Recherche avancée       Liste groupes



      
POP ROCK JAZZY  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Membre : Toto, The Doobie Brothers , Michael Mcdonald

STEELY DAN - Countdown To Ecstasy (1973)
Par TEEMO le 19 Juin 2020          Consultée 253 fois

Le dernier documentaire inédit consacré à Stanley Kubrick diffusé par Arte rappelle à quel point la poursuite perpétuelle d'une forme de perfection peut devenir une obsession presque maladive pour les artistes. En matière de musique le duo emblématique de STEELY DAN est un cas d'école tant leur travail en studio est millimétré et relève de l'orfèvrerie. D'après Roger Nichols, ingénieur du son du groupe, Walter Becker et Donald Fagen passaient un temps considérable à tester toute sa collection de microphones, pour chaque enregistrement, ne négligeant aucun instrument, aucune voix, toujours à la recherche de la combinaison parfaite. C'est l'une des raisons pour lesquelles ils n'affectionnaient pas la prestation live, incapable selon eux de suffisamment restituer le potentiel de chaque morceau. Or, en 1973 le fameux tandem, se voit contraint pour raisons financières de poursuive leur première tournée, tournée déjà entamée à contrecœur. S'ajoute à cela une pression de la part de label ABC qui, voulant surfer sur le triomphe inattendu de « Can't Buy a Thrill », exige la sortie d'un second opus.

C'est donc naturellement que le disque reflète les conditions dans lesquelles il a été enregistré en s'imposant à la fois comme un exemple de spontanéité, mais révélant aussi des musiciens en quête d'expérimentations. Donald Fagen affirmera plus tard que « Countdown to Ecstasy » est la seule œuvre a avoir été écrite pour la prestation live. Mais, quant à ses qualités, les deux leaders resteront partagés, saluant son écriture spontanée mais déplorant son enregistrement soit-disant parfois précipité.

Après le départ du chanteur David Palmer, et faute de trouver un remplacent capable de coller à l'univers de STEELY DAN, le producteur Gary Katz et Walter Becker persuade Donald Fagen de prendre le micro, bien que celui-ci soit effrayé à l'idée de chanter sur scène.
Toujours entouré des guitaristes tireurs d'élite Denny Dias et Jeff « Skunk » Baxter et de Jim Hodder aux percussions, la formation réunit aussi quelques musiciens rencontrés lors de la tournée.
Fagen et Becker se cherchent encore et traversent une véritable période de transition affirmant davantage leur goût pour la fusion des genres. Ainsi, on navigue entre les guitares rock'n'roll fusantes de l’impressionnant « Bodhisttava » et les influences blues-rock aux accents jazzy de « My Old School », en passant par la ballade pimpante et mélancolique qu'est « Pearl of the Quarter ». Malgré une touche rock assez présente, l'influence du jazz se fait évidente et s'immisce en filigrane au sein des compositions donnant lieu à des arrangements remarquables dont celui « Razor Boy » est des plus remarquables.
Au travers de son répertoire varié, « Countdown to Ecstasy » distille dans un raffinement propre à STEELY DAN des compositions toujours aussi fédératrices et entêtantes dont la richesse musicale et la qualité des textes sont formidables. Derrière son allure séduisante, ses instrumentations inspirées et ses improvisations toujours ficelées à la perfection (« The Boston Rag »), les paroles révèlent une fois encore un sens de l'humour satirique, de références littéraires subtiles inspirées de la mouvance Beatnick et autres critiques sociétale acerbes. A cette époque, Donald et Walter vivent sur la côte ouest des États-Unis et c'est notamment l'atmosphère particulière qui y règne qui anime leur imagination fertile.

Malgré la pression du label ABC, Fagen et Becker livrent un opus qui aura marqué les esprits, à l'instar de Joe JACKSON pour qui il fut une révélation ou bien Rickie Lee JONES qui rend un hommage bien personnel en reprenant « Show Biz Kids » sur « It's Like This » (2000). Pourtant, les ventes de « Countdown to Ecstasy » sont insuffisantes pour cause d'absence de véritables singles. Par conséquent, le label demande un nouvel album avec des morceaux plus percutants susceptibles de devenir des hits. Le groupe s’exécute et sort en 1974, « Pretzel Logic », un album dont la réception critique est plus que jamais au diapason de son succès commercial.

A lire aussi en ROCK par TEEMO :


TOMAHAWK
Tomahawk (2001)
Rock rugueux, sombre, possédé




John ZORN
The Last Judgement (2014)
Patton, Dunn, Baron, Medeski pour un ultime opus


Marquez et partagez





 
   TEEMO

 
  N/A



- Donald Fagen (piano, piano électrique, synthétiseur, chant)
- Walter Becker (guitare basse, harmonica, chant)
- Jeff 'skunk' Baxter (guitare, pedal steel guitare)
- Denny Dias (guitare)
- Jim Hodder (batterie, percussion, chant)
- Victor Feldman (vibraphone, marimba, percussion)
- Ray Brown (basse sur 'razor boy')
- Rick Derringer (slide guitare sur 'show biz kids')
- Ben Benay (guitare acoustique)
- Sherlie Matthews (chant)
- Myrna Matthews (chant)
- Patricia Hall (chant)
- David Palmer (chant)
- Royce Jones (chant)
- James Rolleston (chant)
- Michael Fenelly (chant)


1. Bodhisattva
2. Razor Boy
3. The Boston Rag
4. Your Gold Teeth
5. Show Biz Kid
6. My Old School
7. Pearl Of The Quarter
8. King Of The World



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod