Recherche avancée       Liste groupes



      
NEW-WAVE  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


The ICICLE WORKS - The Icicle Works (1984)
Par ERWIN le 17 Avril 2019          Consultée 657 fois

Les méandres des parcours musicaux ! Dans le courant de l'année 82, alors en pleine découverte de l'oeuvre des BEATLES, j'ai été confronté à un autre groupe des rives de la Mersey : les débutants de ICICLE WORKS avec leur premier titre "Nirvana". Liverpool... la cité portuaire bénéficie d'un terreau artistique exceptionnel, tout autant que sa célèbre rivale Manchester. L'histoire de ce groupe un peu oublié le confirme à nouveau. Ian McNabb, jeune guitariste chanteur de 20 ans, cherche à former en 1980 un vrai groupe autour de lui et de ses compos. Les deux Chris, Layhe le bassiste et Sharrock le batteur, tous deux plus âgés que lui, le rejoignent et ainsi débute l'histoire du groupe The ICICLE WORKS, du nom d'une célèbre nouvelle de l'auteur de S.F. Fredrik Pohl ! Si tôt dans les eighties, le son se situe entre New Wave et Post Punk, avec un relief très dépressif assez remarquable.

Tout commence donc avec "Nirvana". De fait, une composition très très originale et chaotique pour l'époque. Cette chanson est littéralement hantée et ma première écoute fut assurément la bonne ! L'ensemble sonnait très cold-wave en cette année 82. La basse galope, les choeurs sont graves, les nappes de synthé judicieuses, une classe folle s'en dégage, de même qu'une certaine forme de sophistication. Il fallait être drôlement barré pour écrire un tel morceau, et cette ambiance malsaine ne trouve que peu de concurrence dans les groupes alternatifs ou new-wave de l'époque. Le single donne lieu à la signature avec le label Beggars banquet, qui va permettre au trio d'enregistrer dans de meilleures conditions.

Les singles vont donc s'enfiler comme des perles avant la sortie de l'album. Le premier est "Birds Fly" où les ressemblances avec TEARS FOR FEARS à la même époque ne sont pas feintes. Le magnifique refrain permet à chacun de retenir la compo dans son cortex. Très enjouée et positive, cette mélodie est un vrai must. Mais c'est le suivant, "Love Is A Wonderful Colour", qui sera le plus grand succès du groupe en atteignant la 15 eme place du billboard U.K. Un titre plus mainstream évoluant dans une veine pop new-wave comme la plupart des combos de ces années la pratiquent.

J'avoue quant à moi une nette préférence pour "In The Cauldron Of Love", fabuleuse composition où cohabitent un chant cool et presque ambient de McNabb s'entrechoquant avec la puissance du bridge et une gratte bien agressive, à retenir ! La basse véloce de Chris vrombit sur "Chop The Tree" et nous rapproche de The CULT. Voilà une belle comparaison, même si certains aspects du chant de Ian restent maladroits – finalement comme l'autre Ian -Astbury- sur l'album Dreamtime - , la construction est similaire à "Nirvana" et très sympa. "Factory In The Desert" penche aussi du côté Rock de la balance.

La basse règne en maîtresse sur "Reaping The Rich Harvest" mais c'est la clarté de la voix de McNabb qui frappe les esprits, un peu à la manière de celle de Curt Smith dans TEARS FOR FEARS. C'est flagrant sur "As The Dragon flies". On note d'ailleurs un xylophone - encore une réminiscence de T.F.F. - sur la très poppy "Out Of Season". Enfin, l'exotisme latent de "Lovers Day" dévoile une belle fresque épique de new-wave, avec une belle orchestration et des gimmicks alors à la pointe, roulements de Tom et larges ambiances synth-pop à l'honneur.

Je ne vais pas gagner une médaille en assénant que ce groupe est original, tant c'est l'évidence. Il évolue cependant entre deux courants, l'un rugueux et alternatif proche de The CULT, l'autre plus mélodique et raffiné, proche de TEARS FOR FEARS. L'équilibre étant atteint lorsque The ICICLE WORKS forge sa propre identité sur "Nirvana" ou "In the Cauldron Of Love". L'avenir nous dira quel genre Ian McNabb va privilégier pour essayer de faire de son groupe un des ténors des eighties. En attendant, ce premier album est fortement recommandable et possède une aura qui lui est propre.

A lire aussi en NEW-WAVE par ERWIN :


YAZOO
Upstairs At Eric's (1982)
Eclosion de la synth pop




INDOCHINE
Le Baiser (1990)
Le légendaire bisou

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
  N/A



- Ian Mcnabb (chant-guitare-claviers)
- Chris Layhe (basse)
- Chris Sharrock (batterie)


1. Chop The Tree
2. Love Is A Wonderful Colour
3. Reaping The Rich Harvest
4. As The Dragon Flies
5. Lovers Day
6. In The Cauldron Of Love
7. Out Of Season
8. A Factory In The Desert
9. Birds Fly
10. Nirvana



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod