Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  LIVE

Commentaires (2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1980 Iron Maiden
1981 Killers
1982 The Number Of The Bea...
  The Number Of The Beast
1983 Piece Of Mind
1984 Powerslave
1985 Live After Death
1986 Somewhere In Time
1988 Seventh Son Of A Seve...
1990 The First Ten Years #1
  The First Ten Years #2
  The First Ten Years #3
  The First Ten Years #4
  The First Ten Years #5
  The First Ten Years #6
  The First Ten Years #7
  The First Ten Years #8
  The First Ten Years #9
  The First Ten Years #10
  No Prayer For The Dyi...
1992 Fear Of The Dark
1993 A Real Live Dead One
  Live At Donington
1994 Raising Hell
1995 The X-factor
1996 Virus
  Best Of The Beast
1997 A Tribute To The Best Ba...
1998 Virtual Xi
1999 Ed Hunter
  Transilvania 666
2000 Brave New World
2002 Rock In Rio
  Rock In Rio
  A Tribute To The Beast
  Edward The Great
  Eddie's Archive
2003 Visions Of The Beast
  Slave To The Power (the ...
  Wildest Dreams
  Wildest Dreams - Dvd Sin...
  Dance Of Death
2004 No More Lies Dance Of De...
  The Early Days
2005 The Number Of The Beast
  The Trooper
  Death On The Road
  Death On The Road
  The Piano Tribute To Iro...
2006 The Reincarnation Of Ben...
  A Matter Of Life And ...
  The Hand Of Doom Orchest...
2008 Live After Death
  Maiden Heaven
  Somewhere Back In Time -...
2009 Flight 666 The Film
  Flight 666
2010 El Dorado
  The Final Frontier
2011 From Fear To Eternity
2012 En Vivo!
  En Vivo!
2013 Maiden England '88
  Maiden England '88
2015 The Book Of Souls
2016 L'odyssée De La Bête
2017 The Book Of Souls - Live...
2020 Nights Of The Dead, Lega...
2021 L'héritage De La Bête
  Senjutsu
 

- Style : Saxon
- Membre : Ian Gillan , Trust, Smith/kotzen, Bruce Dickinson
 

 Site Officiel (1178)

IRON MAIDEN - Rock In Rio (2002)
Par ELK le 11 Mars 2024          Consultée 464 fois

Après la sortie de l’excellent Brave New World en 2000, il fallait bien sanctuariser les retrouvailles d’IRON MAIDEN avec son frontman iconique par une énorme tournée. Le point d’orgue, et dernière date de celle-ci, fut un show donné le 19 janvier 2001 dans le légendaire stade Maracana de Rio, devant environ 250.000 personnes. Ce concert capté et mixé par le nouveau producteur du groupe, Kevin Shirley, devient le cinquième album live du groupe, le premier avec le nouveau Line-up intégrant les trois guitaristes.

Quelques mois après la sortie du CD, le travail acharné de Steve Harris conduit à la sortie d’un DVD / Blu Ray apportant un témoignage édifiant sur l’ambiance magique de cette soirée et l’incroyable interaction avec un public carioca aux anges. Avant de revenir au contenu musical, quelques remarques sur ce support. Le début du film est fantastique : l’arrivée du groupe au stade en hélicoptère, l’incroyable foule amassée pour les écouter, les décors, la musique d’intro et le riff d’intro joué par Adrian Smith vite rejoint par un groupe déchaîné, Bruce Dickinson en tête avec ses cheveux courts et un nouveau pantalon improbable. La suite du concert ne nous déçoit pas, mis à part un bémol sur la sur-présence de Yanick Gers au détriment des deux autres guitaristes ; l’explication est liée à des problèmes techniques sur les prises de vue de Dave Murray et Adrian Smith, c’est néanmoins dommage car le comportement de poseur du dernier arrivé est difficilement supportable tout au long du film. En dehors de ça, le reste est parfait, notamment les images des fans et bien entendu les décors et le show avec Eddie qui sont au top.

La grande nouveauté par rapport au légendaire Live After Death est la qualité d’enregistrement du public qui chante et réagit sans un instant de répit tout au long du concert, et dont la présence continue apporte une énergie incroyable à l’ensemble. C’est un exploit peu courant d’avoir pu le capter ainsi sans nuire à la clarté de la restitution de la performance du groupe, parfaitement limpide tout du long, les trois guitares se détachant parfaitement les unes des autres (avec un bémol sur certains solos un peu mécaniques de Yanick Gers trop occupé sans doute par son jeu de scène), la batterie ayant un son bien mat et dynamique, les lignes de basse de Steve Harris étant époustouflantes comme il se doit, et Bruce confirmant qu’il avait bien retrouvé tout son brio (ce qui n’est pas un mince exploit tant il bouge dans tous les sens par ailleurs).

La part belle est faite bien évidemment aux titres du dernier opus en date. Après une intro classique épique à souhait (Le "Arthur’s Farewell" de Jerry GOLDSMITH), le riff de "The Wicker Man" nous prend aux tripes et met parfaitement le concert sur les meilleurs rails; ce titre, un tantinet fade sur le disque, prend toute sa dimension en Live. Il en va de même de "Ghost Of The Navigator" dont la superbe intro reprise en chœur par le public colle le frisson. Bruce ose même malicieusement balancer "I Can’t fucking hear you" au public qui donne pourtant tout ce qu’il a ; dantesque ! Et le festival continue avec "Brave New World" qui lui aussi passe parfaitement l’épreuve de la scène avec son intro calme et son refrain répétitif mais addictif. Pour continuer avec cet album, "Blood Brothers" est un des grands moments du concert tant la musique plus calme permet une fantastique interaction avec le public pour un moment totalement magique, magnifiquement orchestré par un Bruce au sommet. "The Mercenary" est heavy à souhait, et se bonifie également sur scène, alors que "Dream Of Mirror", placé au début du disque 2, est le dernier titre du dernier opus interprété, pour 9’38 de voyage sur ce titre très progressif et apprécié du public, mention spéciale à la superbe accélération finale. Un seul petit regret : j’aurais bien aimé que le groupe joue le magnifique "The Nomad", mais ne chipotons pas !

Au rayon des curiosités, on attendait évidemment Bruce au tournant sur les titres de la période Blaze Bailey (grâce lui soit d’ailleurs rendue pour accepter de les interpréter, ce que refusèrent toujours sauf erreur, dans les mêmes circonstances Ozzy et Rob Halford). Seuls deux morceaux sont retenus (ça n’en valait pas plus), mais quels morceaux ! "Sign Of The Cross" tout d’abord est peut-être le meilleur moment du concert : l’atmosphère y est énorme, le chant de Bruce emporte tout et la prestation du groupe est époustouflante de la première à la dernière note, mention spéciale à l’intro chantée avec le public et au fabuleux break central qui prend une dimension dingue sur scène. "The Clansman" est également une pure tuerie : le chant de Bruce est particulièrement émouvant sur l’intro et la dimension épique qu’il apporte tout au long du titre surpasse la version studio. Inutile de vous dire qu’après avoir entendu ces versions, les mêmes chantés par Blaze deviennent difficiles à écouter.

Le reste du show est sans surprise : les classiques du groupe sont alignés et on retrouve avec bonheur "Wratchild", même sur ce titre il manque toujours à Bruce un soupçon de la sauvagerie de Paul Di Anno. Le son du groupe est en revanche absolument mortel sur ce titre. "Two Minutes To Midnight", "The Trooper" et "Hallowed Be Thy Name" sont d’incontournables classiques (mention spéciale au public qui chante les parties de guitare sur ce dernier titre), de même que "The Number Of The Beast" et "Run To The Hill" interprétés plus tard. "The Evil That Men Do", "Fear Of The Dark", "Iron Maiden" et "Sanctuary" viennent brillamment compléter une setlist impressionnante, qui a le mérite de privilégier le dernier disque tout en survolant toutes les périodes antérieures du groupe (seuls No Prayer For The Dying et Somewhere In Time sont oubliés).

Nous tenons un nouveau Live de référence de IRON MAIDEN, témoignage plus que parfait d’une reformation alors en tous points triomphale. Certains préfèrent même cet enregistrement au légendaire Live After Death pour les raisons de présence du public déjà évoquées. Et puis la surabondance d’albums Live dont le groupe est devenu coutumier ensuite n’avait pas encore frappé à l’époque !
Pour toutes ces raisons, il mérite indiscutablement la note maximale.

A lire aussi en METAL par ELK :


IRON MAIDEN
Live After Death (1985)
Miracle à Long Beach

(+ 1 kro-express)



Bruce DICKINSON
The Chemical Wedding (1998)
Noir, profond et accompli


Marquez et partagez





 
   ELK

 
  N/A



- Bruce Dickinson (chant)
- Dave Murray (guitare)
- Adrian Smith (guitare)
- Janick Gers (guitare)
- Steve Harris (basse)
- Nicko Mcbrain (batterie)


- -disque 1
1. Intro (arthur's Farewell)
2. The Wicker Man
3. Ghost Of The Navigator
4. Brave New World
5. Wrathchild
6. 2 Minutes To Midnight
7. Blood Brothers
8. Sign Of The Cross
9. The Mercenary
10. The Trooper
- -disque 2
11. Dream Of Mirrors
12. The Clansman
13. The Evil That Men Do
14. Fear Of The Dark
15. Iron Maiden
16. The Number Of The Beast
17. Hallowed Be Thy Name
18. Sanctuary
19. Run To The Hills



             



1999 - 2024 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod