Recherche avancée       Liste groupes



      
GLAM-ROCK  |  STUDIO

Commentaires (3)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Frank Zappa , 801, Ian Gillan , Fripp & Eno, Uk, Mike & The Mechanics, Paul Carrack , Quiet Sun, Manzanera & Mackay, Brian Eno , Phil Manzanera , Eno/cale
- Style + Membre : Bryan Ferry
 

 Roxyrama (1369)

ROXY MUSIC - Stranded (1973)
Par MARCO STIVELL le 15 Septembre 2011          Consultée 3404 fois

La guerre (d'égos ?) entre Bryan Ferry et Brian Eno aura eu raison de ce dernier, qui quittera le vaisseau ROXY MUSIC aussitôt après la sortie de For Your Pleasure. Il sera remplacé par le claviériste-violoniste Eddie Jobson, qui a fait ses premières armes avec Curved Air, et que l'on retrouvera plus tard aux côtés de Frank Zappa, UK, ou encore Jethro Tull... Pour l'heure, il doit passer après le génie d'Eno, mais quand on le connait un peu, on sait qu'il est loin d'être un manchot. Je le dis comme ça car Stranded n'est peut-être pas l'album qui le met le plus en valeur. Et pour preuve, ce sont Mackay et Manzanera qui s'occupent de tous les petits détails et "traitements" dont Eno avait la charge.

Par ailleurs, beaucoup de fans disent que c'est à partir de cet album que ROXY MUSIC perd la folie qui le caractérisait, chose tout à fait vraie. On parle aussi d'album plus "consensuel", "romantique", attention ça reste à la sauce du groupe, mais indubitablement, Stranded donne beaucoup de place à des tempos lents, ou ne verse pas dans la grande artillerie musicale. Deux titres se démarquent presque complètement de ce fait, ce sont "Mother of Pearl" et "Street Life". Cette dernière ouvre l'album en grande pompe, avec effectivement une séquence très urbaine et des sons dissonnants par-dessus la rythmique. Tout se présente de manière plus linéaire que d'habitude, même dans le chant de Bryan Ferry (en parlant des notes, car il y met toujours de l'expression malgré tout). Seule l'arrivée du synthétiseur au milieu pimente vraiment le tout. Quant à "Mother of Pearl", c'est aussi un bijou du disque, prenant également des allures plus "basiquement" pop : après un départ sur les chapeaux de roue où dominent un arrangement vocal et un Manzanera dantesques, le chanson se calme pour les quatre dernières minutes et se montre répétitive mais très agréable.

Pour le reste, on a affaire à des choses un peu plus ""conventionelles"", comprendre qu'aucune chanson ne réflète l'idée du bon rock puissant que l'on connaissait déjà. On verse plus dans la pop claire et le romantique justement. Certes, la plus que poignante "Song for Europe" a ses allures solennelles et son intensité dramatique (Bryan Ferry chantant même en français à la fin), de plus on ne manquera pas de remarquer que c'est le seul morceau du disque où le saxo torride de Mackay est véritablement mis en valeur (et pour cause, il est le compositeur de la chanson). Mais vous prenez un morceau comme "Amazona", ne serait l'envolée plus rapide quasi-finale où Manzanera (qui a co-écrit le morceau) fait hurler sa guitare, il reste assez doux. Le début comporte un riff de guitare très "sudiste", qui pour plaisanter un peu lui donne l'air d'un "Sweet Home Alabama" version ROXY MUSIC, avec l'ingéniosité qu'on leur connait. Jobson y emploie des sons de claviers évanescents.

"Just Like You" est sans grande prétention, assez Beatles-like, et l'idée de doubler la voix de Ferry à l'octave inférieur est plutôt excellente. "Serenade" offre les prémices de ce que sera le pop-rock eighties, bien avant l'heure. Bien sûr l'arrangement reste seventies mais l'on ne peut s'empêcher d'y penser. Le solo de Manzanera est superbe encore une fois, et la chanson se révèle plus passionnante que celle qui la précède. "Psalm" ne comporte que de rares moments échevelés, précisément lorsque Ferry hausse la voix, que Jobson fait résonner son synthé flippant et que Mackay "traite" son hautbois. Le seul souci est que du fait de sa durée conséquente (huit minutes), on sent qu'il manque un petit effort d'arrangement. On conclue enfin avec le très beau "Sunset", chanson marquée par le piano, la contrebasse du jazzman Chris Laurence et le hautbois qui ne se sera manifesté qu'ici, le tout donnant effectivement l'impression d'un soleil couchant... illuminé.

Un très très bon album, inspiré avec peu de choses pour lesquelles on trouve à redire. Stranded fait dignement suite aux premières grandes oeuvres du groupe, et arrive quand même à nous rassurer sur ce que peut être la musique du groupe après le départ d'Eno, qui approuvera d'ailleurs totalement cette suite (leur "finest album", dira t-il).

A lire aussi en GLAM-ROCK par MARCO STIVELL :


ROXY MUSIC
Siren (1975)
Moins mythique mais toujours très inspiré




ROXY MUSIC
Viva! (1976)
Manque un tout petit quelque chose...


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Bryan Ferry (voix, piano)
- Andrew Mackay (hautbois, saxophone)
- Paul Thompson (batterie, timbales)
- Phil Manzanera (guitares, arrangements)
- Eddie Jobson (violon, synthétiseur, claviers)
- Johnny Gustafson (basse)


1. Street Life
2. Just Like You
3. Amazona
4. Psalm
5. Serenade
6. A Song For Europe
7. Mother Of Pearl
8. Sunset



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod