certaine notion de patience et de goût pour la résolution d'énigmes. Comme pour d'autres types de jeux, quelques sorties ont connu tellement de succès qu'elles ont été déclinées en plusieurs volumes, trois, quatre, parfois plus. C'est le cas des Chevaliers de Baphomet et de la saga qui nous intéresse ici : Monkey Island.

Lucasfilm Games, par rapport à d'autres éditeurs comme Sierra, Ocean etc, a l'avantage de démarrer en 1982 en s'appuyant sur la fortune de George Lucas obtenue avec Star Wars. Niveau jeux, il y a d'abord eu Labyrinth en 1986 (inspiré du film avec David Bowie) et Maniac Mansion en 1987. Le concepteur Ron Gilbert a travaillé sur ce dernier, ainsi que sur l'adaptation d'Indiana Jones and the Last Crusade en 1989. L'année suivante, The Secret of Monkey Island marque le début de sa grande aventure et celle de millions de joueurs enthousiastes.

L'histoire se déroule aux Caraïbes durant l'âge d'or de la piraterie. Guybrush Threepwood est un jeune blondinet venu on ne sait d'où, qui débarque sur l'île de Mêlée avec la ferme intention de devenir pirate. Il rencontre le gouverneur de l'île, la très belle Elaine Marley. Il part aussi en quête du fameux secret de la légendaire île aux Singes (Monkey Island) et doit faire face au terrible pirate fantôme LeChuck qui convoite la main d'Elaine.

Dès le début, le joueur rencontre les éléments qui font le charme de la série. L'image d'ouverture est une vue de l'île de Mêlée plongée dans une nuit éternelle, avec pour fond l'un des thèmes musicaux les plus célèbres du jeu vidéo. Michael Z. LAND, dont ce jeu est la première grande oeuvre de sa carrière, est aidé ici par Barney Jones, Andy Newell et Patrick Mundy. En s'adaptant à la technologie SCUMM créée par Ron Gilbert depuis le jeu Maniac Mansion, ils confectionnent en MIDI (le système audio informatique universel) des thèmes ayant pour base la musique reggae.

Bien sûr, ce n'est pas la Jamaïque revendicative, mais au contraire, la facette la plus "cool" des Caraïbes avec marimbas, steel-drums, flûte en bambou, rythme léger proche de la biguine et une mélodie chatoyante qui reste en tête par sa portée héroïque et qui s'adapte à la beauté des lieux en 16 couleurs, l'île de Mêlée (superbe ambiance musicale de jungle et de plage mélangées, bruits de singes etc qu'on retrouve pour le "Cannibal Village").

Le joueur clique sur le décor et une interface de mouvements, utilise différents objets, dialogue avec les personnages tout en se creusant les méninges et en se marrant un bon coup. Dès le départ, c'est un florilège : "Je m'appelle Guybrush Threepwood et je veux devenir pirate !" "(réponse) Tu as plutôt l'air du Petit Prince !" Ou alors "Guybrush Threepwood ? C'est le nom le plus débile que j'ai entendu !". On doit cela notamment à Tim Schafer et Dave Grossman, les associés de Ron Gilbert.

Et personne n'arrive à prononcer le nom de Guybrush convenablement, et vous voilà face à des cannibales végétariens ou des caniches anthropophages gardiens du manoir du gouverneur Elaine Marley, et vous voilà pris dans un duel de sabre avec Carla, le maître escrimeur de Mêlée, en menant le combat par des insultes ! Qui dit George Lucas dit Star Wars et cette idée de combat d'insultes a été imaginée par Gilbert & co au Skywalker Ranch. En plus, pour un scénario censé se passer au XVIIème siècle, il y a beaucoup d'anachronismes avec notre époque moderne.

L'humour décapant et l'aventure (sur l'île de Mélée, sur les mers, jusqu'à la mystérieuse île aux Singes) sont importants pour la trame musicale qui se veut légère, frivole, nonchalante, à la fois belle et reposante. La partition est relativement courte (30 min). Outre le thème d'ouverture, la musique qui passe d'un chapitre de l'aventure à l'autre sera reprise par la suite.

Malgré l'aspect sonore MIDI programmé, les thèmes sont beaux pour la plupart, LAND et ses collègues se sont amusés et ils nous font rêver. On connaît par coeur le calypso maléfique de l'affreux LeChuck, avec les cuivres repris au thème des pirates du Scumm Bar (nom choisi grâce au mode de développement du jeu).

L'atmosphère tribale et les percussions en bois nous poursuivent avec délice pendant l'exploration de l'île aux Singes, jusqu'à cette fameuse statue de chimpanzé énorme. Petit bémol pour le côté un peu sec de la maison de Lady Vaudou ("Voodoo Shop"), négresse qui sait tout sur vous et personnage clé de la saga. De même pour Stan, le Texan vendeur de bateaux d'occasion au bagou énervant. Pour varier un peu, de grands orgues nous font haleter par-ci par-là, à des moments-clés et pour le romantique "Guybrush and Elaine". On ne vous en dit pas plus !

Ce n'est peut-être pas la meilleure BO, mais les idées sont là. Le jeu paraît en 1990 sur PC et Atari ST/Amiga, puis Mac ensuite. Il sera totalement remasterisé à la fin des années 90 et augmenté de doublages, mais j'avoue ne pas m'y être essayé.

A lire aussi en REGGAE :


GROUNDATION
Hebron Gate (2002)
Le premier bijou de groundation




ASWAD
New Chapter (1981)
Un chapitre un peu plus pop


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



Non disponible


1. Opening Themes & Introduction
2. Chapter Screen
3. The Scumm Bar
4. Lechuck's Theme
5. Following The Shop Keeper
6. Ghost Ship Shuffle
7. Mêlée Island
8. The Voodoo Shop
9. Guybrush And Elaine
10. Mêlée Forest
11. Stan's Previously Used Ships
12. The Fettuccini Brothers
13. The Journey
14. Monkey Island
15. The Cannibal Village
16. Lechuck's Theme (version Alternée)
17. Organ Prelude
18. Closing Themes



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod