Recherche avancée       Liste groupes



      
MUSIQUE ELECTRONIQUE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Yes, Vangelis, Aphrodite's Child, Irene Papas & Vangelis, Jon Anderson

JON & VANGELIS - Short Stories (1980)
Par WALTERSMOKE le 14 Décembre 2012          Consultée 2476 fois

Tout commence en 1973 : c'est l'année où sort Tales From Topographic Oceans, l'indigeste sixième album studio de YES, mais après sa sortie, voilà que le claviériste Rick WAKEMAN s'en va pour ensuite jouer les requins de studio chez BLACK SABBATH et s'occuper de sa carrière solo; il faut donc lui trouver un remplaçant. Ce sera Patrick MORAZ, mais parmi les recalés, il y a VANGELIS : le musicien grec a fait ses armes chez les APHRODITE'S CHILD, dont il avait en quelque sorte le leadership, et a répété quelques jours avec YES, ce qui lui a permis de devenir ami avec le chanteur Jon ANDERSON. C'est ainsi qu'on retrouve ce dernier en guest vocal à la fin de la première partie de Heaven & Hell, ainsi que sur See You Later, et comme joueur de harpe sur le dernier morceau d'Opéra Sauvage, et finalement, ce qui devait arriver arriva, début 1980, profitant de l'absence d'ANDERSON au sein de YES, les deux hommes composent ensemble Short Stories, l'aboutissement musical de leur amitié bien présente.

Il est difficile de ne pas reconnaître la musique de VANGELIS, mais on n'a pas affaire pour autant à une domination certaine de ce dernier, le format et la direction artistique relevant clairement de la chanson standard malgré la longueur des titres, ce qui est d'autant plus intéressant qu'il n'y a que lui qui compose, ANDERSON s'occupant des paroles. De plus, si on ressent la patte ayant caractérisé le compositeur grec jusqu'à présent, les sonorités renvoient quand même plus à Opéra Sauvage qu'à Albedo 0.39. Pourtant, le premier morceau, "Curious Electric", n'annonce en rien cette couleur : pendant deux minutes et demi, le compositeur grec se fait plaisir avec ses claviers qui jouent dans le même registre que ses productions des années 70, puis des rushes de l'abominable Beaubourg débarquent avec la voix d'ANDERSON qui nous parle de la télé, ce qui change des déclarations du type "nous sommes du soleil" (en français dans le texte, s'il vous plait !) sept ans plus tôt. C'est un morceau assez sympa, mais qui ne convient clairement pas en ouverture, du fait de son allure brute par moments et le peu d'accessibilité qui le caractérise.

Les autres morceaux ne sont en revanche pas du même tonneau, et c'est tant mieux. De manière générale, ils naviguent entre calme et poésie, sans une once de new-age quelque part; ainsi, "Each & Everyday" et "One More Time" (qui démarre avec une très belle mélodie cristalline) représentent clairement l'album, ce sont des titres à écouter la tête reposée, sans des choix artistiques résolument mauvais ou des paroles à dormir debout, comme on aurait pu le craindre de la part du chanteur. Jon et VANGELIS se permettent quand même quelques écarts comme "Thunder", le titre le plus enjoué du disque, ou encore "Far Away In Baagad", assez sympathique pour l'occasion; quant à "I Hear You Now", le single de l'album, il ferait un bon titre avec plus d'acoustique et surtout moins de longueurs, mais reste un titre de bonne facture. Je suis en revanche circonspect face à "A Play Within A Play", non seulement complètement gâchée par une violente coupure en son milieu, mais ne brillant même guère sans cette incartade. Soulignons également "The Road", assez jolie avec le duo guitare acoustique-piano, mais gênée par les synthés caractéristiques de VANGELIS, lui conférant une grandiloquence inutile. Zut alors. Quant à "Love Is", ce qui démange, c'est un manque remarquable de charge émotionnelle, qui aurait pu en faire une grande chanson - en même temps, la voix d'ANDERSON ne s'y prête guère.

Pour un premier album, Short Stories présente une bonne synergie entre Jon ANDERSON et VANGELIS, mais le caractère peu entraînant des chansons génère un certain ennui poli, même si l'on ne s'attendait pas à du hard-rock, loin de là. Il reste toutefois agréable à écouter, sans prise de tête, bien qu'il ne fasse pas partie des albums qui marquent durablement.

A lire aussi en MUSIQUE ELECTRONIQUE par WALTERSMOKE :


Jean-michel JARRE
Les Concerts En Chine (1982)
Les tribulations d'un Français en Chine




Steve ROACH
Empetus (1986)
Roach, ce maitre du séquençage


Marquez et partagez





 
   WALTERSMOKE

 
  N/A



- Jon Anderson (chant)
- Vangelis (tout le reste)
- Raphael Preston (guitare acoustique)


1. Curious Electric
2. Each & Everyday/bird Song
3. I Hear You Now
4. The Road
5. Far Away In Baagad/love Is
6. One More Time
7. Thunder
8. A Play Within A Play



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod