Recherche avancée       Liste groupes



      
GLAM-ROCK  |  STUDIO

Commentaires (4)
Questions / Réponses (1 / 1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Frank Zappa , 801, Ian Gillan , Fripp & Eno, Uk, Mike & The Mechanics, Paul Carrack , Quiet Sun, Manzanera & Mackay, Brian Eno , Phil Manzanera , Eno/cale
- Style + Membre : Bryan Ferry
 

 Roxyrama (1292)

ROXY MUSIC - Siren (1975)
Par MARCO STIVELL le 21 Septembre 2011          Consultée 2241 fois

Admirez une nouvelle fois cette pochette. Sans doute la plus belle, même si je sais que les critères de beauté sont subjectifs, là c'est plutôt beau dans le sens "élaboré". Et puis le modèle Jerry Hall, alors petite amie de Bryan Ferry, est plutôt joli non ?

Laissons ces considérations visuelles pour d'autres plus auditives. Siren est le cinquième album de ROXY MUSIC, dont la musique semble évoluer toujours un peu plus à chaque nouvel album depuis le troisième. A ce stade, peut-on espérer un retour à la richesse des premiers albums, ou doit-on attendre un développement de la musique plus soft de Stranded et Country Life ? C'est évidemment la deuxième option. Bryan Ferry préfère laisser ses anciennes exaltations vocales pour adopter une attitude de crooner pop, bien qu'avec toujours un peu de cette magie glam qui l'a caractérisé jusqu'alors. Et le reste du groupe va dans ce sens. La réalisation de Siren est ainsi celle d'un groupe qui sait toujours jouer, ose un peu mais pas trop, ne tombant jamais dans l'excès.

C'est ainsi que "Love is the Drug" vient nous prendre à la gorge, avec son allure très... disco. Assez réjouissant d'ailleurs, sachant que tous les membres du groupe, bien présents, ont décidé de faire dans la sobriété. Jobson et Manzanera répètent plus ou moins les mêmes gimmicks, Mackay n'intervient que de temps en temps et pour des phrases plus rythmiques qu'autre chose... Les fans de la première heure n'adhèreront clairement pas, c'est pourtant du très bon. "End of the Line" se fait clairement plus pop, avec un chant assez conventionnel de la part de Ferry, beau malgré tout. Le violon de Jobson apporte sa petite fraîcheur, c'est d'ailleurs le claviériste qui maintient le mieux ce titre en bonne forme, avec l'aide des petites subtilités de la guitare de Manzanera. "Sentimental Fool" porte bien son nom car il y a cette ambivalence entre les claviers célestes de Jobson et la guitare torturée. Cette ouverture de près de trois minutes sonne un rien jazz. Puis la chanson décolle mais reste calme, même le saxo de Mackay ne fait pas de folie bien qu'il soit tenté. C'est clairement le titre le plus aventureux du disque.

"Whirlwind" est un titre rock gorgé de guitares, dont la furie reste un régal, bien qu'on soit encore une fois loin de ce qu'offraient les premiers albums. Ici, tout sonne plus "carré". "she Sells" présente un genre de pop dansante à moitié funk avec appui de cordes, assez inspiré et joliment orné de choeurs divers. Le solo de saxo modifié est, sans être original, toujours aussi bien utilisé, et Jobson double comme il faut au synthé. "Could It Happen to Me ?" est un semblant de chanson séductrice fun, où Ferry fait plus que jamais son gentil crooner sur son piano. Les refrains sont plus accélérés et l'arrangement de saxos est fort plaisant.

On continue avec "Both Ends Burning", un titre funk magique, avec l'emploi de synthés auxquels on peut attribuer le même qualificatif, car la chanson est assez captivante grâce à eux. Manzanera qui n'a pas eu jusque là trop l'occasion d'offrir du solo, fait pleurer sa guitare sur le final. "Nightingale" est un titre pop où ressortent à nouveau bien les claviers. Le violon de Jobson essaie de s'y faire une place, et on entend enfin un peu le hautbois, pour un résultat atteignant les sommets de d'habitude. Enfin "Just Another High" se présente comme une ballade, et pas des moindres. Le solo de guitare-sitar est soft mais est une jolie trouvaille. Pas étonnant qu'ils aient de plus en plus de succès auprès du grand public avec des chansons comme ça, même si elles tirent en longueur.

Siren, bien que faisant suite à une bonne poignée de chefs d'oeuvre, se révèle lui aussi inspiré de bout en bout. Un peu comme Stranded, il lui manque un tout petit quelque chose pour culminer tout là-haut, mais il vaut bien son petit 4/5.

A lire aussi en GLAM-ROCK par MARCO STIVELL :


ROXY MUSIC
Country Life (1974)
Un des meilleurs




ROXY MUSIC
Roxy Music (1972)
Emerveillement


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Bryan Ferry (chant, claviers)
- Andrew Mackay (hautbois, saxophone)
- Paul Thompson (batterie)
- Phil Manzanera (guitares)
- Eddie Jobson (cordes, synthétiseur, claviers)
- John Gustafson (basse)


1. Love Is The Drug
2. End Of The Line
3. Sentimental Fool
4. Whirlwind
5. She Sells
6. Could It Happen To Me
7. Both Ends Burning
8. Nightingale
9. Just Another High



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod