Recherche avancée       Liste groupes



      
JAZZ ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


1970 If
If 2
1971 If 3
1997 If Europe 72

IF - If 3 (1971)
Par LE KINGBEE le 5 Octobre 2019          Consultée 135 fois

Les musiciens anglais ont souvent fait preuve d’originalité pour nommer leurs disques. Après « If » et « If 2 » avez-vous une petite idée du titre de leur troisième album studio ? Ceux qui non pas coché If 3 méritent les plumes et le goudron. Ce préambule n’est pas une critique et après tout ce genre d’appellation a le mérite d’être relativement clair quant à leur chronologie.

Nous sommes en 1971 et la formation anglaise se retrouve au printemps dans les studios d’Island Records. Etrangement, ce troisième opus est édité par la firme américaine United Artists qui vient d’englober Liberty, après avoir racheté Sue et Imperial. Le label américain dispose d’un sympathique matelas, mais en matière de business on ne mélange par les serviettes et les torchons. C’est ainsi qu’If 3 est pressé en Angleterre via United Artists UK et par Capitol de l’autre côté de l’Atlantique, chose fréquente à l’époque pour de nombreux groupes anglais ayant des contrats au pays de l’Oncle Sam. Seule différence, alors que souvent les éditions anglaises et américaines proposent des pochettes différentes, cette fois-ci on utilise un visuel identique avec le logo If dans lequel vient se greffer un 3.

En 1971, le septet revient d’une longue tournée ; If a énormément tourné sur ses terres mais aussi en Allemagne et aux Pays-Bas avant d’entreprendre une tournée en Amérique. Ce passage Outre-Atlantique sera couronné de succès. La formation s’est illustrée au Whiskey A-Go-Go, dans les deux Fillmore, au Newport Festival et a partagé l’affiche avec de nombreuses pointures : Muddy WATERS, Miles DAVIS, Willie Dixon, CREAM ou YES. Autre changement, si Lew Futterman participe encore à la direction artistique, la production tombe dans les mains de Jon Child, alors que le groupe produit deux de ses titres, on n’est jamais aussi bien servi que par soi-même. Child connaît bien le groupe et était déjà présent à la technique de l’album précédent. L’entente et la cohésion entre le producteur et les différents musiciens ne posent donc pas de problème. On retrouvera plus tard Child aux côtés de Ted NUGENT, Howard TATE, Pacific Gas & Electric et des chanteuses Karen Dalton et Valérie Simpson.

En 1971, IF se range dans le tiroir des plus grands groupes de Jazz Rock ; les Anglais sont les pendants de Blood Sweat & Tears. Le répertoire n’a quasiment pas changé. On peut juste penser que certains titres, ou plus précisément certains passages, diffusent une sonorité légèrement plus Psyché. Peut-être faut-il voir dans ce changement l’arrivée d’un troisième arrangeur en la personne du claviériste John Mealing en provenance du Don Randell Four, un quintet de jazz traditionnel. Mais on peut également raisonnablement penser que ces légers parfums Psy voient leur apparition dans les tendances de l’époque. N’oublions pas non plus qu’If était alors réputé pour ses prestations scéniques et ses improvisations.
Au niveau du répertoire, si Dave Quincy reste le principal pourvoyeur avec pas moins de la moitié du disque, les autres chansons proviennent de l’imagination de différents membres. Seul Trevor Preston vient se greffer au band en troquant son costume de scénariste à succès contre celui de parolier.

Si l’orgue de John Mealing débute les hostilités, les différents instruments connaissent leur moment de gloire sur « Fibonacci’s Number », un long morceau de presque 8 minutes dans lequel la flûte, les saxophones et la guitare semblent improviser dans la plus parfaite symbiose, alors que la batterie s’offre un long solo en fin de morceau. Une première mise-en-bouche qui se boit comme du petit lait, malgré sa durée.
Mais les principaux atouts de cette troupe de virtuoses résident à la fois dans l’unité et la cohésion des différents membres, chacun n’ayant de cesse de mettre ses partenaires sur des charbons ardents, mais aussi dans l’assemblage d’instruments peu coutumiers à l’époque (flûtes, saxophones).
« Forgotten Roads », « Child Of Storm » et « Seldom Seen Sam » avec son intro de flûte se situent sur les mêmes bases. « Sweet January » propose une ambiance parfois mélancolique contrastée par l’apport du saxophone de Dick Morrissey, alors que la flûte de Dave Quincy ne peut éviter le parallèle avec JETHRO TULL. On retrouve des fragrances à la GENTLE GIANT sur « Far Beyond », alors que la guitare de Terry Smith, souvent aérienne, essaie de nous plonger dans un registre jazzy plus funky. Alors que les sax dirigent l’auditeur vers un répertoire Free Jazz, les autres instruments tentent de nous perdre en chemin en nous orientant vers une sonorité Jazz Prog à la NeKTAR sur « Upstairs ». Le disque s’achève sur « Here Comes Mr. Time », un titre de Jazz Rock pouvant s’inscrire comme une parfaite synthèse du répertoire d’If. Afin d’être complet, signalons que « Forgotten Roads » et « Far Beyond » seront commercialisés en singles afin de promouvoir le disque dans des formats raccourcis, de manière à passer sur les ondes radio.

Cette fois-ci, If n’offre pas de titre capable d’intégrer les charts de ce début de décennie, mais propose un Jazz Rock non seulement crédible, mais accessible à tous. La cohésion et la complémentarité des musiciens font suite à une complicité évidente et à un sens du partage et de la communion. « If 3 » poursuit l’imagination et le pouvoir créatif de ses devanciers. On aurait cependant apprécier que J.W. Hodkinson tempère ses ardeurs et montre plus de nuances et moins de puissance dans son chant. La suite sera hélas moins rose avec les déboires de santé de Dick Morrissey.

A lire aussi en JAZZ par LE KINGBEE :


Slam STEWART
Slam Stewart (1972)
Quand la contrebasse fredonne




IF
If Europe 72 (1997)
Un live emblématique du jazz rock 70's


Marquez et partagez





 
   LE KINGBEE

 
  N/A



- Dick Morrissey (saxophone, flûte, chœurs)
- Dave Quincy (saxophone, flûte)
- Terry Smith (guitare)
- Jim Richardson (basse)
- Dennis Elliot (batterie)
- John Mealing (claviers, piano, chœurs)
- J.w. Hodkinson (chant,percussions)


1. Fibonacci's Number
2. Forgotten Roads
3. Sweet January
4. Child Of Storm
5. Far Beyond
6. Seldom Seen Sam
7. Upstairs
8. Here Comes Mr. Time



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod