Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK  |  STUDIO

Commentaires (4)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

ALBUMS STUDIO

1986 Couleur Passion
1990 En Avoir Ou Pas
2010 1 Organic
 

- Style + Membre : Trust

Bernie BONVOISIN - En Avoir Ou Pas (1990)
Par NESTOR le 5 Août 2021          Consultée 440 fois

Quatre ans après son premier album solo, l’excellent Couleur Passion, Bernie nous revient avec ce En avoir ou pas.
Entre-temps, devenu acteur,il a participé à trois films (Aria de Don Boyd, Rendez-vous au tas de sable de Didier Grousset et Hiver 54, l'abbé Pierre de Denis Amar).
Son premier album solo, ayant été loin de recueillir le succès escompté, c'est bien plus humblement que ce deuxième opus sort.
La formule reste pourtant très proche de celle initiée par Couleur Passion, à savoir un rock puissant très fortement teinté de Soul, où les parties de guitares viennent agrémenter une musique majoritairement portée par les claviers et les cuivres. Nous sommes là exactement dans la même démarche artistique que Renaud HANTSON avec sa carrière solo à la même période : une volonté de proposer un AOR fortement inspiré du marché américain en faisant le pari que ce qui cartonne alors outre-Atlantique doit pouvoir rencontrer un large public en France.
L’orchestration est très chargée notamment du fait d’une utilisation immodérée de chœurs, de cuivres et, dans une moindre mesure, de claviers. Cela donne le sentiment que Bernie était alors à la recherche d’un 'gros son' à l’américaine. De ce fait, la voix est un peu en retrait, donnant parfois l'impression d’être noyée dans des arrangements boursouflés. De manière ironique, c’est particulièrement sensible sur "Envie de Hurler" où Bernie a beau forcer et pousser son chant, ses paroles sont difficilement intelligibles, immergées qu’elles sont dans un échos fort peu judicieux.
Et c’est globalement le gros défaut du disque : son style trop chargé, trop bouffi. A vouloir chercher le gros son, le chanteur s’est égaré dans des compositions pataudes, ou plus exactement dans une interprétation et des arrangements balourds et sans fraîcheur. Ce que Claude NOUGARO avait réussi avec Nougayork, Bernie ne parvient pas à le reproduire ici.
Des titres de la trempe de "Sans faire d’histoire" donnent le sentiment d’être des blocs hermétiques qui étouffent tous sentiments, toute expression organique. Qui ne laissent pas l’auditeur pénétrer le cœur des musiciens.
Pourtant, on sent qu’il ne faudrait pas grand-chose à certains titres pour devenir très efficaces : un peu plus de sobriété et de fraîcheur et, surtout, un son moins compressé. C’est ainsi le cas de "Jamais assez", dont l'intro évoque le "Run To You" de Bryan ADAMS. Ou bien de "Tu Retourneras Marcher" qui présente également un potentiel indéniable.
Les titres les moins pompeux, à l’image de "Je te suivrai" et "L’indifférence" tirent un peu mieux leur épingle du jeu. Mais on sent que cette volonté d’en 'mettre plein les oreilles', omniprésente, atténue grandement l’efficacité générale. De fait, cet album manque cruellement d’une dimension plus organique. Il est la preuve qu’il ne suffit pas d’ajouter des chœurs surpuissants et des cuivres pour obtenir ce résultat charnel et envoutant pourtant probablement recherché.
Dès lors, En avoir ou pas me semble surtout souffrir d’un problème de production. C’est typiquement le genre de disque qu’il serait très intéressant d’écouter avec un autre mixage à même de lui apporter un peu plus de relief. Nul doute que ce disque aurait alors un tout autre visage. Car, tout comme Couleur Passion m’avait charmé malgré un parti-pris en terme de son également discutable, je veux bien croire que ce disque ambitieux ait pu trouver ses fans, tant on peut ressentir une réelle ambition artistique et une volonté de proposer quelque chose de fort.
La liste des musiciens présents est d’ailleurs assez éloquente quant aux attentes que Bernie pouvait mettre dans ce projet musical. Outre les frère d’armes, Nono présent sur "Jamais assez" et "Sans Faire d'histoire", et Yves Brusco (Vivi), on peut citer Vic Emerson (ex-10CC, et ayant travaillé avec Alain BASHUNG et ZAZIE) aux claviers. Mais également Jean-Pierre Buccolo (RENAUD, Francis CABREL, Étienne Roda-Gil, Johnny HALLYDAY).

Mais force est de constater, avec un peu de recul, que ce disque pâtit d’une direction artistique qui ressemble bougrement à une impasse. Et que l’enfer est pavé de bonnes intentions.

A lire aussi en ROCK par NESTOR :


La SOURIS DEGLINGUEE
Quartier Libre (1988)
Accessible et truffé de standards du groupe




REPS
Reps (2020)
Un très bon premier disque de rock festif


Marquez et partagez





 
   NESTOR

 
  N/A



- Bernie Bonvoisin (chant)
- Didier Patard (basse)
- Droft Little Cunt (batterie)
- Yves Brusco (guitare, basse)
- Vic Emerson (piano)
- Jean-pierre Buccolo (guitare)
- Norbert Krief (guitare)


1. Du Noir Du Blanc Du Blues
2. Plus D'espoir
3. Envie De Hurler
4. Je Te Suivrai
5. Tu Retourneras Marcher
6. Plus Rien Ne M'étonne
7. Sans Faire D'histoire
8. L'indifférence
9. Autopsie D'un Jeu
10. Descendu En Flammes
11. Jamais Assez



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod