Recherche avancée       Liste groupes



      
MUSIQUE ELECTRONIQUE  |  COMPILATION

L' auteur
Acheter Cet Album
 



Ed STARINK - Synthétiseur 3 (1990)
Par BAKER le 4 Décembre 2018          Consultée 451 fois

Le retour aux fondamentaux, ça a du bon. Après un second volume pas désagréable mais un peu en surface, le troisième volume de Synthétiseur version française tape dans le dur. Passons outre la jaquette : on dirait Thor qui éjacule sur les trompes de fallope de Méga-Ménagère. Au moins, le côté électrique est bien rendu, car si Synth 3 possède quelques moments de douceur, il est majoritairement pêchu, presque rock. Et ça lui va bien.

Le principe reste le même que pour les deux volumes précédents, mais on retrouve clairement plus l'ambiance du premier. D'ailleurs, ne débute-t-on pas par un autre extrait d'"Antarctica" ? Le résultat est exactement semblable à Synthétiseur 1 : on est immédiatement plongé dans l'ambiance. Et ensuite ce n'est qu'une autoroute pour tubes car non, le filon n'avait pas été épuisé, loin de là ! On retrouve de grands noms qui n'avaient pas été creusés à fond, et avant tout, les incontournables JARRE et VANGELIS. Pour le premier, c'est sa facette prog / sympho qui est mise en valeur, avec une emphase qui fait plaisir ! Pensez donc : "Second rendez-vous" et "Révolution industrielle" ! Si le premier est plutôt bien fait, avec un énorme respect des sons d'origine (enfin, du Roland D-50 quoi), mais aussi quelques petits manques (le choeur reprenant "Rendez-vous I" notamment), la partie "Révolution industrielle" est juste identique à l'originale. Dans toute sa splendeur mégalomaniaque !

Pour VANGELIS, quoi en penser sinon que comme d'habitude c'est clairement le compositeur le plus choyé. "Missing" est absolument somptueux, d'une délicatesse d'arrangements parfaite ; "Elsewhere" pourtant récent à l'époque est très bien maîtrisé, et que dire de "Blade Runner" ? Cette reprise frôle la perfection absolue, avec un son immense, une patate furieuse, ne manquait qu'un synthé gras dans les graves bien putassier et bien CS-80 pour qu'on touche au nirvana. Plus intéressant encore, STARINK nous fait découvrir JON & VANGELIS à travers une reprise écourtée et instrumentale, mais terriblement fun, de "Friends of Mr Cairo". Qui d'entre vous a découvert JON & VANGELIS grâce à cette reprise ? Bon, baissez tous les bras, vous allez choper des crampes.

Ca c'était le côté habituel. Mais le vrai bonheur de Synthétiseur 3, c'est qu'outre une sacrée collection de classiques absolus, vous avez aussi des surprises, et quelles surprises ! Voyons ensemble, que pourrait-il manquer dans votre petite discothèque chérie en matière d'instrumentaux ? "Amicalement Vôtre" ? Ton Altesse va être contente : la reprise de ce classique de John BARRY est bluffante de mimétisme. D'ailleurs le traitement purement synthétique n'est pas si différent soniquement de l'original de 1970 : ça, c'est un beau compliment pour BARRY. "Enola Gay", le tube d'O.M.D. ? Il est présent à la manière d'"Electricity" sauf que la partie vocale traitée au synthé est bien plus réussie, tout en conservant le côté kitschounet tant attendu.

En parlant de générique, "7 sur 7" ça vous dirait ? Mais si, souvenez vous, cette émission parfois polémique, qui dérange Mougeotte et clive Sinclair ! Et hop, STARINK sort de son chapeau une reproduction ultra-fidèle du pourtant foutraque "Big Green Espace", et c'est jouissif. Car c'est un sacré foutu bon générique, accrocheur, original, puissant ! Restons dans le français avec SPACE et "Space Opera", encore un énorme tube des années 80 bien pompeux et bien héroïque. Ce qui est drôle, et culotté, c'est de mettre ce titre presque à côté du "Second rendez-vous". Mais bon, le titre de Didier MAROUANI a beau être très accrocheur, il n'empêche que JARRE reste devant tout le monde, au pays de Sagem et de Thomson ; loin devant.

Mike OLDFIELD aussi est présent avec "Killing Fields". Bon, c'est une reprise de reprise, mais on sera étonnés du soin maniaque apporté à la recréation d'arrangements pourtant inextricables, et très organiques. Le ALAN PARSONS PROJECT est de la partie avec "Lucifer". Un tube instrumental hyper sympathique à reprendre (j'en sais quelque chose), et même constat que pour "The Gold Bug" : impossible d'entendre la différence avec l'original. Et naturellement, les guitares ne sont pas synthétiques. Guitares qu'on retrouvera sur une reprise étonnante : CAMILLA d'ART OF NOISE. Le début est identique, samples vocaux inclus (c'en est troublant), et la fin est changée pour un solo de guitare classique. Non seulement c'est une alternative excellente et très jolie, mais elle conclut parfaitement la version vinyl.

La CD, elle, aura une fin encore plus incroyable : "Fade to Grey" de VISAGE. Dès la première seconde, on sait que c'est la chanson de fin. Elle a une ambiance dingue et même s'il manque la diction en français, c'est un très beau finish. Voilà voilà, que dire que dire ? Qu'à part "Frantic", un peu plus cheap - et encore la mélodie de MORRICONE est magnifique - nous avons fait ni plus ni moins qu'une liste exhaustive des titres ? Oui. J'assume. C'est finalement le seul moyen de rendre hommage à ce disque car, à l'instar du 1, ce qui impressionne c'est cet enquillement non-stop de tubes. Le son est très gras, plus encore qu'avant, il y a plus de guitares, plus de rythme, plus de gros sons de lead, bref, de toute la collection, si le 1 est indispensable, le 3 est le coup de coeur qu'on ne voyait pas arriver.

A lire aussi en MUSIQUE ELECTRONIQUE par BAKER :


Yuzo KOSHIRO
Streets Of Rage (1991)
Une première qui fait mal.




Chris ABBOTT
Back In Time Ii (1999)
Plus inégal que le 1 mais aussi plus expansif


Marquez et partagez





 
   BAKER

 
  N/A



- Ed Starink (claviers, prog, guitare, basse)


1. Deliverance From Antarctica (vangelis)
2. Killing Fields (la Déchirure) (mike Oldfield)
3. Second Rendez-vous (jean-michel Jarre)
4. Missing (thème Principal) (vangelis)
5. Persuaders (amicalement Vôtre) (john Barry)
6. Space Opera (part 1) (didier Marouani)
7. Elsewhere (vangelis)
8. Lucifer (the Alan Parsons Project)
9. The Friends Of Mr Cairo (jon & Vangelis)
10. Révolution Industrielle (part 1) (jean-michel Jarr
11. Enola Gay (orchestral Manoeuvres In The Dark)
12. Big Green Escape (7 Sur 7) (gesina & Pierric)
13. Frantic (ennio Morricone)
14. Camilla (art Of Noise)
- bonus Tracks Version Cd
15. Blade Runner (vangelis)
16. Fade To Grey (visage)



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod