Recherche avancée       Liste groupes



      
BO JEU VIDéO  |  B.O FILM

L' auteur
Acheter Cet Album
 



Michael LAND - Monkey Island 2: Lechuck's Revenge (1991)
Par MARCO STIVELL le 9 Juillet 2017          Consultée 164 fois

AVERTISSEMENT : cette chronique de bande originale de film est également susceptible de contenir des révélations sur le film

Le deuxième volet de la saga de jeux Monkey Island est aussi, pour certains fans, le dernier, car le créateur Ron Gilbert décide de laisser le projet après cela. Pour eux, il n'y a rien après, c'est comme ça. Un ressenti comme un autre, mais vu que le ton est souvent le même que pour GENESIS après Peter Gabriel, MARILLION après Fish, etc, vous comprendrez qu'il n'est pas d'usage ici.

Pour le coup, et je l'avoue volontiers, LeChuck's Revenge (1991) est celui que j'aime le moins de la saga Monkey Island. Le fait de l'avoir découvert en dernier – à l'époque où on ne parlait que de quatre volets – n'a pas aidé, forcément. Bien sûr, il y a de quoi s'éclater à jouer et s'arracher les cheveux sur les énigmes pendant des heures, des jours, des semaines... De quoi se marrer et admirer quelques beaux paysages graphiques, ne serait-ce que sur l'île de Scabb, pendant de Mêlée (premier volet) à l'ambiance nocturne et vraiment taillée pour les fans de piraterie.

Des îles, il y en a trois cette fois-ci, et le jeu est construit sur les allées et venues de Guybrush Threepwood (qui porte la barbe ici) entre chacune d'entre elles, pour les besoins de l'aventure. Un archipel auquel s'ajoute l'île Dinky à la fin, apparemment proche de la fameuse île aux Singes/Monkey Island qu'on ne voit pas. Les digressions scénaristiques, par rapport au premier volet de la saga, font que Guybrush s'est éloigné du gouverneur Elaine Marley, sa chère et tendre, avec qui il se "dispute" même, chose rare. En outre, il est à la recherche du secret de Big Whoop...

La différence est également de taille d'un point de vue musical. De quarante minutes en tout sur The Secret of Monkey Island, la bande sonore grimpe à près de deux heures. Avec la plupart des meilleurs thèmes au début. Déjà, le morceau d'ouverture, classique, est proposé dans une version funk 90's, avec un zeste de hip-hop (lorsqu'il était rapide). Ce n'est pas la meilleure idée de Michael LAND et ses collaborateurs, mais la fin est plus soft, bien appréciable avec sa petite clarinette.

Ensuite, c'est le domaine de Woodtick, la ville portuaire de l'île de Scabb bâtie sur pilotis, son faux saxophone, ses flûtes de pan et ses très belles cordes. Puis au fur et à mesure qu'on se promène dans Scabb, on découvre les thèmes magnifiques imprégnés de musique gothique, avec choeurs fantômes, ondes Martenot et tout cela sur fond de basse reggae, claves... Du génie, particulièrement dans les marais lorsque l'on va retrouver cette chère Lady Vaudou, ou alors le solo de guitare inattendu dans la crypte.

Comme on l'a dit, Guybrush Threepwood se déplace sur plusieurs îles, et si Scabb est une réussite sur le plan musical, il n'en est pas de même de Phatt. Décrite comme une dictature fasciste avec des gardiens moches idiots et une bibliothécaire qui ne l'est pas moins, la bande sonore y paraît peu inspirée, sombre et plombante, bavarde avec saxo dissonant etc. Seule la partition de bassons dans la chambre de l'horrible gouverneur Phatt retient l'attention.

Le saxo, signe d'une influence plus jazz, est employé pour le thème de Largo LaGrande, méchant de l'histoire dont on se rend vite compte qu'il n'est qu'un pion dirigé par LeChuck, pirate fantôme ennemi éternel de Guybrush (le moment de son retour sonne curieusement très proche de la musique des Dents de la Mer, le film). Une sorte de reggae-swing assez bienvenu, que l'on retrouve sur l'île de Booty et son fameux concours de crachat, désopilant ! Il y a de la zydeco, ce style coloré venu de Louisiane, et on a droit à de sympathiques thèmes joués sur un piano honky-tonk/bastringue ("Jojo the Monkey", la "Booty Boutique").

Il y a aussi le thème cool du Capitaine Dread, rastaffari qui fait la navette entre les îles, le rocksteady joyeux de l'américain Stan au trombone (dans ce jeu, il est vendeur de pompes funèbres), et bien sûr le reggae émouvant "dolce vita" des retrouvailles avec la belle Elaine. La fin de LeChuck's Revenge/La Revanche de LeChuck, assez pénible d'un point de vue jeu déjà (point de vue personnel) est en dents de scie musicalement parlant, avec des thèmes sombres brouillons encore, et au contraire, des clins d'oeil à l'enfance très bien faits.

Bref, je ne suis pas un défenseur ardent des débuts de la saga, et surtout pas de ce deuxième volet, mais il y a des choses qui valent clairement le détour ! À noter que LAND utilise pour la première fois le système iMUSE, développé par Lucasarts pour mieux synchroniser le son et l'action.

A lire aussi en REGGAE :


Bob MARLEY & THE WAILERS
Legend (1984)
Trop exclusif !




Serge GAINSBOURG
Aux Armes Et Caetera (1979)
Allons enfants...!


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



Non disponible


1. Opening Themes & Introduction
2. Chapter Screen
3. Scabb Island Overview
4. Woodtick
5. Largo Lagrande
6. The Swamp
7. The Cemetery
8. Stabbing Largo & Lechuck Returns
9. The Cook
10. Captain Dread
11. Captain Dread And The Map
12. Phatt Island
13. Phatt Island Jail
14. Outside Phatt Mansion
15. Phatt Mansion Guard
16. Governor Phatt’s Room
17. Stan’s Previously Used Coffins
18. The Crypt / Rapp Scallion
19. The Spitting Contest
20. Captain Kate’s Boat / Booty Island
21. Jojo The Monkey
22. Phatt Island Waterfall
23. Secret Waterfall Tunnel
24. Rum Roger’s Cottage Exteriors
25. The Drinking Contest
26. Phatt Island Map
27. Phatt Island Wheel Of Fortune
28. “if This Is Three…”
29. Phatt Island Alley Dealer
30. The Booty Boutique
31. Governor Marley’s Guard House
32. Governor Marley’s Mardi Gras Fish Fry
33. Elaine & Guybrush
34. Stealing Elaine’s Map
35. “wow, What A Dream” & The Bone Song
36. Woodtick Revisited
37. Lechuck’s Lament
38. Rooms Of Ugly Bone Things
39. The Escape From Lechuck’s Fortress
40. Dinky Island
41. Elaine & Guybrush 2
42. The Voodoo Dolly
43. The Underground Tunnels
44. Closing Themes



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod