Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK  |  LIVE

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Green River

MUDHONEY - Lie (2018)
Par NESTOR le 24 Juin 2018          Consultée 266 fois

Dans l’imaginaire de beaucoup de personnes, le grunge est mort depuis bien longtemps et en tout état de cause n’a pas survécu aux années 2000. Mais les faits contredisent cette impression.
En effet, si l’on considère les figures historiques de ce mouvement, il convient de constater que la plupart sont encore actifs, même s’il n’est plus toujours évident de les rattacher à ce style musical au travers duquel ils se sont fait connaître.
Ainsi THE MELVINS et PEARL JAM n’ont-ils jamais lâché leurs guitares et affichent une longévité qui commence à compter. Et depuis la période allant de 2005 à 2010, on constate les reformations de ALICE IN CHAINS, SOUNDGARDEN, THE SMASHING PUMPKINS, DINOSAUR JR…
Bien qu’un tantinet moins connu, il faut ajouter à cela MUDHONEY qui depuis 1988 nous abreuve de son rock alternatif, abrasif et énergique. Et qui, 30 ans après sa formation, nous fournit un album live intitulé LIE, pour Live In Europe.
Pour être plus précis, on devrait dire qu’il nous propose un NOUVEL album live, celui-ci étant le sixième que nous livre MUDHONEY depuis 2007, si l’on prend en compte la vidéo Live In Berlin. Si l’on considère au surplus que leur dernier album studio date de 2013, on pourrait légitimement s’inquiéter sur leur éventuel manque d’inspiration. Mais l’annonce de la sortie d’un nouvel album d’ici la fin de l’année devrait dissiper cette crainte.
Pour autant, l’effet de surprise ou d’attente que pourrait procurer ce LIE est assez limité, surtout que le groupe ne s’est pas trop creusé la tête pour définir sa set-list, la moitié des titres se trouvant déjà sur au moins un de leur précédents albums live. On peut toutefois se réjouir de la présence de "Editions Of You", une reprise tirée de For Your Pleasure (1973), le deuxième album de ROXY MUSIC, dans une version évoquant un FISH KARMA versant dans le bruitisme.

Mais soyons honnête, l’écoute d’un disque de MUDHONEY est rarement accompagnée d’une recherche effrénée de nouveauté et de surprise. Ce n’est en effet pas dans ce domaine que résident l’attrait et les qualités du groupe. Celles-ci sont plutôt à rechercher du côté de l’énergie que les Américains sont capables de transmettre au travers de leurs musique. Une débauche d’énergie d’une telle intensité que cela n’est pas sans effets et que le groupe ne donne pas toujours dans la finesse. Il déploie une telle frénésie que l’orchestration est parfois un brin brouillonne, notamment du fait d’un usage démesuré de distorsions. Mais, grâce à une prise de son de qualité, cette énergie est toujours palpable et le moins que l’on puisse dire, c’est que MUDHONEY reste fidèle à son style. A ce niveau, et si l’on voulait se montrer un peu caricatural, on pourrait même presque parler d’immobilisme.
Pour autant, les différents morceaux proposés ici parviennent à refléter différentes facettes du groupe.
Le début tambours battants avec notamment l'instrumental "Fuzz Gun ‘91" et "Poisoned Water", nous emmènent aux confins d’un punk rock pugnace qui pourrait évoquer les STOOGES et le MC5.
Alors que le passage plus axé sur des chansons récentes telles que "The Final Course" et "What To Do With The Neutral", toutes deux tirées de Vanishing Point (2013), permettent à MUDHONEY de faire saillir encore plus son penchant pour les guitares wah wah, en faisant ressortir son côté rock psychédélique à la IRON BUTTERFLY, THE WICKED LADY ou BLUE CHEER. Et que "Broken Hands" représente la facette la plus épique et peut-être également la plus grunge du groupe.
Alors soit, ces distinctions pourraient paraître bien subtiles et mineures à des oreilles profanes. Mais elles permettent toutefois à MUDHONEY de trouver un certain équilibre artistique et de ne pas se montrer basiquement unidimensionnel.
Il n’en reste pas moins que ce condensé d’énergie pure, qui reflète parfaitement l’intensité des concerts du groupe est à réserver à un public averti pour lequel la recherche de perfection ne représente pas l’alpha et l’oméga en matière musicale.
Intense !

A lire aussi en ROCK par NESTOR :


La SOURIS DEGLINGUEE
Mekong (2005)
Un album gorgé de charme et de classe.




La SOURIS DEGLINGUEE
Banzaï (1991)
La fusion parfaite rock, punk, rap et reggae


Marquez et partagez





 
   NESTOR

 
  N/A



- Mark Arm (chant)
- Steve Turner (guitares)
- Dan Peters (batterie)
- Guy Maddison (basse)


1. Fuzz Gun '91
2. Get Into Yours
3. Poisoned Water
4. The Final Course
5. What To Do With The Neutral
6. I'm Now
7. Judgement, Rage, Retribution And Thyme
8. I Like It Small
9. Suck You Dry
10. Editions Of You
11. Broken Hands



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod