Recherche avancée       Liste groupes



      
POP INDé  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

2011 Birdy

BIRDY - Birdy (2011)
Par MARCO STIVELL le 29 Janvier 2020          Consultée 176 fois

Jasmine Lucilla Elizabeth Jennifer Van Den Bogaerde alias BIRDY a tout de la petite prodige : pianiste et chanteuse accomplie adolescente qui a une belle présence et sait déjà se distinguer, qui remporte des tremplins et signe avec une major, qui publie son premier disque à seulement 15 ans...

Pour son premier disque, la jeune anglaise d'ascendance belge a choisi des reprises, en majorité écrasante. Cela tempère les attentes au niveau de la création, certes, mais pas du tout en ce qui concerne l'interprète ! En musique, la demoiselle clame haut et fort, non sans la fragilité nécessaire pour alimenter cette force (oxymore ? Pas tant que cela), son amour pour le pop-rock alternatif/indépendant.

Son premier tube est d'ailleurs une reprise en piano-voix toute simple de Bon IVER, "Skinny Love". La chanson, basée sur une suite d'accords menue et des paroles choisies avec évidence, garde sa part d'efficacité et se retient grâce à cela, il est vrai, mais beaucoup de monde s'est senti interpellé par la voix de BIRDY, d'abord "de tête", voilée, puis montant vers une interprétation "pleine", plus solide. Pour sûr, elle a du talent !

Egalement, du goût, au vu de la sélection : THE XX ("Shelter"), "White Winter Hymnal" (FLEET FOXES), les Français de PHOENIX ("1901"), les SMASHING PUMPKINS (en bonus seulement, "Farewell and Goonight"), et quand même, pour rester un peu plus grand public, monsieur James TAYLOR ("Fire and Rain"). La formule voix-piano-cordes est conductrice, mais pour la moitié du disque, sur laquelle elle intervient, la batterie ainsi mise en avant témoigne d'un bel effort de production, diversifié (un brin r'n'b ou électro, selon les moments). Parfois aussi, cela donne lieu à de belles parties de guitares nerveuses, comme sur "Terrible Love" et "1901".

Cette dernière est l'un des premiers singles du disque, après "Skinny Love" et aussi "People Help the People", splendide version de la chanson du groupe anglais CHERRY GHOST, où le bien choisi Matt Chamberlain ajoute un brin de groove à la batterie, détail appréciable. C'est aussi le cas des nombreux arrangements de synthétiseurs, plus ou moins discrets, y compris sur les ballades les plus calmes au piano, grâce au concours d'Alessandro Cortini (NINE INCH NAILS) et du producteur Rich Costey (SIGUR RÓS, FOSTER THE PEOPLE).

La façon dont BIRDY habille sa propre voix de choeurs à l'unisson ou séparément constitue l'une des qualités du disque. "White Winter Hymnal" fait d'ailleurs partie de mes trois chansons favorites ici, avec "I'll Never Forget You" (FRANCIS AND THE LIGHTS) et son ambiance finement distillée par le balancement de piano, la voix qui semble enregistrée sous la neige. Pour un album hivernal, évoquant la grisaille urbaine avec mélancolie, la dernière pièce de choix reste une composition de BIRDY elle-même.

Il s'agit de la splendide "Without a Word" à la mélodie passionnée, au piano rondement mené par quelques effets de syncope sur les refrains, pour trancher avec les couplets plus classiques. De quoi laisser l'auditeur "sans un mot", c'est bien le cas de le dire ! D'aucuns pourront trouver ce disque ennuyeux, légèrement sec, mais traditionnellement, le rock indé peut s'écarter avec aisance d'une pop plus chaleureuse, plus commune aussi. Difficile en revanche de passer à côté d'une telle perle vocale !

A lire aussi en POP par MARCO STIVELL :


Phil COLLINS
Love Songs (2004)
Comme son nom l'indique




The WRECKERS
Way Back Home: Live From New York City (2007)
Pop et country.


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Birdy (chant, piano)
- Matt Chamberlain (batterie, percussions)
- Alessandro Cortini (synthétiseurs)
- Rich Costey (synthétiseurs, effets)
- Neil Cowley (orgue, piano)
- Kirk Hellie (guitares)
- James Ford (batterie, guitares, percussions)
- Wally Gagel, Alex Macnaghten (basse)
- Jim Abbiss (boîte à rythmes)
- Leo Abrahams (guitare, effets)
- Ian Burdge, Lucy Shaw (violoncelle)
- Stephen Webster Mair (contrebasse)
- Jamie Muhoberac (claviers, piano, synthétiseurs)
- Audrey Riley (arrangements et direction des cordes)
- Christopher Tombling (direction d'orchestre)


1. 1901
2. Skinny Love
3. People Help The People
4. White Winter Hymnal
5. The District Sleeps Alone Tonight
6. I'll Never Forget You
7. Young Blood
8. Shelter
9. Fire And Rain
10. Without Word
11. Terrible Love



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod