Recherche avancée       Liste groupes



      
FUNK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 



Chaka KHAN - Hello Happiness (2019)
Par BAKER le 28 Juillet 2019          Consultée 631 fois

Damned, c'te pochette ! Bon, pas en vinyl puisqu'elle est différente et qu'un choix artistique.... on va qualifier pudiquement ça de différent.... a été opéré, mais bon sang d'une pipe (pour fûmer), en CD, c'te pochette, mais c'te pochette !!! 66 ans la miss, mais alors, c'te pochette, d'un sex appeal ! Je mentirais si je disais ne pas trouver cette photo suggestive parfaitement à mon goût, une féminité exacerbée, des jambes que je prendais volontiers à mon cou, un magnétisme animal, une aura qui transperce le carton de c'te pochette. Et j'en vois venir de loin, de nombreux et nombreuses qui me rétorqueront que non seulement c'te pochette peut être considérée comme racoleuse et de mauvais goût, mais qu'en prime, on ne devrait se concentrer que sur la musique.

Are you sure ? Are you sure ? Are you sure ? Are you sure ? Are you sure ? Are you sure ? Are you sure ? Are you sure ?

Non parce qu'il faut être clair et franc : c'te pochette est un concentré de subtilité, d'humilité et de sobriété par rapport à c'te prod. C'te PROD ! Non mais la production de ce disque, c'est le Bois de Boulogne, la Rue Saint-Denis et les camionnettes de Gerland réunis. Après 12 ans d'absence, notre belle Reine du Funk a voulu revenir avec un album court mais qui se veut efficace, et qui mélange quelques bases 70s avec un son "plus moderne". Plus moderne ? Non, le terme précis est : racoleur, putassier, opportuniste (NDLR : Désolé mais ça fait trois termes, ô maître). Le son de ce disque est, bien évidemment, brickwallé à mort (et de qualité très changeante selon les chansons), mais ce n'est rien comparé à la production qui va terrasser d'une crise cardiaque un grand nombre d'afiçionados de la funk/soul de l'âge d'or.

On fait les comptes ? Chiche ? Titre 1 : les choeurs par centaines noyés dans la réverb psyché. Titre 2 : les strings à la DALIDA, les bongos archisurmixés, ce synthé spatial de fin que n'aurait pas renié RINGO, ni NOAM. Titre 3 : une intro au solo de synthé typé Derek SHERNIAN, des samples de gratte à la EQUINOX, oui, des SAMPLES de GRATTE comme au bon vieux temps de l'Amiga en 91 ! Un pont à base de clavas que même Mariah CAREY n'ose plus, un orgue si craspec qu'on dirait qu'ils l'ont fait rouiller exprès (d'où les 12 ans), des bruitages incongrus de partout, des envolées de boutique vocales gratuites, bref, ce disque, côté arrangements, c'est la foir'fouille, la fête à neuneu, une raveparty sur le perron des Macron.

Et vous savez quoi ? Malgré ces énormes pustules purulentes qui sont une insulte au bon goût, et je dirais même A CAUSE d'elles, eh bien ce disque, je l'aime bien ! Déjà, la voix est un poil moins puissante qu'avant, mais elle a conservé son côté tigresse, et elle est extrêmement "processed", mais à ma connaissance pas autotunée (ou alors c'est bien fait). Ensuite, certaines chansons sont curieusement attractives. "Hello Happiness" finit par rentrer dans le cerveau, "Isn't That Enough" avec son reggae excessivement lent est du mauvais goût en barres chocolatées saveur noix de coco, le fameux "Don't Cha Now" est chtarbé et fun, très fun ; quant à "Like a Lady", malgré ses millions de défauts, elle finit par décrocher un grand sourire, aux forceps. Il ya du moins bon, mais curieusement rien de totalement épouvantable, et le plus honteux est que la chanson la moins attrayant est la dernière, "Ladylike", soit la version unplugged et "organique" de "Like a Lady".

Voilà, c'est ça le secret de cet album : il est immonde, atroce, écoeurant au niveau sonore, mais cette débauche, cette profusion, que dis-je, cet onanisme de "fashion faux-pas" (comme disait André Malraux) finit par parfaitement atteindre son seul et unique but qui est : l'entertainment. Chaka se prostitue, se corrompt, se laisse déborder qui par un synthé douteux, qui par des choeurs inopinés, mais à la fin du compte, elle a réussi, moi, homme rigoureux et froid comme la justice (NDLR : On dit aussi "raide" mais on veut bien te croire sur parole), à me DI-VER-TIR. Et croyez-moi, ce n'était déjà pas gagné, et en cette année 2019 où la culture du caca se fait par épandage bio et massif sur les ondes radiophoniques, finalement, ce disque trouve tout à fait sa place.

Alors oui, la voix de Chaka n'est pas mise en valeur, au contraire. Et non, je ne puis conseiller l'achat aveugle de ce mini-album aux anciens fans qui aimaient chez elle l'authenticité (bien que la dame ait toujours aimé le bling-bling sonore, mais jamais à ce point). Non ce disque n'est pas un grand disque de soul music racée. Loin de là. Mais c'est une récréation coupable, de celles qu'on écoute en cachette sous les draps la nuit tombée. Oserez-vous franchir le pas ? Pour vous aider, je laisse la parole finale à James Tiberius Kirk, homme de goût s'il en est.

.......KHAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAN !

Note finale : 3 étoiles pour le fun mais sincèrement, si vous aimez la vraie soul des années 65/75, descendez à 1 illico.

A lire aussi en FUNK par BAKER :


Chaz JANKEL & BRENDA JONES
(you're) My Occupation (1986)
Du lourd sur la bande F.M.




Chaz JANKEL
Chas Jankel (1980)
Et Jésus se détachît de sa croix et se retournît !


Marquez et partagez





 
   BAKER

 
  N/A



- Chaka Khan (chant, percussions)
- Thomas Gill (claviers, guitare)
- Lincoln Cleary (claviers)
- Sanford Livingstone (claviers)
- Eli Winderman (orgue)
- Ricardo Rouse (guitare, basse)
- Sam Wilkes (basse)
- Sarah Ruba (choeurs)
- Amy Stroup (choeurs)
- Tiffany Smith (choeurs)
- Milinie Khan (choeurs)


1. Hello Happiness
2. Like A Lady
3. Don't Cha Now
4. Too Hot
5. Like Sugar
6. Isn't That Enough
7. Ladylike



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod