Recherche avancée       Liste groupes



      
ELECTRO -PUNK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


SUICIDE - Why Be Blue (1992)
Par NOSFERATU le 6 Octobre 2020          Consultée 272 fois

"A Way of Life, le troisème L.P du tandem VEGA/REV, a été enregistré rapidement, quasiment improvisé par moments mais l’effet était garanti : une musique torturée propre au contexte de cette fin des eighties jonglant sur des ambiances dark et urbaines. "A way of Life" est une sorte de rétrofuturisme du meilleur effet, une suite cold wave de leur première œuvre séminale. Une tournée s’ensuit, mais les shows sont souvent chaotiques, ALAN VEGA s'avérant un peu trop imprévisible sur scène. Par contre, ce dernier, en pleine cinquantaine destroy, pique les idées de Way of Life en approfondissant ce courant hétérogène qu’est l’électronica. Il reprend une carrière solo déjà bien amorcée au début des années 80 avec son chaloupé hit rockab électro dénommé "Juke Box Baby".

Quatre ans passent. 1992, c’est l’époque des guitares rugissantes avec le grunge. Dans cette catégorie au sens large, MUDHONEY, SONIC YOUTH et le musculeux HENRY ROLLINS qui reprendra de façon lancinante "Ghost Rider", se réclament ouvertement de l'oeuve du groupe new-yorkais. Des groupes étiquetés industriels/EBM/Goth, depuis le milieu des années 80, reprennent un peu les leçons du SUICIDE sombre de la fin des seventies : en vrac, SISTERS OF MERCY, SKINNY PUPPY, MINISTRY, FRONT 242, DIVE, NINE INCH NAILS. Un PRIMAL SCREAM signe le définitif Screamadelica cette année-là, album phare de l’indie rock des Nineties, avouant l’influence du duo névrosé.

De même, JESUS AND MARY CHAIN avec toute la vague shoegaze. Des anciens fans comme les garçons coiffeurs de DEPECHE MODE durcissent leur son. Et puis surtout, il y a tout le courant Swamp rock garage qui revendique aussi l’héritage : CHEATER SLICKS, GALLON DRUNK, JON SPENCER BLUES EXPLOSION, DUM DUM BOYS (meilleur groupe français ?), CHROME CRANKS, voire NICK CAVE. Et je ne parle même pas des artistes techno (surtout du label WARP) comme APHEX TWIN dans leurs laboratoires secrets recherchant la formule électronique originelle des deux compères.

SUICIDE se sentant donc moins seul dans ce contexte sort Why Be Blue, un album moins tourmenté que les précédents méfaits. Le son est un peu aléatoire, la production légèrement à la ramasse. Les sons synthétiques et les vocaux ne rendent pas compte de l’aspect puissamment organique du duo fantasque. Il faudra une ressortie en Deluxe pour bien entendre les fioritures de ce son extraterrestre. VEGA possède toujours ce timbre de voix qui ferait croire qu’Elvis PRESLEY est perdu dans un trou noir comme peut l'illustrer le titre "Universe".

Avec ses vocaux pleins de réverbération quasi shoegaze, "Cheat Cheat" nous embarque dans un voyage psychédélique évoquant une des plus grandes influences de SUICIDE, les avant-gardistes « sixties » SILVER APPLES. "Why Be Blue" sonne comme du STOOGES électro, annonçant les futurs travaux de la première période d’ELECTRONICAT. Il ne faudrait pas oublier en effet qu’ALAN a pogoté avec Miles DAVIS (!) durant un set enfiévré du gang d’IGGY en 69. "Mujo" résonne comme un SUICIDE plus kratfwerkien avec son côté robotique un poil longuet. Autre anecdote à signaler d’ailleurs : ce cher ALAN VEGA aurait fracassé des types en costard venus danser pendant un concert cataclysmique des années 70. Après le show, un de ses proches lui aurait dit : "Euh Alan, les types que tu as massacrés devant, c’était les gens de KRAFTWERK !"

"Pump It" est une sorte de cavalcade cosmique avec une voix fantomatique à la CHROME. "Last Time" avec sa rythmique dansante serait une réponse typée années 90 au "Girl" du premier album. Premier album qui nous revient à l’écoute de l’atmosphère à la fois industrielle et spatiale de "Chewy Chewy".
On évoquera même une sorte de synth pop plutôt banale sur "Flashy Love" ou un peu trop interminable sur "Play the Dream". La tonalité de ce skeud se veut donc plus space-rock et un peu plus poppy, ce qui justifierait sa réhabilitation malgré ses imperfections.

A lire aussi en PUNK-ROCK par NOSFERATU :


BROTHERS OF THE SONIC CLOTH
Brothers Of The Sonic Cloth (2015)
Le gros tad est de retour...




RADIO BIRDMAN
Radios Appear (1977)
Symbole de l'"aussie rock"


Marquez et partagez





 
   NOSFERATU

 
  N/A



- Alan Vega (vocaux)
- Martin Rev (claviers)


1. Hy Be Blue
2. Cheat Cheat
3. Mujo
4. Pump It
5. Last Time
6. Play The Dream
7. Chewy Chewy
8. Hot Ticket
9. Flashy Love
10. Universe



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod