Recherche avancée       Liste groupes



      
GLAM-ROCK  |  STUDIO

Commentaires (4)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Frank Zappa , 801, Ian Gillan , Fripp & Eno, Uk, Mike & The Mechanics, Paul Carrack , Quiet Sun, Manzanera & Mackay, Brian Eno , Phil Manzanera , Eno/cale
- Style + Membre : Bryan Ferry
 

 Roxyrama (1271)

ROXY MUSIC - Manifesto (1979)
Par MARCO STIVELL le 30 Septembre 2011          Consultée 2271 fois

ROXY MUSIC revient après quatre ans de hiatus avec ce Manifesto, au grand désarroi de leurs fans de la première heure. En fait, le quatuor de toujours (Ferry, Mackay, Manzanera et Thompson) s'est reformé, sans Eddie Jobson car celui-ci était occupé avec son groupe UK à l'époque. Pour la première fois de leur carrière, ils ont fait appel à une bonne tranche de musiciens supplémentaires. Enfin, regardez cette pochette et vous comprendrez le virage pris par le groupe. La femme est toujours mise en valeur, mais de manière moins sensuelle ou sexuelle qu'avant, là on est plus dans un contexte de fête. On comprendra pourquoi en parlant de la musique.

Parmi les musiciens, outre les deux bassistes, le plus important reste Paul Carrack, ancien membre de Squeeze (et futur Mike & The Mechanics), qui bien qu'excellent musicien, n'apporte pas ou très peu le génie d'un Brian Eno ou d'un Eddie Jobson (il est même nettement plus variété). De même, Manzanera et Mackay ne traitent quasiment plus leurs instruments. C'est donc la première cause du décrochage des anciens fans : ROXY MUSIC n'ose plus. Ou quasiment plus. Ne seraient la fin de "Stronger Through the Years" et le début de "Manifesto", on croirait vraiment que les trois instrumentistes sont devenus le "backing band" de Brian Ferry. L'exemple le plus flagrant reste celui de Mackay dont les interventions sont réduites au strict minimum, mis à part sur "Ain't That So" où on l'entend tout le long.

Et la musique va dans le même sens. A l'heure qu'il est, le ROXY MUSIC glam n'est plus. Place à un solide groupe de pop-rock/disco dont le songwriting est encore un peu bancal. Car Manifesto, bien que représentant chacun de ces trois styles, ne le fait pas toujours dignement. "Ain't That So" par exemple, même jouant sur un certain dynamisme, ne justifie pas sa longueur. De même, ce "Cry, Cry, Cry" plus funk et très très léger, pas vraiment mémorable. Certains n'hésiteront pas à dire que ça sonne soupe, à l'instar du "My Little Girl" plus pop, assez proche de ce que Bowie offrira dans les années 80, mais sans la production froide. Toujours dans la face B (appelée "West Side"), les meilleurs titres restent décidément "Spin Me Round" et "Dance Away", single de l'album qui a le plus marché. Très disco évidemment, elle reste une chanson assez convaincante et a tout d'un tube de cette fin de seventies. Notons également la présence du piano de Richard Tee. "Spin Me Round" à la fin un peu bouillonnante, est une ballade pleine de claviers qui annonce aussi ce que seront les années 80.

Finalement, c'est la face A ("East Side") qui reste la plus inspirée. "Manifesto" est un titre rock qui ouvre l'album avec le même type de riff que Gilmour utilisera sur The Wall pour les "Another Brick". La basse est assez présente et les saxos de Mackay ronflent sans se faire trop envahissants. Bryan Ferry attend 2'30 pour chanter, ce qui prouve que le groupe tient encore à laisser une (toute) petite place aux parties instrumentales. On sent toutefois que cette intro n'a pas la grandeur des autres passées. Les claviers scintillent, mais semblent plus communs. Cette chanson a un aspect disco loin d'être désagréable et elle arrive à se densifier admirablement. "Angel Eyes" est l'autre titre bien rock, où l'on sent un soupçon d'inventivité en plus. "Trash" et "Still Falls the Rain" sont deux morceaux pop gentillets, le groupe arrivant à rendre la première passionnante et amusante, et Manzanera se fend d'un bon solo sur la seconde. "Stronger Through the Years" enfin est le morceau de choix, avec son petit phrasé de piano électrique CP-70 bluesy. La voix de Ferry est passée dans un effet, et les guitares superposées donnent une sacrée ambiance aux refrains. Très dense, la fin instrumentale avec le saxo rythmique est géniale.

Ce disque du grand retour, plus "moyen" que les précédents aura ainsi pour double tranchant de faire fuir les anciens fans et d'en faire venir de nombreux nouveaux.

A lire aussi en GLAM-ROCK par MARCO STIVELL :


Elton JOHN
Don't Shoot Me (i'm Only The Piano Player) (1973)
En attendant le suivant...




ROXY MUSIC
Siren (1975)
Moins mythique mais toujours très inspiré


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Bryan Ferry (chant, piano, harmonica)
- Andrew Mackay (saxophone, hautbois)
- Phil Manzanera (guitares)
- Paul Thompson (batterie)
- Paul Carrack (claviers)
- Alan Spenner (basse)
- Gary Tibbs (basse)


1. Manifesto
2. Trash
3. Angel Eyes
4. Still Falls The Rain
5. Stronger Through The Years
6. Ain’t That So
7. My Little Girl
8. Dance Away
9. Cry, Cry, Cry
10. Spin Me Round



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod