Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK  |  STUDIO

Commentaires (1)
Questions / Réponses (1 / 3)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Kottak

GREEN DAY - 21st Century Breakdown (2009)
Par GEGERS le 17 Septembre 2009          Consultée 4086 fois

Poursuivant sa saga post-moderne entamée il y a maintenant 5 ans avec un American Idiot le propulsant au sommet des charts mondiaux, GREEN DAY revient avec un second volet d'un opera-rock politico-social, 21st Century Breakdown, réplique quasi-exacte de son prédécesseur.

Si American Idiot constituait une critique « virulente » de la politique Bush sur fond de pop-rock musclée (quelques éléments punk faisant encore leur apparition ci et là), la nouvelle et 7ème offrande des Californiens se veut plus sentimentalo-sociale, narrant en trois actes les nombreux écueils de l'existence rencontrés par les deux protagonistes de l'opera-rock. Tentant d'améliorer une nouvelle fois son travail sur les mélodies qui font mouche, GREEN DAY a donc décidé de tourner définitivement la page du punk de ses débuts, les influences punk ne se retrouvant quasiment pas dans cet opus, à l'exception de quelques riffs plaqués hyper simplistes permettant d'intégrer dans l'album quelques morceaux bouche-trou pas prise de tête et faisant toujours leur petit effet (notamment l'indigent Before the Lobotomy).

Qu'on se le dise une bonne fois pour toutes, le credo de GREEN DAY est maintenant un pop-rock énervé, style dans lequel le groupe n'est malheureusement plus guère convaincant. Alors que American Idiot parvenait à surprendre agréablement grâce à des mélodies bien senties, 21st Century Breakdown voit le groupe s'embourber dans des poncifs entendus et sur-entendus. Comme s'il avait discrètement volé dans les bureaux de sa maison de disque le manuel « 10 règles pour passer à la radio », GREEN DAY propose à la pelle des combinaisons d'accords et de mélodies qui laissent une très désagréable impression de facilité et d'absence créatrice. Que ce soient les singles (Know Your Enemy, 21 Guns), les titres les plus énervés (Christian's Inferno – et ses « wooho » indigestes - , East Jesus Nowhere, Murder City) ou les plus calmes (Last Night on Earth en tête) rien à faire, GREEN DAY donne l'impression d'avoir à tout prix tenté de répéter le succès d'American Idiot en branchant une machine à tubes bien peu efficace. Car si ceux qui découvriront le groupe avec cet album se laisseront sans doute prendre au jeu, les (nombreux) amateurs du combo californien vont quant à eux rapidement repérer l'arnaque.

Ne soyons pas trop sévère, le groupe nous offrant tout de même quelques morceaux sympathiques, à l'image d'un Peacemaker faisant la part belle à la guitare acoustique, sorte de kasaktchok-rock très dansant et original (enfin un peu de nouveauté!). Viva la Gloria (Little Girl) dont l'intro rappelle fortement (un peu trop) un My Chemical Romance (période The Black Parade) se révèle être également une des meilleures compositions d'un album très facile duquel l'on ne retient pas grand chose malgré la simplicité des compositions et l'immédiateté de la grande majorité des refrains.

En voulant à tout prix donner une suite identique au réussi American Idiot, GREEN DAY nous offre de nouvelles compositions qui n'en sont pas réellement, ces dernières sentant dangereusement le réchauffé. Et si la répétition et la simplicité des morceaux sont quelques unes des marques de fabriques du style punk, ces caractéristiques sont bien plus gênantes lorsque l'on évolue dans un pop-rock musclé, style dans lequel beaucoup de choses ont déjà été dites. Ce défaut majeur ne perturbe visiblement pas le public, ce nouvel album des Californiens s'étant classé N°1 dans les charts de nombreux pays. Nous le savons donc maintenant : les porte-monnaie n'ont pas d'oreilles.

A lire aussi en ROCK par GEGERS :


CREEDS CROSS
Third Light (2014)
Piqûre de rappel




RUNRIG
Stepping Down The Glory Road (2013)
Tout est là


Marquez et partagez





 
   GEGERS

 
   STREETCLEANER

 
   (2 chroniques)



- Billie Joe Armstrong (chant, guitare)
- Mike Dirnt (basse)
- Tré Cool (batterie)


1. Song Of The Century
2. 21st Century Breakdown
3. Know Your Enemy
4. ¡viva La Gloria!
5. Before The Lobotomy
6. Christians Inferno
7. Last Night On Earth
8. East Jesus Nowhere
9. Peacemaker
10. Last Of The American Girls
11. Murder City
12. ¿viva La Gloria? (little Girl)
13. Restless Heart Syndrome
14. Horseshoes And Handgrenades
15. The Static Age
16. 21 Guns
17. American Eulogy (mass Hysteria/modern World)
18. See The Light



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod