Recherche avancée       Liste groupes



      
CANTERBURY  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Membre : Henry Cow, Gong, Matching Mole
- Style + Membre : Hatfield And The North, Caravan, Khan, Egg, Gilgamesh

NATIONAL HEALTH - Of Queues And Cures (1978)
Par CALYX le 30 Juillet 2018          Consultée 147 fois

La découverte de cet album a été le plus grand choc musical de ma vie. Il propose une approche unique, majoritairement instrumentale, où chaque membre a son espace de création bien à lui. L’arrivée de John Greaves apporte une identité propre au groupe qui se démarque ainsi du travail créé au sein d’HATFIELD AND THE NORTH.
Tout est luxueux ici. La créativité côtoie sophistication musicale et excellence technique. Les compositions mêlent des parties écrites et d'autres totalement improvisées et plusieurs écoutes sont nécessaires pour en extraire toute la richesse et la subtilité.

L'album commence avec "The Bryden 2 step (for Amphibians)(Part one)" où l'inspiration est proche du travail d'Alan Gowen. Le morceau est dans la veine de ce qui faisait l'essence du premier album, à savoir une qualité harmonique fabuleuse, une ambition artistique certaine et une très grande variété instrumentale où se mêlent violoncelle, trombone et trompette. Le groupe ajoute un instrumental alambiqué avec "The Collapso", un calypso revisité dont le thème principal ressemble à s’y méprendre au "Theme One" de Van Der Graaf Generator. Selwyn Baptiste, précurseur dans l'apport des instruments issus des Caraïbes comme le steelpan ou le tambour en acier au Royaume uni, jouant de ce dernier dans ce morceau dira 'Not bad for a white band'. Un certain chaos émane de cette composition quelque peu complexe. Chef-d'œuvre absolu de l'album, le "Squarer for Maud" est également, avec ces 11,51 min, le morceau le plus long de l'album. Une intro sombre, à l’atmosphère lugubre et la guitare de Phil Miller qui apporte une mélancolie sinistre, sous une nappe de clavier inquiétante. La montée en puissance est maîtrisée et le final dévastateur... écrite par John Greaves, elle est sa composition la plus aboutie (avec "Half Asleep/Half Awake" sur l'album Unrest d'Henry Cow sorti en 1974). On y trouve toute son originalité et la variété de son inspiration alliées à ses incroyables capacités techniques de bassiste. Ses lignes de basse à peine croyables en font le meilleur bassiste que je connaisse. On peut également y entendre la voix de Peter Blegvad (avec lequel John Greaves collaborera, notamment sur l'album Kew Rhone sorti en 1977) récitant un texte pour le moins obscur.

Le morceau suivant est, comme le précédent, d'une inspiration constante. La richesse des arrangements, à la fois mélodique et rythmique, est magistrale. D'une homogénéité rare, les instruments s'entremêlent dans une euphonie de chaque instant, une vraie perfection structurelle et la variété des thèmes est incroyable. "Binoculars", composé par Pip Pyle, est l'unique morceau chanté de l'album et comme souvent au sein de l'école de Canterbury, les paroles quelque peu surréalistes ne manquent pas d'humour. Le solo de flûte traversière de Jimmy Hastings est tout simplement magnifique. Bien que ce dernier n'ait jamais été un membre à part entière dans l'un des groupes de Canterbury, que cela soit CARAVAN, HATFIELD AND THE NORTH ou encore SOFT MACHINE, ses interventions sont un apport essentiel à leur musique, et même indissociable de celle-ci. "Phlakaton", morceau très court, est en réalité un solo de batterie réalisé avec la bouche. Pip Pyle reconnaît, à contrecœur, le besoin commercial d'un solo de batterie, du moins c'est ce que nous explique le livret. L'album se clôt sur la deuxième partie de "The Bryden…". Semblable dans sa structure à la première partie dont elle reprend le thème principal, elle clôture cet album de la plus belle des manières.

Tout comme Alan Gowen avant lui, Dave Stewart quitte le groupe quelques mois après la sortie de l'album, ne se reconnaissant plus dans celui-ci, notamment en ce qui concerne l'improvisation apportée par John Greaves, héritage de son passé au sein d'Henry Cow. Il rejoint la formation de Bill Bruford avec lequel il avait déjà enregistré l'album Feels good to me en 1977. Il réalise néanmoins un album supplémentaire avec NATIONAL HEALTH, en 1981 avec l'album D.S. al Coda, en hommage à Alan Gowen, emporté par une leucémie quelques mois plus tôt.
D'une inspiration foisonnante, d'une richesse inouïe, Of Queues And Cures est le dernier témoignage d'une démarche artistique unique, venue de Canterbury, et le meilleur album qu’il m’ait été donné d’écouter.

A lire aussi en ROCK PROGRESSIF par CALYX :


HATFIELD AND THE NORTH
The Rotter's Club (1975)
L'aboutissement musical.




NATIONAL HEALTH
National Health (1978)
It's free with NATIONAL HEALTH.


Marquez et partagez





 
   CALYX

 
  N/A



- John Greaves (basse, chant, piano)
- Pip Pyle (batterie, percussions)
- Dave Stewart (piano électrique et acoustique, minimoog, orgue)
- Phil Miller (guitare)
- Jimmy Hastings (clarinette, basse clarinette, flûte traversière)
- Selwyn Baptiste (tambour en acier)
- Paul Nieman (trombonne)
- Phil Minton (trompette)
- Georgie Born (violoncelle)
- Peter Blegvad (voix)
- Keith Thompson (hautbois.)


1. The Bryden Two-step (for Amphibians), Pt. 1
2. The Collapso
3. Squarer For Maud
4. Dreams Wide Awake
5. Binoculars
6. Phlâkatön
7. The Bryden Two-step (for Amphibians), Pt. 2



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod