Recherche avancée       Liste groupes



      
POP ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


The ICICLE WORKS - Blind (1988)
Par ERWIN le 25 Avril 2019          Consultée 306 fois

Les fans de ICICLE WORKS ont déjà un peu de mal à percuter sur l'identité du groupe en cette fin de décennie. Toujours chez Beggars banquet, la bande de Ian McNabb n'a pas changé d'un iota, mais il semble clair que leurs goûts ont évolué, cela est particulièrement remarquable sur le jeu de guitare de Ian qui emprunte de plus en plus au folklore américain ses interventions, ce qui nous éloigne drastiquement de leurs influences New Wave du début. Mais peu importe, d'autres groupes ont tenté et réussi leur tentative de reconversion musicale. Enfin, pas tant que ça, mais l'espoir reste permis avec un tel talent. Nous voici donc en 88 pour le quatrième opus du groupe.

Et voyez donc ce commencement d'album : "Shit Creek" déploie une agressivité immédiate qui va vous prendre à la gorge, on n'est pas si loin d'une ambiance southern rock à la BLACKFOOT. La démarche est donc surprenante de la part de nos ex-jouvenceaux new-waveux. Le son de guitare ne trompe cependant pas, et il est même improbable de reconnaître Ian McNabb sur ce chant gorgé de blues, assorti d'un solo dans le même esprit. Ouais, c'est du hard rock. Jusqu'à présent, seul The CULT avait réussi à opérer ce revirement sans casse. Les aspects résolument rock de "High Time" sont plus superficiels, mais tout aussi directs, avec de jolis licks de guitare. Puis boum ! On passe de l'autre côté de la barrière avec "Two Two Three", qui nous balance une sauce punky totalement barge, au point que la voix en devient méconnaissable, mais ça reste cool.

Inexplicablement, la batterie cartonnée et les gimmicks new-wave reviennent sur "The Kiss Off". L'attitude est là, on sent même l'ambiance évidente dans la vidéo, mais la guitare est toujours très ricaine avec un harmonica, qui plus est. Sur "Stood Before Saint Peter", Ian dépeint son altercation avec Saint-Pierre à son arrivée au paradis. C'est pop, gras, tout en étant assez light, l'ensemble étant fort agréable. "Here Comes Trouble" est un titre de pop mainstream à nouveau étonnant, assez réussi. Belle intro ambient sur "Starry Blue Eyed Wonder" avec des arpèges clairs, un hammond d'église et un chant habité, le tout débouchant sur une rythmique éclatante de pop rock et des gimmicks qui nous ramènent vers Dave Greenfield et les STRANGLERS. J'ai envie de dire que c'est magnifique ! Très slow "Walk A While With Me" propose une ambiance synth-pop, avec une ligne de claviers sortie du même tonneau.

Pas le grand écart mais d'autres sacrés entrechats tout de même, l'esprit soul bluesy super smooth de l'éponyme "Blind" ne pourra que vous surprendre. On saluera aussi le joli solo de Ian... tout ceci est réjouissant bien sûr, mais où est donc passé le mec qui composait de la new-wave ? Nous avons aussi la courte "One True Love" qui devient le prétexte à une ambiance country western a cappella particulièrement délicieuse. Ce coquin de Ian y est tout à fait à son aise, une gageure ! La caribéenne "What Do You Want Me To Do" emprunte au ska son rythme enjoué et la chaleur de son ambiance. Enfin, l'atmosphère est ondoyante sur l'éthérée "Little Gir Lost", sophistiquée à souhait et enrobée d'une orchestration chargée, avec un fort joli refrain.

Tout ceci est fort juteux, fort prometteur, calibré comme il faut et toujours de bon aloi. Mais ! Car il en faut un, il faut aussi admettre qu'on ne sait point trop à qui adresser ce skeud. On part dans tous les sens. Alors oui, c'est toujours rock en diable, mais les influences semblent sortir d'une boîte de Pandore qui ne se referme qu'avec le dernier titre. Ian McNabb n'est pas un songwriter comme les autres, voilà une porte ouverte défoncée ! L'identité d'ICICLE WORKS en prend donc encore un coup, et si l'album est excellent, la musique est inclassable ! Pour les curieux et les amateurs de surprise donc !

A lire aussi en NEW-WAVE par ERWIN :


The SUGARCUBES
Life Is Too Good (1988)
Les cubes de sucre se lancent !




Robert PALMER
Riptide (1985)
Fusion géniale


Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
  N/A



- Ian Mcnabb (chant-guitare)
- Chris Layhe (basse)
- Chris Sharrock (batterie)


1. Intro
2. Shit Creek
3. High Time
4. Little Girl Lost
5. Starry Blue Eyed Wonder
6. One True Love
7. Blind
8. Two Two Three
9. What Do You Want Me To Do
10. Stood Before Saint Peter
11. The Kiss Off
12. Here Comes Trouble
13. Walk A While With Me



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod