Recherche avancée       Liste groupes



      
ELECTRO-POP  |  COMPILATION

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Yes, Vangelis, Aphrodite's Child, Irene Papas & Vangelis, Jon Anderson

JON & VANGELIS - The Best Of Jon & Vangelis (1984)
Par AIGLE BLANC le 3 Novembre 2017          Consultée 1559 fois

La collaboration des deux grands artistes Jon ANDERSON (éminent chanteur de YES) et VANGELIS (pionnier de la musique électronique orchestrale), séduisante sur le papier, a malheureusement accouché d'une souris. Quatre albums seulement ont vu le jour avant que les deux musiciens ne déclarent forfait. L'essentiel de leurs travaux s'échelonne de 1979 à 1983, avant un tunnel de silence long de 8 ans et une amorce de reformation en 1991, ayant abouti à l'insipide Page of Life. Et c'est sur cette note lamentable que s'est éteint le duo aujourd'hui tombé dans l'oubli.

Les raisons d'une collaboration aussi brève et inaboutie sont diverses. L'individualisme forcené de VANGELIS, d'une part, lui dicte d'être seul maître à bord de sa créativité. Or, appartenir à un groupe la dilue fatalement, l'expérience d'APHRODITE'S CHILD lui ayant servi sans doute de leçon. La sensibilité de Jon ANDERSON, d'autre part, le porte quant à lui plus délibérément vers les ballades sirupeuses, ce que confirme sa carrière solo émaillée de sentimentalité gluante sur des textes lénifiants à souhait, qui prêtent le flanc aux sarcasmes. Sans doute entraînés par les paroles philosophico-sentimentales de Jon, les claviers de VANGELIS sont tombés dans le piège de la guimauve gangrené par la musique new-age à laquelle pourtant le compositeur grec a toujours refusé d'être accolé. C'est dans cette impasse que s'est progressivement enfermée la musique du duo, menaçant successivement Short Stories et The Friends of Mr Cairo, avant de contaminer irréversiblement Private Collection et surtout The Page of Life.
Jon ANDERSON semble donc avoir eu une mauvaise influence sur VANGELIS, leur duo ayant produit beaucoup de déchets.

Quel masochisme alors me pousse à chroniquer le Best of JON & VANGELIS ? Déjà, un premier point positif : paru en 1984, ce best of succède d'un an à Private Collection. Par conséquent, soyez assuré(e) de n'y entendre aucun extrait du sinistre Page of Life de 1991. D'ordinaire, il est préférable d'avoir tous les albums représentés dans une compilation, mais étant donné la médiocrité affligeante du dernier opus, pour une fois, cela devient un atout.
Deuxième point positif : si un best of ne parvient jamais à offrir un programme cohérent, en raison de la multiplicité des sources et du caractère aléatoire de la sélection, ici le choix des titres sonne comme une évidence. The best of JON & VANGELIS s'écoute non seulement comme un authentique album mais, suprême ironie, comme le meilleur opus du duo.
Des 23 compositions, après avoir écarté celles, forcément absentes, du dernier opus de 1991, le best of en retient 9. Force est de reconnaître que ces 9 titres figurent parmi les meilleurs du groupe. S'il est évident que nos deux acolytes n'ont pas su réellement combiner leurs talents respectifs, il serait abusif toutefois de ne pas leur reconnaître quelques réussites modestes voire remarquables. C'est ce que nous démontre en tout cas ce best of exemplaire.

L'album le plus représenté dans la sélection, avec pas moins de 4 titres, est sans surprise The Friends of Mr. Cairo (1981), de loin le meilleur opus de la courte carrière de JON & VANGELIS. Il est suivi logiquement de Short Stories (1979) avec 3 extraits, le parent pauvre demeurant, sans surprise là encore, Private Collection (1983) avec deux pistes seulement. Le choix ayant présidé à la sélection reste donc parfaitement cohérent au regard de la qualité intrinsèque de chaque opus.

Si la mièvrerie est le piège dans lequel le duo a fini par sombrer, il lui est arrivé de réussir quelques ballades vraiment sympathiques. C'est le cas de la très belle "One More Time" où le chant de Jon et les claviers oniriques de VANGELIS, dans un bel équilibre, en font une pièce de choix.
On retrouve les mêmes qualités dans la magnifique "A Play Within A Play" où je suis toujours impressionné par la justesse du chant et la douceur enveloppante des claviers aériens de VANGELIS. La brutale cassure de rythme qui intervient entre la 3ème et la 4ème minute, et qui sert vraiment de pont, voit le synthétiste grec sortir toute son armada électronique et se jeter à corps perdu dans un délire bruitiste de belle facture. Ce passage ne rompt pas du tout l'harmonie délicate de la chanson et permet au contraire d'intensifier le retour au calme dans une conclusion planante à souhait.
"Outside and Inside" (selon les éditions titrée aussi "Outside of This (Inside of That)") est une autre ballade qui commence il est vrai en sourdine, sans trop d'inspiration, jusqu'à ce que, au bout de la 3ème minute, elle trouve enfin sa densité et sa tonalité. Les claviers de VANGELIS n'y brillent pas toutefois d'une grande originalité. Ils s'effacent cette fois au profit du chant original de Jon.
"I Hear You Know" quant à elle séduit par le rythme chaloupé des claviers qui créent une ambiance smoothy très réussie. Jon y chante encore avec autant de foi et de conviction qu'au sein de YES sans jamais sombrer dans l'excès. Un très beau morceau.
"I'll Find My Way Home" était le single commandé par Polydor et, suite à son succès aux box office anglais, intégré à certaines éditions de l'album The Friends of Mr. Cairo. Si la mélodie n'en est pas des plus mémorables, la montée en puissance, tout en crescendo frissonnants, y est si habilement dosée que cela en fait une bonne chanson. VANGELIS soutient efficacement la chanson en faisant preuve d'une certaine inventivité dans ses arrangements, toujours a propos.
"Italian Song" en revanche est une ballade onirique d'une grande platitude. Les arrangements de VANGELIS y sonnent certes majestueusement, comme à l'intérieur d'un rêve, mais la voix de Jon, déjà très sirupeuse, est gâchée de plus par un effet d'écho qui, au lieu de traduire la magie recherchée, enfonce encore plus la composition dans les limbes de l'insipide. C'est le plus mauvais choix du Best of, en piste d'ouverture qui plus est.

Heureusement, les ballades sont contrebalancées par des titres bien plus rythmés, comme le funky et soul "State of Independance", très original, et bénéficiant d'arrangements réussis. C'est ainsi que les interventions au saxo de Dick Morrissey contribuent au charme de ce titre dont Donna Summer livrera l'année suivante une excellente version, encore plus puissante. Jon au chant y livre une performance remarquable.
"He's Sailing" n'est ni un slow ni un rock. Titre inclassable aux arrangements puissants de VANGELIS, il délivre l'envie de larguer les amarres et de partir au large. Les effets sur la voix de Jon, constamment dédoublée, sont parfaitement cohérents.

Mais ce Best of ne serait pas ce qu'il est sans la magie du titre "The Friends of Mr. Cairo", proposé ici dans sa version intégrale de près de 12 minutes. Une chanson géniale qui ranime la flamme du vieux cinéma, celui de Scarface et de Dick Tracy, à coups de bruitages jaillis d'une pellicule 35 mm, sur un rythme sautillant irrésistible et une performance vocale de Jon absolument démente. Un titre progressif, délirant pastiche, qui reproduit des ambiances de B.D savoureuses. Dans sa dernière partie, après l'humour, surgit l'émotion d'un Jon ANDERSON se remémorant les stars de cinéma de son enfance. Ce morceau raconte une histoire, avec espièglerie. Superbe. De loin, la meilleure compo du duo.
Ainsi en est-il du meilleur opus de JON & VANGELIS.

Note réelle : 3,5 / 5

A lire aussi en POP par AIGLE BLANC :


Etienne DAHO
Corps & Armes (2000)
Une pop luxueuse à la bacharah.




MAZZY STAR
She Hangs Brightly (1990)
Hope Sandoval, un chant sensuel et langoureux


Marquez et partagez





 
   AIGLE BLANC

 
  N/A



- Jon Anderson (chant, paroles)
- Vangelis (tous les claviers électroniques)
- Dick Morrissey (flûte, saxophone)
- Carol Kenyon (chœurs)
- David Coker (dialogue dans le titre 6)
- Sally Grace (dialogue dans le titre 6)


1. Italian Song
2. I'll Find My Way Home
3. State Of Independence
4. One More Time
5. A Play Within A Play
6. The Friends Of Mr. Cairo
7. Outside Of This (inside Of That)
8. He's Sailing
9. I Hear You Now



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod