Recherche avancée       Liste groupes



      
PUNK-ROCK  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Kottak

SUM 41 - Underclass Hero (2007)
Par DENKO le 29 Août 2007          Consultée 5689 fois

Commençons par remettre en place ce qui doit l’être. Le groupe sortit un premier album dans le quasi-anonymat. Formé de 4 membres qui sont en réalité une bande de copains de collège, tout semblait bien se profiler lorsqu’ils enregistrèrent leur second album All Killer No Filler dont le succès n’a pas pu vous échapper. Des tubes pop/rock à relents punk sont encore dans toutes les mémoires : in too deep, fat lip… Le groupe empocha beaucoup d’argent avec cet album très grand public, ce qui leur permit entre autre de réaliser leur troisième album avec bien plus de moyens. Et c’est alors que le très bon Does This Look Infected ? fit surface, ébranlant le Sum 41 du précédent album pour un punk toujours aussi mélodique mais plus rageur avec quelques sonorités particulièrement agressives. La suite fut splendide avec le magistral Chuck bien trop sous-estimé, un vrai mix entre le punk et le métal.
Malheureusement, Does This Look Infected ? et Chuck n’eurent pas le succès escompté. Même si le groupe n’avait pas perdu en notoriété, les ventes d’albums furent bien moins satisfaisantes qu’elles ne l’étaient avec la sortie de All Killer No Filler. C’est donc dans ce contexte que fut préparé Underclass Hero, à quoi il faut ajouter le départ du guitariste Dave Baksh et le mariage du chanteur Derryck Whibley avec Avril Lavigne.
Plusieurs péripéties donc qui amenèrent le groupe à reconsidérer leur style musical. Dave emporte avec lui sa touche métal dont étaient imprégnés les deux derniers albums. Afin de remplir à nouveau les caisses et de récupérer le large public acquis avec les deux premiers albums du groupe, Sum 41 s’est donc dirigé vers un style qui se rapproche inévitablement de All Killer No Filler. A la différence près que cette fois, Greig Nori (le producteur de l’ensemble de la discographie des Sums) n’est plus à la baguette et que nous avons le droit à une autoproduction.

A l’écoute du premier morceau, Underclass Hero (qui d’ailleurs reprend Subject to Change, bonus track de Chuck), il est impossible de ne pas repenser à In Too Deep. Et force est de constater que le très bon Subject to Change a complètement été massacré afin de devenir un pur produit commercial. Mélodie facile, structure simplifiée, clip imbuvable… Les Sums ont mis les bouchées doubles pour nous servir un Good Charlotte aux relents de Simple Plan. Malheureusement, le groupe s’est beaucoup trop orienté sur le chant de Derryck et ne repose plus que sur lui, laissant les bons gros riffs de côté. D’ailleurs, le nouveau son de lead guitar est absolument inécoutable après ce qu’on a vécu sur Chuck. Walking Disaster, March Of The Dogs et sa pseudo-implication politique ou encore Confusion and Frustration In Modern Times ne vont pas relever le niveau. Trop faciles, trop légers, on les oublie rapidement et on s’en lasse au bout de quelques écoutes, à cause d’une désagréable impression de déjà entendu.
Le nombre impressionnant de ballades n’est pas un bon point non plus. Elles se répètent et se ressemblent, n’ont aucune saveur particulière et ne dégagent aucune émotion ou identité. Bref, mis à part So long Goodbye qui est potable et qui innove quelque peu avec l’introduction de violons, le reste des ballades est à écarter.
Enfin il reste cependant quelques chansons pour sauver les meubles. Ma poubelle, chantée en français est agréable et relâche un peu la tension exercée par les précédentes pistes en étant idéalement placée au milieu de l’album. The Jester est simple mais efficace : le groupe ne se prend pas la tête et se lance dans une chanson courte mais plaisante (le refrain apparaît à la 20ème seconde de la piste !), Speak Of The Devil est très bien structurée et est très agréable à l’écoute, sans pour autant tomber dans la simplicité. Enfin, Pull The Curtain est un petit concentré de Sum 41 avec un mix de ce qu’ils savent faire, tandis que King Of The Contradiction nous offre un très bon break métal dans l’album (elle emprunte un peu à Black Sabbath). Pour finir, Count Your Lasts Blessings est sans conteste la meilleure chanson de l’album, et mériterait même de figurer sur Chuck !

Bilan plus que mitigé donc avec cet album qui risque d’enfermer le groupe dans un style trop carré et trop saturé qu’est le pop/punk américain. Le groupe nous sert là un AKNF bis, et on se demande si finalement, DTLI ? et Chuck ne resteront pas les seuls chef-d’œuvres des Sums, qui semblent ne pas parvenir à se détacher de leur période « In Too Deep ». Le départ de Dave Baksh n’est pas anodin, et le groupe est en perte franche d’identité.

A lire aussi en PUNK-ROCK par DENKO :


BILLY TALENT
Ii (2006)
Vous avez dit punk ?

(+ 1 kro-express)



BLINK 182
Enema Of The State (1999)
L'invention du pop-punk !


Marquez et partagez





 
   DENKO

 
  N/A



- Derryck Whibley (chant/guitare)
- Cone Mccaslin (basse)
- Steve Jocz (batterie)


1. Underclass Hero
2. Walking Disaster
3. Speak Of The Devil
4. Dear Father
5. Count Your Last Blessings
6. Ma Poubelle
7. March Of The Dogs
8. The Jester
9. With Me
10. Pull The Curtain
11. King Of Contradiction
12. Best Of Me
13. Confusion And Frustration In Modern Times
14. So Long Goodbye
15. Look At Me



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod