Recherche avancée       Liste groupes



      
POST PUNK BARRE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

ALBUMS STUDIO

1981 Hee-Haw
1982 Junkyard
 

1979 Door, Door (the Boys ...
 

- Style + Membre : Nick Cave & The Bad Seeds

The BIRTHDAY PARTY - Hee-haw (1981)
Par NOSFERATU le 29 Octobre 2023          Consultée 300 fois

Aborder l’œuvre de BIRTHDAY PARTY n’est pas chose aisée pour le quidam moyen. On navigue en effet dans les marécages moites d’un post-punk dépressif et dévastateur. Puissance et mélancolie, tout ce qui m’interpellait dans cette vague dès le lycée, avec BAUHAUS, KILLING JOKE, SISTERS du début, PIL, SIOUXSIE, JOY DIVISION...
A la différence de ces combos noirs de noirs de la 'perfide Albion', BIRTHDAY PARTY a cependant eu des racines 'high energy'/garage, liées plus ou moins directement à la scène australienne inaugurée par les sinistres membres de RADIO BIRDMAN dès 73.
Cette histoire destroy part bien sûr du punk rock en 77 dans un Melbourne plutôt 'bourgeois pepère' où le 'no fun' est la norme. Chez les fils de 'bourges', il est vrai que l’ennui existe aussi. Deux lurons, Mick Harvey et Nick Cave, dégoûtés par leurs études très classiques de grammaire latine, s’adonnent à tout ce qui les fait violemment vibrer. Il y a la littérature bien sûr, surtout 'gonzo' (FAULKNER, BURROUGHS…) mais aussi les RAMONES, les groupes locaux 'hors-nomes' cités plus haut, particulièrement les SAINTS. A la base, Nick était même un fan de prog jusqu’au jour où il tomba sur le disque Raw Power d’IGGY AND THE STOOGES en 73 qui l’interpella d’abord par la pochette puis, évidemment, par son sauvage contenu.
Leur goûts les portent aussi vers le coté 'arty' du rock glitter du début des années 70 : LOU REED, ALICE COOPER, DAVID BOWIE... Déjà, dans leurs têtes embrumées, germe un courant qu’ils vont incarner de manière excessive : l’art punk. Arty oui mais, on le redit, avec des influences garage/rockab/punk décapantes. Entre SCIENTISTS (pour rester encore une fois dans le local) et ROXY MUSIC, en gros.

Cette compilation rassemble ainsi les compositions du temps de BOYS NEXT DOOR, le groupe originel datant de la fin des seventies, et l’album éponyme sorti en 80. La plupard sont surtout signées par Mr CAVE et son complice héroïnomane, le très palichon, au visage incroyablement émacié, Rowland S Howard. Leur hurleur littéralement possédé, NICK CAVE, n’est pas encore le crooner dark que l’on découvrira durant sa géniale discographie solo, avec ses BAD SEEDS ou encore son groupe des années 2000 baptisé GRINDERMAN. Ici, on entend surtout un chien fou glapissant, quasi 'neanderthalien' sur "Happy Birthday", "Iggyesque" sur "Hats On Wrong".
On retient surtout de ces compositions des éclats de tribalisme post-punk ("Mr Clarinet"). Un post-punk où le mot punk a tout son sens. Le gang australien nous donne ainsi sa version locale et sauvage de la cold-wave cartonnant alors ("Happy Birthday", "Guilt Parade" "The Red Clock"). Cette cold-wave est ainsi violemment malmenée par des stridences 'stoogiennes' (l’utilisation d’une clarinnette en roue libre rappelle les grandes heures de Fun House sur "Guilt Parade").
Ce bruitisme annonce le noise rock en devenir ("Guilt Parade", "Happy Birthday"). Le drone obsédant au début et à la fin de "The Friend Catcher" donne au titre une ambiance quasi indus, doublé d’une mélodie goth rock, le côté caricatural en moins.
BIRDHDAY PARTY sera catalogué, comme on l’a dit plus haut, dans la famille hétérogène des 'corbacs', mais on ne répétera jamais assez combien les membres de cette congrégation insolite se distinguent de leurs congénères habillés de noir. Nos Australiens 'bordeline' donnent ainsi des leçons de bruit à BAUHAUS ("Hats On Wrong", "The Hair Shirt").
Si vous voulez chercher des influences, tournez-vous plutôt vers PERE UBU ("A Catholic Skin" avec une superbe mélodie funèbre en introduction avant que des bruits psyché/indus parasitent génialement le reste du morceau) de l’axe PRIMITIVE CALCULATORS/SUICIDE ("Fain Heart" pour la facette proto-electronica barrée) ou de l’atmosphere MAGAZINE/WIRE ("The Red Clock"). Ajoutez l’omniprésence du TOM WAITS expérimental (flagrant sur tous les titres proposés, surtout la chanson très 'free rock' dénommée "Death by drowning").
A noter aussi une reprise délirante de GENE VINCENT ("Catman") démontrant l’héritage rockabilly, reprise qui a dû certainement impressionner les grands cousins des CRAMPS.

Disque délicieusement éreintant, et encore, ce n'est que le début des péripéties...

A lire aussi en NEW-WAVE par NOSFERATU :


CHROME
Alien Soundtracks (1977)
Sf foutraque et abrasive




PUBLIC IMAGE LIMITED
The Flowers Of Romance (1981)
Un parfum délicieusement puant.

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez





 
   NOSFERATU

 
  N/A



- Nick Cave (chant)
- Rowland S. Howard (guitare, saxophone)
- Mick Harvey (orgue, guitare)
- Tracy Pew (basse, clarinette)
- Phill Calvert (batterie)


1. Mr Clarinet
2. Happy Birthday
3. Hats On Wrong
4. Guilt Parade
5. The Friend Catcher
6. Waving My Arms
7. Catman
8. Riddle House
9. A Catholic Skin
10. The Red Clock
11. Faint Heart
12. Death By Drowning
13. Hair Shirt



             



1999 - 2024 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod