Recherche avancée       Liste groupes



      
POP  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 



LETTIE - Good Fortune, Bad Weather (2012)
Par MARCO STIVELL le 2 Novembre 2017          Consultée 182 fois

Que se passe-t-il lorsqu'une chanteuse, dont le style habituel flirte entre la folk et la pop alternative, décide de se fondre dans le moule de ses consœurs dont le but est de truster le sommet des hit-parades avec des titres bourrés d'électronique et faits pour marcher ? La réponse s'appelle Good Fortune, Bad Weather.

Et encore, on dit cela car c'est l'identité particulière de ce troisième opus, mais LETTIE parvient néanmoins à rester elle-même, en gardant la ligne de conduite de ses deux efforts précédents, Age of Solo et Everyman (2008). Avec David Baron, une nouvelle fois, elle réalise Good Fortune, Bad Weather, ainsi qu'un plus grand nombre d'intervenants, parmi lesquels Zachary Alford, batteur de son idole David BOWIE.

C'est une grosse production pour LETTIE, et sa meilleure sur toutes ses années. Qu'y a t-il de plus charmant que ces deux titres qui se suivent et qui n'ont rien à voir ? "Mister Lighter" et son côté ballade acoustique champêtre débouche sur la pop exotique de "Aluminium Man", où la demoiselle utilise un rare Vocodeur.

Toujours dans un style habituel, d'autres morceaux ont leur charme respectif : la chanson-titre avec son rythme reggae enivrant, "Lucky" et son tempo sixties-Motown, le funk-r'n'b délicieux de "Pandora", la suave "On and On" et également "Bitter", dans une touche alternative pure. L'emploi des choeurs, des synthés, de la batterie d'Alford et de la basse de Sara Lee (GANG OF FOUR), de guitares diverses et de cordes renforce la sensation que les arrangements sonnent mieux que jamais, bien plus que sur l'aride Everyman.

Dommage que cet ensemble prend encore une trop grande place par rapport aux nouveautés, ces fameux titres pop-électro qui sont tellement réussis que c'en est désarmant. À vouloir faire ce qui marche, LETTIE s'y prend non seulement mieux que beaucoup de chanteuses à succès, mais on a en plus de la difficulté à comprendre qu'elle a manqué d'en obtenir elle-même.

"Swirl" ouvre l'ensemble avec son caractère paillettes et new-disco, "You wanna be a star..." pour premiers mots, petits "hin hin hin" aguicheurs, Lee et Alford mènent la danse... Cela lui va tellement bien, à notre Sophia Letitia MacLean ! Même chose pour "Digital", un peu plus loin, génial avec son Mellotron ainsi que son solo de clavier 8-bit.

Et nous ne sommes pas au bout de nos surprises, la meilleure partie de l'album réside à travers un autre combo : "Digital", "Never Want to Be Alone" et "Sanctuary". La seconde, dans un registre alternatif amélioré est lancée sur un tempo urbain d'enfer, taillé pour le dancefloor, avec ses boîtes à rythmes et ses claviers technoïdes, son refrain simple et intelligent à faire pâlir David GUETTA de jalousie.

"Sanctuary" reprend quant à elle un rythme sixties voire punk/post-punk et pousse le plaisir jusqu'à presque 6 minutes. La mélodie et les refrains sont aussi efficaces que l'ambiance est prenante ; la façon dont la guitare électrique (D. James Goodwin, musicien de DEVO) se balade au milieu des synthés de David Baron, tandis que la voix magnifique de la demoiselle se perd dans la réverbération, maaah ! Il y a vraiment là une sorte de noyau central à l'album et non rattrapé ensuite, ce qu'on ne peut s'empêcher de regretter, même si le reste est bon.

LETTIE n'a pas eu le succès mérité ni poursuivi directement dans cette voie. Good Fortune, Bad Weather une saveur unique, légèrement frustrante, bien que cela n'enlève rien à la qualité d'ensemble. La demoiselle est heureuse de ses travaux réalisés avec Baron et il y a franchement de quoi, surtout lorsqu'on pense à celui-ci !

A lire aussi en POP par MARCO STIVELL :


Marina KAYE
Fearless (2015)
Pop-soul par une française




Joe JACKSON
Night & Day (1982)
Groovy et intense


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Lettie (chant, guitare, pédale écho, autres instruments)
- David Baron (synthétiseurs analogiques, autres instruments)
- Zachary Alford (batterie)
- Sara Lee (basse)
- Danny Blume (guitares, basse, mandoline)
- D. James Goodwin (guitare)
- Pete Calgan (programmations additionnelles)
- Kevin Kadish, James Pollis (guitares)
- Simi Stone (choeurs)
- David Gould (banjo)
- Emily Welsch, Rebecca Schlappich (violon)
- Michael Tritter (synthétiseur swarmatron)


1. Swirl
2. Lucky
3. Bitter
4. Never Want To Be Alone
5. Sanctuary
6. Digital
7. Pandora
8. Fitter
9. Mister Lighter
10. Aluminium Man
11. Good Fortune, Bad Weather
12. Come Back
13. Crash And Burn
14. On And On



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod