Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

2001 Sounding The Seventh ...
2003 Waking The Fallen
2005 City Of Evil
2007 Avenged Sevenfold
2008 Live In The Lbc & Diamon...
2010 Nightmare
2013 Hail To The King
2016 The Stage
2017 Live At The Grammy Museu...
2018 Black Reign
2023 Life Is But A Dream.....

AVENGED SEVENFOLD - Nightmare (2010)
Par ELK le 5 Mai 2024          Consultée 248 fois

La vie réserve parfois des pieds de nez bien cruels : alors que AVENGED SEVENFOLD a accouché en 2007 d’un album unanimement salué par la critique et une base croissante de fans, le malheur vient frapper à sa porte. Son batteur James Sullivan, alias The Rev, décède fin 2009, en pleine session d’enregistrement du cinquième album qui deviendra Nightmare. The Rev prenait à l’époque une place grandissante au sein de la formation californienne, participant à la composition de la plupart des titres, et à de nombreuses parties vocales. Dévastés par cette perte, les musiciens du groupe parviennent néanmoins à sortir ce nouvel opus quelques mois plus tard, faisant appel à Mike Portnoy, fraichement démissionnaire de DREAM THEATER, pour enregistrer les parties de batterie inachevées.

L’album prend logiquement un ton très noir, à l’instar de son impressionnante pochette cauchemardesque; les thèmes abordés tournent autour de la violence des relations humaines, de l’aliénation par les drogues, de la perte d’êtres chers, de violence, de folie ou de meurtres. La musique prend cependant une orientation plus riche et subtile; si le disque est parsemé de titres et de passages très Heavy, se permettant même quelques retours ponctuels au Metalcore des origines, il se caractérise surtout par une grande variété d’ambiances, et une liberté d’écriture qui confirme un potentiel créatif largement entrevu depuis l’album City Of Evil. C’est aussi paradoxalement l’album sur lequel les grandes influences du combo apparaissent avec la plus grande évidence : citons en vrac DREAM THEATER (l’analogie stylistique de la chanson titre avec "A Nightmare To Remember" parue quelques mois avant sur l’album Black Clouds And Silver Linings ne saurait être totalement fortuite), SYSTEM OF A DOWN, RAGE AGAIN THE MACHINE, GUNS & ROSES, IRON MAIDEN ou encore METALLICA qui est peut-être celle qui est la plus prégnante sur l’opus.

Oui mais AVENGED SEVENFOLD est un grand groupe, et les ingrédients qu’il 'emprunte' aux anciens suscités, viennent non pas édulcorer son propos et sa capacité à innover, mais au contraire stimuler sa créativité et nourrir son inspiration. L’album nous propose ainsi 11 titres décoiffants, puissants, variés, superbement écrits et interprétés, l’ensemble étant plus encore que de coutume dominé par la performance XXL de M. Shadows, qui dans tous les registres, de la ballade en voix claire, en passant par des registres pop, plus Heavy et même dans des growls distillés avec parcimonie, fait preuve de l’étendue et de la justesse de son registre. Bien entendu, la guitare de Synyster Gates, bien soutenue par celle de Zacky Vengeance, virevolte sur tous les titres, alors que la section rythmique répond parfaitement à l’exigence musicale de titres complexes et riches de surprises incessantes. A noter également la capacité réitérée des vengeurs bibliques à parfaitement intégrer à leur musique toutes sortes d'instruments qui pourraient de prime abord sembler incongrus dans le paysage et qui trouvent finalement leur place presque naturellement.

L’album regorge de superbes réussites. Mes préférences me portent vers "Buried Alive" titre qui fait plus qu’évoquer METALLICA, mais dans une version réhaussée par un gros grain de folie pour accoucher d’une composition complexe et terriblement accrocheuse, petite merveille de construction marquée par l’alternance entre une première partie très mélodieuse, et une seconde beaucoup plus Heavy.
"Victim" débute par un bel arpège de guitare, une cloche qui marque le tempo (grand classique du métal), et des chants gospel. Shadows emporte le titre vers des sommets en passant de la ballade sur les couplets à un refrain de grande ampleur et gorgé d’émotion, avant de superbes passages instrumentaux qui permettent à Gates de briller de mille feux.
"Save Me" est un superbe titre de fin d’album, assez proche du style de "Exist" qui viendra quelques années plus tard mettre un terme à l’opus The Stage. On reste dans le monde des cauchemars en écho au titre d’ouverture de l’album, alors que déboule un thème à la DREAM THEATER relayé par de superbes riffs bien nerveux sur un tempo d’enfer et que le chant se fait souvent très dur, avant de nous séduire sur de superbes parties en clair. La fin est grandiloquente, Shadows chante avec beaucoup de force "Tonight We All Die Young" ce qui fait irrémédiablement penser au copain disparu.

"Nightmare" est un excellent titre d’intro qui nous plonge dans un bain de métal cauchemardesque engagé par la mélodie d’une boîte à musique et parfaitement relayé par des interventions de grande classe de la double grosse caisse et de la guitare aiguisée de Synyster Gates.
"Danger Line" nous entraîne dans une ambiance de fête foraine macabre, nous propose quelques accélérations fulgurantes et se conclut superbement par la seule voix de M Shadows soutenue par des chœurs, une trompette et une caisse claire.
"Natural Born Killer" propose du Heavy de grande classe et beaucoup de folie vocale et instrumentale, alors que "So Far Away" débute comme une ballade acoustique pop avant de nous dévoiler une montée orchestrale pleine de classe et de superbes parties de guitare, dont un dernier solo très 'gilmourien'.
"God Hates Us" débute par un superbe arpège avant un énorme riff bien Thrash et un chant particulièrement agressif, réhaussée par de nombreuses dissonances instrumentales savamment distillées, alors que "Tonight The World Dies" est beaucoup plus calme et que Shadows impressionne par l’étendue de son registre, mention spéciale aux cris qui accompagnent le début du refrain.
"Fiction" est un titre de The Rev (sur lequel il partage le chant avec Shadows) qu’il destinait à un projet parallèle, mais que le groupe a tenu à conserver : c’est surprenant, un peu décadent avec un piano classique qui déraille, et très touchant quand le chant entonne "I Know You’ll Find Your Own Way When I’m Not With You Tonight". Il nous reste "Welcome To The Family", un des premiers singles de l’opus qui fait beaucoup penser à GUNS & ROSES, bien fichu sans être totalement transcendant.

Mention très bien donc pour un album et un groupe qui ne ressemblent à aucun autre. Le terrible coup du sort qui aurait pu mettre un terme à l’aventure semble au contraire avoir surmotivé les troupes. Les Américains n’hésitent jamais à suivre leur instinct quels que soient les chemins sur lesquels ils s’engagent. C’est la marque des grands, et typiquement la direction qui doit être suivie pour régénérer un style musical souvent sclérosé et confiné dans des micro-chapelles dont les vrais créateurs n’ont cure. AVENGED SEVENFOLD fait incontestablement partie du lot, la suite de sa carrière le démontrera amplement et son Nightmare vous hantera bien longtemps après l’avoir écouté. Note de 4,5 pas si loin du 5.

A lire aussi en METAL par ELK :


IRON MAIDEN
Live After Death (1985)
Miracle à Long Beach

(+ 1 kro-express)



QUEENSRΫCHE
The Warning (1984)
Plus qu'un avertissement : une révélation !


Marquez et partagez





 
   ELK

 
  N/A



- Shadows (chant, piano)
- Synyster Gates (guitare solo)
- Zacky Vengeance (guitare rythmique)
- Johnny Christ (basse)
- Mike Portnoy (batterie)
- The Rev (batterie, choeurs)


1. Nightmare
2. Welcome To The Family
3. Danger Line
4. Buried Alive
5. Natural Born Killer
6. So Far Away
7. God Hates Us
8. Victim
9. Tonight, The World Dies
10. Fiction
11. Save Me



             



1999 - 2024 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod