Recherche avancée       Liste groupes



      
MUSIQUE ELECTRONIQUE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


Marcel DONNE - Waiting For Sid (2018)
Par BAKER le 29 Octobre 2019          Consultée 258 fois

Il fallait bien que cela arrive. Selon le dossier de presse (que pour une fois j'ai lu car il a été écrit par un musicien), ce coffret Project Sidologie possède des albums nommés à partir d'albums originaux de Jean-Michel JARRE auxquels ils sont censé faire penser. Or Sidologie 12-26 n'avait pas plus de Chronologie et d'Oxygene 7-13 que le reste, Martnetic Fields n'avait pas forcément le côté froid ni le rythme blanc-battu des "Chants", Robdez-Vous partait dans tous les sens, même si le saxophone final faisait il est vrai très fin de RDV 6. Mais pour Waiting For Sid, c'est une autre paire de manches. Voilà un album dont le style, l'ambiance, le rythme, essaient de coller un peu plus près que d'habitude à "En attendant Cousteau". L'album ?

Non, le titre. En version CD, s'il vous plait.

Au moins ledit titre ne mentira pas. On attend, on attend. Cette fois, pas de grosses surprises, pas de folies dans tous les sens, le disque est globalement d'une linéarité fatale. Il se comporte à 85% de morceaux entre planants et ambiant, avec des mélodies, parfois superbes d'ailleurs ("Parallax Stroll", "Wilderness"), et beaucoup de pads de synthés typés new-age, mais pas de rythme, pas de "rock", pas de sursauts. Le résultat sera cash : comme disait Chirac, "c'est beau, mais c'est loin". Très loin.

C'est le souci principal de ce disque... Principal ? que dis-je, essentiel, caractéristique : il est très passablement ennuyeux, mais on ne peut pas le massacrer à coups de gros mots lapidaires parce que dans son genre, c'est très bien fait (mention spéciale au surround qui, comme toujours dans les albums d'ambiant, rajoute un peu d'intérêt). Prenez l'ouverture, "Rambo Title", c'est excellemment construit, avec notamment une impeccable reprise des thèmes de Jerry GOLDSMITH. Il y a ce côté Oxygène I comme dans les autres albums, mais ça manque de force. Et ce côté linéaire va coller au disque pendant très longtemps.

Il faut dire aussi que Marcel DONNÉ se plante un couteau (de Rambo) dans le pied dès le second titre. Voulant à tout prix enchaîner les morceaux de bravoure, après Miami "rrrronnnn" Vice et "Knucklebusters", voilà qu'il reprend "Tetris". Et non, sur Commodore 64, "Tetris" n'est ni une des célébrissimes mélodies de la version Game Boy, ni celle presqu'aussi excellente de David Whittaker sur CPC, mais celle, purement atmosphérique, de Wally Beben. VIngt-cinq minutes. Pas une de moins. Alors oui, c'est mélodique, c'est plus facile à suivre que du Terry OLDFIELD ou du Steve ROACH, mais comme ça n'en a pas non plus la profondeur. C'est long, long... Il vient ce Cousteau, ou pas ?

Le reste de l'album est du même acabit : c'est long, monotone, mais on ne peut pas vraiment dire que ce soit nul. On y note de solides idées. Et surtout, ça a tendance à bouger un petit chouïa vers la fin. "Hunter's Moon", qui n'hésite pas une seule seconde à réutiliser le preset de Révolution Industrielle, rajoute un côté massif à la Hans ZIMMER qui, sur une aussi courte durée, change un peu et satisfait. "Ghouls'n'Ghosts" de l'excellent Tim Follin possède le côté gothique inhérent au genre, qui n'est pas sans rappeler MALICE MIZER par moments. La vraie bonne surprise, celle qui, encore une fois, sauve à elle seule l'entreprise, c'est "Driller". Elle était déjà présente sur Back In Time, mais ici la mise à jour est sensationnelle. C'est un vrai epic spatial, étouffant et grandiose à la fois, et quitte à reparler de ZIMMER, on est proche d'Interstellar, ce qui n'est pas rien.

Ce morceau magnifique aurait dû terminer le CD avec panache et faire oublier les 50 précedentes minutes plus proches de la musique d'ascenseur que du synthrock symphonique endiablé. Mais décidément Marcel DONNÉ a eu les yeux plus gros que le ventre et il termine sur les 14 minutes de "The Parallax Goblin". Minute papillon, on ne l'aurait pas déjà entendue ? Si, sur Martnetic Fields. Et ce n'est pas une nouvelle version, mais simplement un remix. Un remix plus orchestral, beau, pas inintéressant, mais un remix, mal placé qui plus est, et qui confirme que sur ce Waiting for Sid, la tendance a plutôt été à l'autoindulgence. Un CD idéal en fond sonore, ce qui n'est pas toujours un compliment.

A lire aussi en MUSIQUE ELECTRONIQUE par BAKER :


Yuzo KOSHIRO
Streets Of Rage (1991)
Une première qui fait mal.




Marcel DONNE
Robdez-vous (2018)
Révolution industrielle (ou presque).


Marquez et partagez





 
   BAKER

 
  N/A



- Marcel Donné (claviers, prog)


1. Rambo Title
2. Tetris
3. The Wilderness
4. Parallax Stroll
5. Delta Victory
6. Hunter's Moon
7. Ghouls'n'ghosts
8. Driller
9. The Parallax Goblin



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod