Recherche avancée       Liste groupes



      
POP-HEAVENLY VOICES  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


RISE AND FALL OF A DECADE - Rise And Fall Of A Decade (1990)
Par RICHARD le 28 Octobre 2020          Consultée 696 fois

Dans le petit cercle des musiques sombres, c'est peu de dire que RISE AND FALL OF A DECADE tient à l'évidence une place particulière. Le qualificatif de culte employé par les amoureux de cette scène (dont moi) n'est sans doute pas exagéré tant leur univers atypique et essentiel a marqué en douceur cette sphère noire. Leur audience n'a certes jamais rempli les stades, mais elle s'est toujours avérée fidèle et attentionnée. Évidemment et malheureusement, en 2020, qui peut encore se soucier de ce type de projet ? Pourtant, il a proposé avec une qualité constante de subtils tableaux sonores qui ont tous pour point commun l'élégance des émotions. Si les quelques lignes suivantes vous permettent de découvrir ce monde sensible, ma mission de simple passeur de notes et de mots sera alors pleinement réussie.

Le trio formé au printemps 1988 apparaît réellement sur le devant de la scène avec cet album sorti à la fin de l'année 1990. Sa carrière débute plutôt sous les meilleurs auspices puisque Louis THEVENON, le boss de LIVELY ART, le signe sur son label. L'underground français est alors en pleine ébullition froide. C'est la Touching Pop qui lui insuffle le tempo. ASYLUM PARTY, LITTLE NEMO ou BABEL 17 deviennent de discrètes références. Un point de repère néanmoins bien éphémère. Le combo sera rattaché rapidement à ce courant, même si les similitudes ne sautent pas vraiment aux oreilles. En effet, le groupe, et c'est sa force, son identité, se retrouve au carrefour de pas mal de styles : chanson française dans l'esprit, pop froide, Heavenly. Voilà entre autres pourquoi RISE AND FALL OF A DECADE est unique dans le paysage musical hexagonal.

Cette originalité n'a pas été néanmoins suffisante pour éviter momentanément l'écueil des comparaisons. COCTEAU TWINS et AND ALSO THE TREES étaient les plus fréquentes. Il y a quand même pire comme références que ces envolées rêveuses ou cette pop fiévreuse et racée. Des Écossais, il en est question avec l'aérien "Lisbeth" qui n'est ni plus ni moins qu'un hommage à leur chanteuse. A travers une sorte de valse synthétique que ne renieraient pas les Franciliens de LITTLE NEMO, la voix douce de Pierre-François Maurin-Malet (malheureusement décédé en 2007) répond à celle plus enjouée de Sandy Casado. Le lyrisme hanté de l'introductif "Arch Of Lament" et de l'excellent "The Amazing Game" rappelle quant à lui plus volontiers l'urgence fébrile des Anglais d'Inkberrow. Ce sont les seuls points de références réellement palpables. Le reste n'appartient définitivement qu'au trio.

Le groupe fait fi alors des modes et à contre-courant des sonorités de l'époque expose un monde empreint d'une mélancolie à l'instrumentation variée. Le combo par petites touches développe des ambiances tristes et lumineuses à la fois. Il en va ainsi de ces piano, violon et voix qui s'alternent parfaitement à l'image du superbe "The Man Who Wanted to Catch the Wind" ou du serre-cœur angoissant qu'est "A Sort of Bitter Taste". Cet univers délicat a toutefois ses faiblesses, mais je vous rassure, elles sont limitées. On peut juste rester hermétique à l'emphase de "Wings Of Desire" qui souffre ici à travers ses ambiances (ces claviers-accordéon) de son temps. On frôle aussi l'ennui sur "A System Of Pulleys" où Maurin-Malet parle et parle, et puis, c'est tout.

En effet, l'auditeur retient plus volontiers les belles pièces de pop froide qui esquissent les contours d'une accessibilité évidente. A ce titre, "Nothing to Say Easy to Answer" et le conclusif "Be Yourself" sont parlants. A la voix chaude de Maurin-Malet qui vous enveloppe délicatement de nouveau, répond comme en échos guitare rythmique et claviers de métal. Cette opposition crée indubitablement une sensation étrange et délectable. C'est ici que le trio prouve avec subtilité l'alliance de ses talents. La voix et les mots de Sandy Casado et Pierre-François Maurin-Malet, les notes originales de Thierry Sintoni concourent à rendre cet ensemble profondément attachant.

Voilà, c'est fait. En douze titres, et malgré un léger sentiment de linéarité, RISE AND FALL OF A DECADE a posé la première pierre d'un édifice cimenté par l'émotion et la différence. Le meilleur reste cependant à venir pour ce trio merveilleux.

A lire aussi en NEW-WAVE par RICHARD :


The CHAMELEONS
Dreams In Celluloid (2013)
Les très grands oubliés des années 80.




LEBANON HANOVER
Let Them Be Alien (2018)
Duo de glace.


Marquez et partagez





 
   RICHARD

 
  N/A



Non disponible


1. Arch Of Lament
2. The Man Who Wanted To Catch The Wind
3. Lisbeth
4. Nothing To Say, Easy To Answer
5. A Sort Of Bitter Taste
6. Yesterday, Today And Tomorrow
7. A System Of Pulleys
8. Without Even Speaking
9. Wings Of Desire
10. The Amazing Game
11. Speaking Hands (to Yoshi)
12. Be Yourself



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod