Recherche avancée       Liste groupes



      
NEW-WAVE  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


La FEMME - Paradigmes (2021)
Par ERWIN le 5 Avril 2021          Consultée 585 fois

J'aime LA FEMME depuis leur premier méfait discographique. Cette étrange fusion étirant des influences allant de la new wave des eighties au surf rock à la Dick DALE, avec des rythmes en carton et une jolie propension aux mélodies entêtantes mais parfois contre-nature pour une musique originale et qui gagne le pari du mainstream sans perdre en consistance. Sacha Got et Marlon Magnée sont toujours à l'écriture, mais Clémence Quelennec n'est plus là, concentrée sur son projet AJA, et remplacée par pléthore de chanteuses dont l'actrice Lisa Hartmann, la corse Clara LUCIANI qui était dans le groupe au départ ok, Alma Jodorowsky... mouais... petite fille d'Alejandro, mannequin, actrice et donc chanteuse... Voilà que je prends peur... Et Ariane Gaudeaux – jamais entendu parler... Tant mieux ! Tachons donc de ne pas avoir d'idées préconçues à l'écoute de cet opus très attendu !

Trois singles sont sortis en porte-étendard de cette troisième livraison : le réussi et très consistant éponyme "Paradigme" dont l'ambiance et les cuivres dignes d'une Banda évoquent les regrettés NEGRESSES VERTES. Les voix féminines de Clara, Alma et Ariane, même sans la bretonne Clémence Quélennec, continuent de créer une surprenante ambiance festive – ce coup de génie lubrique sur les "i" -, la vidéo kitsch est superbe. Après une introduction philosophique basique mais teintée de cynisme, "Disconnexion" propose une avalanche de sons synthétisés en directe provenance des eighties et qui pourrait à la limite servir d'intermède. Profession de foi ? Peut-être ! Je ne suis pas particulièrement fan de la voix masculine sur "Cool Colorado", qui manque un brin de couilles, on s'endort. Les influences sont en revanche bien là, avec ELIE & JACNO ou MARIE & les GARCONS. Du stilnox pour les oreilles !

Lisa Hartmann est au chant sur plusieurs titres : "Nouvelle-Orleans" où l'on retrouve un peu de la coquinerie de Clémence sur cette ritournelle bien psychiatrique. Puis Françoise HARDY n'est pas si loin sur "Le sang de mon prochain", une douce histoire de vampire pour endormir les enfants. C'est charmant et mignonnet. Je l'aime en revanche moins sur "Va" qui volette tel un manège désordonné, comme sous l'emprise d'une méchante substance hallucinogène, avec un chant qui peine. Nous avons aussi du psychédélisme sur "Force & respect", mais qui manque de fond malgré un chant à la Catherine RINGER. L'espagnol un peu halluciné d'Ariane embraye sur "Le jardin".

L'ambiance noirâtre de "Pasadena" siérait presque à du Chris ISAAK, mais il y aurait comme une erreur de casting au chant : en effet, le français passe mal sur le spoken word à moins de disposer d'un organe vocal original, ce qui n'est pas le cas des garçons. Vous imaginez INDOCHINE chantant en anglais ? Voilà à quoi cela ressemblerait et "Foreigner" se pose là. Pas convaincu par les voix de Marlon et de Sacha qui jouent les rock stars avec un accent à couper au couteau. Notez que c'est possible, souvenez-vous de Dominique Laboubée, le mythique chanteur des DOGS de Rouen. Et souvenez-vous de TAXI GIRL ! "Mon Ami" en porte tous les stigmates, avec un Sacha qui « tente de chanter ». Le ton de "Tu t'en lasses" me plaît pas mal, mais le chant me laisse à nouveau sceptique.

Il y a tout de même plusieurs moments de qualité dans ce skeud : "Foutre le bordel" nous replonge dans le minimalisme du post punk du début des eighties, jusqu'au son de gratte ! C'est carrément drôle, jusqu'au titre qui symbolise fort bien la démarche. Pour ceusses qui ont connu les minots de ZERO DE CONDUITE, voici qui leur rappellera des souvenirs. Et toujours ces élans cold wave sur "Divine créature", auquel manque une basse consistante, même si une gratte stridente s'en mêle à la fin. Enfin, l'esprit de MORRICONE est logiquement de la partie sur la terrible chevauchée instrumentale "Lâcher de chevaux", qui reste un instant fort agréable et à la hauteur de leur réputation.

Premier constat : trop de titres chantés par les mecs... ainsi que je le disais pour leur deuxième album, telle n'est pas la bonne direction, Sacha et Marlon devraient laisser le micro. Là où Clémence apportait fraîcheur et spontanéité, ses remplaçantes font le job, mais on perd en authenticité. Le principal souci résidant dans des compositions moins originales et travaillées, où la guitare SHADOWS, DALE ou WRAY a disparu, et ça, c'est un drame ! Je ne retiens vraiment de cette livraison que le génial single "Paradigmes" qui reste au niveau du premier album. Le reste est de bon aloi, avec toujours quelques pointes et fulgurances, mais je trouve que l'ensemble sonne préfabriqué, élément qui était à éviter pour continuer de truster le leadership du rock frenchy, à mon sens. Tout n'est pas perdu et je reste sur un trois plus synonyme de moyen qu'autre chose. Retrouvez-moi cette guitare les gars !

A lire aussi en NEW-WAVE par ERWIN :


DURAN DURAN
Rio (1982)
Vers l'infini et au dela




David BOWIE
Low (1977)
Very high

(+ 2 kros-express)

Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
  N/A



- Sacha Got (guitare-chant)
- Marlon Magnée (claviers-chant)
- Sam Lefèvre (basse)
- Noé Delmas (batterie)
- Lucas Nunez Ritter (claviers)
- Clara Lucciani (chant)
- Alma Jodorowsky (chant)
- Agathe Gaudeaux (chant)
- Lisa Hartmann (chant)


1. Paradigme
2. Le Sang De Mon Prochain
3. Cool Colorado
4. Foutre Le Bordel
5. Nouvelle-orleans
6. Pasadena
7. Lacher De Chevaux
8. Disconnexion
9. Foreigner
10. Force & Respect
11. Divine Créature
12. Mon Ami
13. Le Jardin
14. Va
15. Tu T'en Lasses



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod