Recherche avancée       Liste groupes



      
POP ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


The ICICLE WORKS - Permament Damage (1990)
Par ERWIN le 27 Avril 2019          Consultée 308 fois

La situation devient préoccupante pour ICICLE WORKS. Les ventes n'ont rien de mirobolantes malgré les évolutions musicales. Evidemment, c'est le moment ou les problèmes d'ego commencent à surgir... Car Ian McNabb contrôle tout, de la production à la composition, il chante, et seul lui apparaît sous les lights des projecteurs. Chris Sharrock, le batteur part le premier et va continuer une carrière d'instrumentiste chevronné très demandé, il est actuellement le batteur de Noël GALLAGHER. L'autre Chris se casse dans la foulée. Ian n'a pas d'autre choix, lâché qu'il est par Beggars banquet de recruter un autre groupe pour continuer l'aventure. C'est ainsi que naît le dernier album signé ICICLE WORKS, avec cette vilaine pochette orangée. Qui plus est, l'ensemble est bien noirâtre, puisque les lyrics évoquent presque tous des séparations.

Je vous avais pas dit que le fiston Zag Starkey avait notamment officié derrière les fûts pendant la période de transition ? Bin voilà... Ian, le natif des bords de la Mersey, assume aujourd'hui pleinement l'héritage des BEATLES, toutes proportions gardées bien sur. C'est scarabéen en diable sur "Look What She Did To My Mind" le travail des harmonies, l'ambiance pop, on y est presque. "Permanent Damage" est un petit blues aux intonations poppisantes de semblable extraction, sans prétention mais agréable, on reconnaît tout de même les inflexions et même les notes des aînés de Liverpool. Il va sans dire que le talent de McNabb pour composer des mélodies simples et accessibles est bien là, on le ressent sur "Melanie Stills Hurts" et sa superbe ligne d'arpèges.

Deux titres sont à retenir en priorité : je suis très fan des vocalises sur "Dumb Angel", et de cette guitare cristalline qui nous replonge dix ans plus tôt, le meilleur titre du lot, le seul à vraiment posséder une vibe new wave de qualité. Puis le fameux grand écart est atteint lorsque rugit la gratte de Ian sur l'hymne biker qu'est "Motorcycle Rider" et ses effets pyrotechniques. On a du mal à envisager le fait que ce groupe soit celui qui a composé "Nirvana" il y a 8 ans seulement. Quelle évolution ! Titre direct et sans fioritures, qui dégage une belle énergie et se retient facilement. Que demander de plus ?

Nous sommes désormais habitués au fait que les livraisons de ICICLE WORKS partent dans tous les sens et c'est parfois réussi ! Ecoutez donc cette rythmique flamenco sur "Hope Street Rag" ; perso je la trouve très adictive, et certes, le refrain nous renvoie à l'Angleterre des nineties et de la britpop qui se pointe. Quelle évolution tout de même : de chantre de a New Wave, Ian est devenu un héraut des mouvements alternatifs en Grande Bretagne. On remarquera le riff bluesy noisy de "One Good Eye", dieu que le pré carré semble loin, ce titre sonne presque STONien. "Woman on My Mind" annonce le grunge et on ressent toutes les influences de Neil YOUNG. Eh oui, on part à nouveau dans tous les sens, sacré Ian !Des consonances BOWIEienne sur "Baby Don't Burn", de la pop avant gardiste, un reste de New Wave, et le voix de McNabb, cette fois traînante.

Ce dernier effort de ICICLE WORKS ressemble à celui qui l'a précédé. Beaucoup de genres abordés dans les compositions, de jolies mélodies, mais une certaine fébrilité à l'heure de poser un diagnostic quand à la musique que joue Ian McNabb. Bien sur, les éléments alternatifs mènent la danse de bout en bout, si on excepte "Motorcycle Rider". La qualité est souvent là, mais le fan aura bien du mal à se dépétrer de toutes les influences qu'on retrouve su cet album. En définitive, une carrière courte, presque fulgurante, une capacité à créer des chansons classiques, un ensemble chatoyant, plein de rebonds, mais à conseiller à ceux qui ont une bonne ouverture d'oreille !

A lire aussi en NEW-WAVE par ERWIN :


EURYTHMICS
Be Yourself Tonight (1985)
Les classiques eighties




EURYTHMICS
Sweet Dreams (1982)
Les fabuleux rêves doux


Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
  N/A



- Ian Mcnabb (chant-guitare)
- Paul Burgess (batterie)
- Roy Corkill (basse)
- Dave Baldwin (claviers)


1. I Still Want You
2. Motorcycle Rider
3. Melanie Still Hurts
4. Hope Street Rag
5. I Think Im Gonna Be Ok
6. Baby Don't Burn
7. What She Did To My Mind
8. One Good Eye
9. Permanent Damage
10. Woman On My Mind
11. Looks Like Rain
12. Dumb Angel



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod