Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK PROGRESSIF  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Membre : Yes, Jon & Vangelis

Jon ANDERSON - 1000 Hands - Chapter One (2019)
Par BAKER le 9 Septembre 2019          Consultée 1228 fois

Il y a des disques fantastiques faits par des musiciens somme toute techniquement bancals. Il y a des virtuoses inhumains qui s'associent pour faire des disques chiants. Et parfois, il y a de grands musiciens qui donnent naissance à de grands disques. Intro clichée, j'en conviens, mais attendez le twist : quid de grands musiciens qui donnent naissance à une musique excellente mais qui n'est en aucun cas la leur ? On sait déjà que le mariage contre-nature de musiciens aux influences très diverses peut donner de belles choses (The DOORS, LUNA SEA, SAGA, POLICE), mais pour ce nouvel album de Jon ANDERSON, revenant après une quasi-décennie de silence, ça confine à la science-fiction. Jugez plutôt : si je vous dis Corea, Ponty, Coryell, Cobham, Tower of Power, Anderson (Ian), vous allez penser à beaucoup de choses, mais probablement pas à ce 1000 Hands.

Décrire ce disque est à la fois compliqué et évident. Evident parce qu'à de nombreuses reprises, et en particulier "First Born Leaders", on est en pleine caricature de Jon ANDERSON : la voix haute, la scansion, le phrasé, les paroles, les mélodies, même les arrangements (on dirait "Some are Born"... Some are First Born ?), on voudrait faire une version Nicolas Canteloup de Jon qu'on ne s'y prendrait pas autrement. Compliqué car derrière son côté accessible, c'est à un vrai disque de rock progressif que l'on a affaire, à savoir qu'on apprécie progressivement. Merveilleusement construit, le disque débute dans le soleil et l'alcool léger avant de s'assombrir peu à peu - mais attention, de l'ombre en dégradé, on est chez Jon ANDERSON, l'homme qui a dit trois gros mots dans sa carrière (manque de bol, Wakeman était là pour enregistrer à chaque fois !). Il fait partie de ces rares albums où l'on débute par quelque chose de bon, pour aboutir à quelque chose de fort.

Une note sur les musiciens et la prod, pour commencer. Les virtuoses donnent de leur personne évidemment, mais à part Chick COREA à la fin de WDMCF (quel solo fabuleux !) et les bassistes qui se la pètent à qui mieux-mieux, les musiciens sont toujours là où il faut, ne débordant jamais. Même le violon aérien de PONTY se met entièrement au service de la compo, sans tirage de couverture. A noter que le mixage en lui-même est fantastique, d'une chaleur incroyable et laissant tressaillir chaque subtilité. Ensuite, les styles : comme d'habitude, Jon fait dans la ballade folk, le psyché, le reggae, la pop musclée et le prog cossu avec un égal bonheur. Les escapades dans des contrées curieuses sont facilitées par une production chatoyante n'hésitant pas à recourir aux samples et aux arrangements forts : à ce niveau, "Ramalama" est un joli résumé, Jon qui s'autosample, de la techno, du zen, et ce didjeridoo qui vous secoue les intestins.

On notera un petit ventre mou avec "I Found Myself" trop sirupeuse et "Twice..." ravissante et nostalgique mais pas assez explosive. Et encore. Le reste compense largement. Les harmonies d' "Activate", son accélération, sa partie disco, le pont zydeco de "Make Me Happy", le foisonnement de "WDMCF", les reprises du superbe thème principal, tout ça est déjà foutrement bon. Les deux derniers titres achèvent l'auditeur : un "1000 Hands" qui est peut-être le chef d'oeuvre de Jon ANDERSON (prenant, planant, tribal, spatial, uplifting, virtuose, généreux), et l'épilogue qui finit sur une note grave mais sans pathos, et qui ne manquera pas de vous faire verser la petite larmichette. Très fort, ce con. Très très fort.

Sincèrement, sur le papier, il faisait peur, cet ANDERSON. Bien trop de chefs et aucun indien. Mais le résultat est fascinant. Meilleur que Olias, que Song of Seven, que Toltec, oh, pas de beaucoup, avec juste ce tout petit plus qui rend l'album absolument génial. Alors oui, je vous vois venir : ah, il travaille avec Chick COREA, il est devenu scientologue ; ah, il travaille avec Jonathan CAIN, il est devenu chrétien ; ah, il travaille avec Steve HOWE, il va finir dans Yes (Dieu nous préserve d'une religion aussi incongrue), mais le résultat est là : Jon a convié les plus grands instrumentistes pour jouer une musique simple, et c'est CA, le secret. Car bien que très riche et complexe, cet album ne s'éloigne jamais, pas une seconde, de son auditoire. A une époque où brickwall et ProTools règnent en maître, voilà une baffe à la normande qui remet les idées en place. Grand disque, et attente démesurée quand on se rend compte, après 30 écoutes, qu'il y a marqué "chapitre un".

A lire aussi en ROCK PROGRESSIF par BAKER :


Mark KING
Influences (1984)
Une explosion de talent non contrôlée




Marty FRIEDMAN
Wall Of Sound (2017)
Démonstratif, jubilatoire, un peu cinglé


Marquez et partagez







 
   BAKER

 
  N/A



- Jon Anderson (chant, claviers)
- Chick Corea (claviers)
- Michael Franklin (claviers)
- Jonathan Cain (claviers)
- Keith Heffner (claviers)
- Jeff Abbott (claviers)
- Brian Chatton (claviers)
- Antonio Esposito (claviers)
- Larry Coryell (guitare)
- Tommy Carlton (guitare)
- Steve Morse (guitare)
- Rick Derringer (guitare)
- Pat Travers (guitare)
- Bobby Koelble (guitare)
- Steve Howe (guitare)
- Christie Lenee (guitare)
- Chris Squire (basse)
- Tim Franklin (basse)
- Stuart Hamm (basse)
- Billy Cobham (batterie)
- Alan White (batterie)
- Matt Brown (batterie)
- Carmine Appice (batterie)
- Jean-luc Ponty (violon)
- Robby Steinhardt (violon)
- Jerry Goodman (violon)
- Charlie Bisharat (violon)
- Olga Kapakova (violon)
- Jason Thomas (violon)
- Jocelyn Hsu (violon)
- Paul Fluery (violoncelle)
- Krissi Franzen (violoncelle)
- Ian Anderson (flûte)
- Tower Of Power (horn section)
- ...plus Une Quarantaine D'autres (de tous bords)


1. Now
2. Ramalama
3. First Born Leaders
4. Activate
5. Make Me Happy
6. Now Variations
7. I Found Myself
8. Twice In A Lifetime
9. Wdmcf
10. 1,000 Hands (come Up)
11. Now And Again



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod