Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK  |  STUDIO

Commentaires (7)
L' auteur
Acheter Cet Album
 



The DOORS - The Soft Parade (1969)
Par WALTERSMOKE le 10 Décembre 2014          Consultée 1576 fois

En 1969, les DOORS sortent l'album le plus polémique de leur carrière – du moins si l'on exclut ceux sortis après la mort de Jim Morrison. En effet, si nombreux sont les fans de rock citant avec grand plaisir le légendaire premier opus et Strange Days, il y en a déjà moins pour The Soft Parade, tout aussi fameux mais pour d'autres raisons. Absence de super tube, usage d'une fanfare et d'arrangements de cordes, et comble de l'horreur, le guitariste Robby Krieger qui s'octroie la composition de la moitié de l'album à lui tout seul... faut-il d'autres raisons pour détester The Soft Parade ?

Il vaudrait mieux se demander si ces griefs sont légitimes, cependant. Car autant l'annoncer de suite : The Soft Parade n'est pas un album mauvais, et encore moins raté. Il est juste très différent de ses prédécesseurs et peut fortement étonner, surtout si l'on s'attend à un Jim Morrison en transe sur une musique rock implacable. Mais comme tout groupe qui se respecte, la volonté de changement des DOORS n'était pas condamnable, ils n'avaient pas à se justifier devant des incrédules qui étaient prêts à écouter tout le temps la même chose (les fous). Ceci étant, il faut reconnaître, à moins de jouer à l'anticonformiste, qu'il ne s'agit pas du meilleur disques de nos Portes préférées.

La faute à qui ? Certains pointent du doigt Robby Krieger, qui aurait salopé l'album avec des compositions franchement fades et inutiles. Quand on écoute "Runnin' Blue", il y a de quoi acquiescer : les DOORS qui font de la country, c'est navrant. Le refrain doit être le plus mauvais de toute la carrière de Morrison, à n'en pas douter. Mais d'un autre côté, les couplets présentent des arrangements de cuivres vraiment particuliers, et qui auraient pu être plaisants dans une meilleure chanson. Par contre, rien n'est à sauver du côté de "Easy Ride", qui donne dans le pastiche grossier, voire la parodie. Un morceau indigne de... Jim Morrison, qui prouve ainsi qu'il est incapable d’enchaîner chef-d'oeuvre sur chef-d'oeuvre sans baisse de régime.

Le reste de The Soft Parade, fort heureusement, n'est pas aussi mauvais. Si "Tell All the People" perturbe à la première écoute (« c'est quoi ces cuivres à la con ? Je veux mon rock ! »), il ouvre bien l'opus, tandis que "Touch Me" s'impose sans résistance comme le meilleur morceau de The Soft Parade, avec son rythme entrainant et sa durée raisonnable. "Shaman's Blues" aurait quant à lui gagné à être plus court et surtout plus concis, mais se laisse tout de même écouter sans déplaisir, alors que plus loin, l'abus de claviers sur "Wild Child" rend ce morceau un peu plus fragile.
Impossible de parler de The Soft Parade sans évoquer son morceau-titre. Renouant avec la tradition de la piste épique et puissante, elle est cependant moins plébiscitée que ses illustres aînées ("The End" et "When the Music's Over", pour rappel). Trop foutraque, trop déstructurée, etc... Et pourtant, il faut au moins reconnaître que "The Soft Parade" ose sortir d'une certaine linéarité. Soyons fous, on peut même parler d'un morceau progressif, notamment au vu des changements de plans musicaux. Ceci étant, ça et la poésie de Morrison n'en font pas pour autant un excellent morceau : le tout sonne de manière maladroite, et il manque surtout le côté attrape-mouches irrésistible qui donne envie d'y revenir avec plaisir.

The Soft Parade (l'album) n'est pas un incontournable du rock, et ce malgré le nom du groupe qui l'a créé. Il est également loin d'être le cataclysme musical tant décrié, malgré quelques moments objectivement navrants. A une époque où les ennuis commencent à s'accumuler, c'est pas mal de la part des DOORS.

A lire aussi en ROCK par WALTERSMOKE :


Michel BERGER
Starmania (avec Luc Plamondon) (1978)
Attention, oeuvre culte

(+ 1 kro-express)



PULP
Different Class (1995)
Le triomphe de Pulp


Marquez et partagez





 
   WALTERSMOKE

 
   PINHEAD
   ZARDOZ

 
   (3 chroniques)



- Jim Morrison (chant)
- Robbie Krieger (guitare, choeurs)
- John Densmore (batterie)
- Ray Manzarek (claviers)
- Harvey Brooks (basse)
- Doug Lubhan (basse)


1. Tell All The People
2. Touch Me
3. Shaman's Blues
4. Do It
5. Easy Ride
6. Wild Child
7. Runnin' Blue
8. Wishful Sinful
9. The Soft Parade



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod