Recherche avancée       Liste groupes



      
RAP, HIP-HOP  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


DMX - …and Then There Was X (2000)
Par GLADIUS le 11 Septembre 2018          Consultée 82 fois

Allez, on le dit, DMX a sa place dans le milieu hip-hop des années 2000. Ses deux premiers albums, l'un fort solide, l'autre dans une continuité un peu molle, constituent tout de même des chiffres de vente colossaux et une présence en tant que numéro un dans le top du Billboard (système de classement américain des meilleures ventes sur le territoire). Place qu'il va encore confirmer avec son nouvel album, intitulé … And Then There Was X. Si les ventes du rappeur new-yorkais sont impressionnantes, la qualité de cet album est clairement mitigée.

L'album a été reçu positivement par la critique, seuls les puristes demandaient le retour d'un DMX avec des sons moins commerciaux. Car, rappelons-le, son précédent projet avait pour couverture une image du rappeur couvert... de vrai sang de porc. Dans ce nouvel album, les premiers singles nous prouvent la toute nouvelle tournure que veut prendre le rappeur, je pense notamment à "Party Up (Up in Here)" qui résonne encore dans nos oreilles et fuse encore dans nos soirées bien des années plus tard. Morceau qui n'est pas sans rappeler "Ruff Ryders Anthem", titre qui avait eu un franc succès lors de la sortie du premier album. Pure chanson de trashtalking envers les médisants qu'il considère comme des rappeurs anonymes, que personne ne connaît, "Party Up (Up in Here)" est avant tout une piste qui sait réunir, qui propose un rythme et une ambiance joviale pour apprécier dans de bonnes conditions les paroles d'un DMX survolté. Impossible de passer outre "What these bitches want", où le chanteur SISQO prête sa voix. Pur single créé à un moment où les deux artistes du morceau sont à l'apogée de leur carrière, il se révèle d'une efficacité redoutable. L'autre single, et non des moindres, est le très grand "What's My Name" qui à mon humble avis résume toutes les qualités du rappeur. Un morceau plein d'énergie, DMX lâche des paroles acérées comme toujours et ce avec la plus grande fougue dont il peut faire preuve.

Force est de l'avouer, les trois singles cités au-dessus se présentent comme des pièces maîtresses dans la carrière du rappeur, et au-delà ce sont tout bonnement des réussites en tout point, que le rappeur peut clairement considérer comme autant de pépites. Cependant, qu'en est-il du reste de l'album ? DMX sait faire des morceaux qui ont la fougue, la force de rassembler tout le monde autour d'une enceinte et de vouloir chanter avec lui. Mais arrive-t-il sur And Then There Was X à produire un album de la même trempe que son premier? "One More Road To Cross" est constitué de paroles intéressantes retraçant la vie du rappeur et les choix qu'il a dû faire pour la changer, cependant l'instrumentation proposée est plutôt quelconque. L'intérêt remonte sur "The Professionnal", portrait d'un tueur en série sur lequel DMX arrive à nous convaincre, puis sur "Fame" qui se défend comme un bon titre, bien rythmé et plutôt cohérent dans l'album.

Sur "Here We Go Again", la tension diminue. On revient à un rythme bien plus posé qui s'avère nécessaire dans un album très énergique. Il en est de même avec "More 2 A Song", morceau sur lequel DMX clame que le hip-hop est dénué de contenu et que les artistes ne font pas d'effort en parlant tous du même sujet. C'est vrai, DMX, mais c'est un peu l'hôpital qui se fout de la charité là, non ? Car parler de drogues, d'erreurs commises dans la vie et du fait de se repentir est une bonne idée, mais quand tous les morceaux sont truffés de ce genre de thèmes on tourne un peu en rond. "Don't you ever" manque clairement de punch et ne réussit pas à accrocher, "D-X-L (Hard White)" nous propose l'habituelle invitation d'artistes, ici The LOX à nouveau et DRAG-ON pour un morceau qui ne présente pas un énorme intérêt. L'ambiance sur "Comin' for ya" lui donne l'atout d'être quelque peu mémorable, même si bien en deçà des singles cités plus haut. L'heure de la prière avec "Prayer III" a des airs de bienfaisance, tandis que "Angel" en featuring avec Regina BELL va rehausser le niveau général de cette fin d'album, suivi d'un "Good Girls Bad Guys" exécuté à la perfection.

Le constat est encore une fois en demi-teinte. Le rappeur réussit trois vrais bons titres mais n'arrive pas à convaincre sur l'ensemble du projet. Un album qui, même s'il est son plus fier succès commercial, ne brille pas par sa qualité. On continuera à le suivre dans ses autres projets qui vont se révéler plus solides. Quoique...

A lire aussi en RAP, HIP-HOP par GLADIUS :


VALD
Nqntmqmqmb (2016)
= Ni Queue Ni Tête Mais qui met quand même bien




MOBB DEEP
The Infamous (1995)
Classique de chez classique du hip-hop


Marquez et partagez





 
   GLADIUS

 
  N/A



Non disponible


1. The Kennel (skit)
2. One More Road To Cross
3. The Professional
4. Fame
5. A Lot To Learn (skit)
6. Here We Go Again
7. Party Up (up In Here)
8. Make A Move
9. What These Bitches Want (feat Sisqó)
10. What's My Name?
11. More 2 A Song
12. Don't You Ever
13. The Shakedown (skit)
14. D-x-l (hard White) (feat The Lox Et Drag-on)
15. Comin' For Ya
16. Prayer Iii
17. Angel (feat Regina Belle)
18. Good Girls, Bad Guys (feat Dyme)



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod