Recherche avancée       Liste groupes



      
CHANSON BIEN FOUTUE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

 Forum Non Officiel Des Têtes Raides (548)
 Têtes Raides (644)

TêTES RAIDES - Le Bout Du Toit (1996)
Par RAMON PEREZ le 8 Juillet 2019          Consultée 157 fois

Je garde un souvenir lié à cet album, ou plutôt des souvenirs (car la scène s’est répétée plusieurs fois) : après que je l'ai lancé sur la platine familiale, mon père s’arrête, tend l’oreille à « St Vincent » et dit « C’est beau ça ». Oui, c’est beau. Le texte en clair-obscur, la mélodie délicate, l’accompagnement tout en sobriété de la guitare, avec le discret relief des autres instruments ainsi que l’interprétation toute en retenue de Christian Olivier, tout concourt à la perfection de ce petit bijou de chanson. Pour tout dire, je me rappelle encore parfaitement la première fois où je l’ai entendue, à mon premier concert de TETES RAIDES, un moment intimiste, parenthèse d’un spectacle plus énergique, qui m’avait littéralement fait planer.

Le bout du toit s’inscrit dans la droite ligne de Fleur de yeux, mais place d’entrée la barre un cran plus haut avec une chanson d’une telle stature. Il est toujours considéré par une large part du public comme le meilleur disque enregistré par le groupe, la référence à laquelle ses successeurs sont comparés. Christian s’en est d'ailleurs amusé en 2006 dans l’album de rupture « Fragile », proclamant qu’il était temps de lâcher le bout du toit. Qu’on le considère comme le meilleur ou pas, on doit de toute façon reconnaître la grande réussite de cet effort.

On y retrouve la dimension picturale et plastique de cette musique. Une foule de détails ornent des mélodies plutôt simples, coulant naturellement dans l’oreille. On entend comment chaque musicien participe, par petites touches, à l’édification de l’œuvre collective. Une œuvre qui prend son temps pour rajouter ces quelques notes dans un seul souci esthétique, qui n’hésite pas à jouer sur les nuances, à casser les rythmes, à proposer des ponts musicaux inattendus, ainsi que TETES RAIDES le fait depuis maintenant plusieurs albums.

Celui-ci fait la part belle à la guitare sèche qui structure une grande partie des morceaux par ses accords recherchés. D’ailleurs, « St Vincent » est dédiée à Georges BRASSENS, à ma connaissance la seule dédicace que le groupe ait faite durant sa carrière. Un rapprochement plus musical que textuel. A ce propos, je trouve que Christian atteint dans ce disque une certaine maturité, une vraie poésie au milieu de laquelle vient d’ailleurs parfaitement se glisser un poème de Robert Desnos (« L’amour tombe des nues »). Le texte à double sens des « Bouquets », les amusants « Viens » et « La religieuse » ou encore les plus graves « Vendue au diable » et « Des accords » montrent autant de registres vers lesquels il peut maintenant nous amener.

Comme il joue davantage la sobriété dans son interprétation, avec sa voix qui commence à explorer son insondable profondeur, il tire à lui seul l’ensemble un peu plus vers le haut. Mais il serait injuste de ramener les choses à lui, tant TETES RAIDES est avant tout un collectif où chacun a sa place propre, de laquelle il dialogue avec tous les autres pour créer le langage particulier du groupe. Un langage cette fois totalement acoustique, sans aucune électrification. Parfois exclusivement instrumental, comme avec la suite « Le bout du toit », dont le dernier mouvement est une belle rêverie, ou le merveilleux final de « Mille façons », une chanson aussi simple que touchante.

Le bout du toit est un nouveau voyage dans l’univers des TETES RAIDES. Chaque étape vaut le détour, avec ses odeurs particulières, ses atmosphères singulières. Un parfum d’Orient avec « Manuela », quelques relents des bas-fonds (« Les marrons », « La chanson du trépassé »), la brise marine du « Théâtre des poissons », un vent printanier sur « Un p’tit air ». Le disque creuse le sillon d’une chanson très bien faite, pleine de finesses. De quoi mettre à ses pieds les spécialistes de ce style. En ce qui me concerne, même si je l’aime beaucoup, il me manque un petit quelque chose pour le faire figurer tout en haut de la pile. Deux concurrents ont une longueur d’avance et me semblent encore mieux foutus, en termes d’ampleur sonore et d’impact. Mais il se bat pour le podium. Quoi qu’il en soit, en cette fin de décennie, la bande devient avec cet album une référence incontournable de la musique indépendante, au point de devenir un des piliers du label Tôt ou tard qui se lance avec Le bout du toit. Et c’est largement mérité.

A lire aussi en VARIETE FRANCAISE par RAMON PEREZ :


Jacques HIGELIN
Coup De Foudre (2010)
Recréation.




TêTES RAIDES
Les Oiseaux (1992)
Un disque au pinceau


Marquez et partagez





 
   RAMON PEREZ

 
  N/A



Non disponible


1. St Vincent
2. Les Bouquets
3. Le Bout…
4. Le Théâtre Des Poissons
5. La Chanson Du Trépassé
6. Viens !
7. Le Bout Du…
8. Vendu(e) Au Diable
9. La Religieuse
10. L'hermaphrodite
11. Des Accords
12. L'amour Tombe Des Nues
13. Le Bout Du Toit
14. Manuela
15. Mille Façons
16. Un P'tit Air
17. Les Marrons



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod