Recherche avancée       Liste groupes



      
PUNK-ROCK  |  STUDIO

Commentaires (3)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Kottak

SUM 41 - Chuck (2004)
Par LESOMBRE le 17 Juillet 2008          Consultée 3960 fois

Décidément Sum 41 est un groupe qui réserve des surprises : une place de leader de la scène punk rock rapidement conquise aux côtés de Blink 182 (paix à leurs âmes) et un Underclass Hero sorti en 2007 après une défection problématique qui a tenu toutes ses promesses. Connu pour son côté fun et pas prise de tête, assez fréquemment descendu en flammes pour la qualité parfois un peu « cheap » de son travail de composition, Sum 41 débarque en 2004 avec la meilleure production de sa discographie et tout simplement un album de référence du genre.
Alors, à quoi ça ressemble un chef d’œuvre du punk rock ?

Ça débute d’une manière inattendue, presque mélancolique : une petite intro très belle à deux guitares s’entrecroisant délicatement, qui laisse pressentir une écriture plus subtile. Titre introductif qui permet également de mettre en relief la première bombe de l’album, « No reason », qui envoie du lourd : un gros, gros titre de punk rock, à la fois mélodique, posé et nerveux avec un refrain qui rentre direct dans la tête.
La formule moments énergiques/mélodiques est reproduite avec bonheur dans « We’re all to blame » qui accroche aussi par son utilisation maîtrisée des vocaux superposés, rajoutant un punch incommensurable. Encore une réussite avec « Angels with dirty face » et son intro très métal lourd et méchant : tout s’enchaîne avec fluidité, chaque ligne instrumentale est à sa place, attendue, mais avec ce qu’il faut pour surprendre et intriguer ; domine par ailleurs l’impression d’une synthèse formidablement réussie de tout ce qui traîne de bien dans le métal ou le rock (Offspring, Slayer, Linkin Park, Metallica sur certains passages).
Et ça continue avec le mid-tempo « Some Say » et « The bitter end » dans lesquels se confirme que le groupe a voulu frapper très fort. Sum 41 révèle progressivement son énorme ambition, l’envie dévorante de tout casser sur son passage et qui se montre complètement à la hauteur : des compos profondes sans être larmoyantes, du punch mais sans le côté souvent répétitif propre au style, des titres constamment inspirés, des solis qui tombent juste… Du grand art. Dans ces entrelacs de morceaux ciselés citons encore sur la fin « Welcome to Hell » (totalement punk), ou « Noots » (très bonne incarnation du style Sum 41).

Bon, pour la forme, on va se laisser aller à une petite critique : « Slipping away » est peut-être le morceau de trop, qui n’apporte pas grand-chose à la fresque que dessine Chuck et « Pieces » est sans doute un peu trop sage pour emporter totalement la conviction des fans les plus enragés. Mais le caractère protéiforme de cette production fait que l’on pourrait tout aussi aisément déplacer et transformer ces modestes critiques lors d’une prochaine écoute.

Chuck révèle la grande intelligence musicale du groupe. Une clef pour réécouter la discographie de Sum 41 ? Sans conteste. S’il vous en faut un pour commencer, c’est celui-là.

A lire aussi en PUNK-ROCK :


SUICIDE
Suicide (1977)
No bass, no drum, no guitar, no future

(+ 1 kro-express)



La SOURIS DéGLINGUéE
Une Cause à Rallier (1982)
"C'est là qu'on est né en France !"


Marquez et partagez





 
   LESOMBRE

 
   DENKO
   FROMAGE_ENRAGE
   PLAUDE

 
   (4 chroniques)



- Biz (chant, claviers, guitares)
- Cone Mccaslin (basse)
- Stevo (batterie)
- Dave Brownsound (guitares)


1. Intro
2. No Reason
3. We’re All To Blame
4. Angels With Dirty Faces
5. Some Say
6. The Bitter End
7. Open Your Eyes
8. Slipping Away
9. I’m Not The One
10. Welcome To Hell
11. Pieces
12. There’s No Solution
13. 88
14. Noots (hidden Track)



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod