Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK'N ROLL  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Elvis Presley , Gene Vincent , Jerry Lee Lewis , Eddie Cochran , Buddy Holly , Stray Cats

LITTLE RICHARD - Here's Little Richard (1956)
Par ERWIN le 17 Août 2010          Consultée 1998 fois

Richard Penniman “Little Richard” clame haut et fort être « le grand architecte du Rock’n’roll ». Il faut bien admettre que la personnalité excentrique et totalement incontrôlable du petit Richard est un élément clef des années cinquante. Son aspect visuel tout d’abord : une pompadour dégoulinante de gomina, une manière de jouer du piano tout aussi agressive que celle du « killer » Jerry Lee Lewis, je dirais même encore plus explosive. Il va conduire la musique populaire à des extrémités jusqu’alors inconnues. Il est en cela le parrain de tous les excités du Rock… Ouais, ça en fait du monde ! Son homosexualité rapidement assumée en fait le paria de sa famille et un des tous premiers rebelles sociaux de l’histoire. Imaginez être noir, homosexuel et rock star en 1956 !

Sa rencontre avec le producteur Robert Blackwell va précipiter la création de certains des plus grands standards du Rock’n’roll. "A-wop-bop-a-loo-bop-a-lop-bam-boom!", telle est l’intro légendaire de l’un des plus grands titres de l’histoire, composé par les deux compères. « Tutti Frutti » est cet immortel classique. Il est aujourd’hui en tête des polls de musique les plus divers. Elvis en fera un des ses tubes et la quasi-totalité des grands du Rock l’ont reprise. Au hasard et dans le désordre Queen, MC5, Elton John ou Sting l’ont reprise et lui ont redonné vie et modernité à chaque fois. Une postérité telle que tout le monde a au moins fredonnée une fois dans sa vie la célèbre introduction. Mais c’est Pat Boone, alors « teenage idol » bien pensante et communément acceptée par la bonne société d’alors qui porta le titre au sommet des charts en 1956 et lui donne ses titres de noblesse.

L’album de Little Richard est bourré jusqu’à la gueule de tubes sacrés. « Rip It Up » et « Ready Teddy » seront peu de temps après repris par Elvis et connaîtront un succès foudroyant, mais les versions originales de Little Richard valent leur pesant de cacahouètes, toutes de générosité et d’intensité.

C’est “Long Tall Sally” qui va porter les espoirs d’une communauté noire alors franchement encore sous le joug d’un racisme éhonté aux Etats-Unis, il atteindra les sommets des charts. Le titre, sublime, sera aussi repris par Elvis sur son deuxième album. C’est cette chanson qui va permettre à Richard d’accéder à la notoriété. Cette reconnaissance sera suivie de la sortie en single de « Jenny Jenny » qui marchera très fort, mais dont la postérité n’est toutefois pas à la hauteur des autres classiques.

Ce premier album est une vraie mine d’or : le mid tempo « Miss Ann » provoque pulsions chaloupées et plaisir immédiat, son aspect rythm’n’blues est une vraie tuerie. « Slippin and Sliddin » ré accélère le rythme avec une intervention très à propos des cuivres. Enfin, il multiplie les trémolos vocaux endiablés sur « She’s Got It », un véritable maelström sonique pour 56.

C’est son tempérament de feu et une propension toute personnelle à accélérer les tempos qui va donner à Little Richard toute sa spécificité. Sa manière de jouer du piano n’est pas si différente de celle de Fats Domino, mais son agressivité la rend unique, et va transcender les aspects sociaux du Rock. La jeunesse blanche va prendre fait et cause pour lui, tout comme elle soutiendra Chuck Berry ou James Brown peu de temps après. En conclusion, un skeud incontournable qui doit faire partie de votre discothèque.

A lire aussi en ROCK'N ROLL par ERWIN :


Elvis PRESLEY
King Creole (1958)
Grand film, grande bo




Sleepy LABEEF
The Legendary Sun Classics (1980)
Le boeuf dormeur


Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
  N/A



- Little Richard (chant, piano sauf 5 et 9)
- Lee Allen (tenor sax sauf 2 et 12)
- Alvin 'red' Tyler (bariton sax sauf 2 et 12)
- Frank Fields (basse sauf 2 et 12)
- Earl Palmer (batterie sauf 2 et 12)
- Edgar Blanchard (guitare sauf 1, 2, 5, 9 et 12)


1. Tutti Frutti
2. True Fine Mama
3. Can’t Believe You
4. Ready Teddy
5. Baby
6. Slippin And Sliddin
7. Long Tall Sally
8. Miss Ann
9. Oh Why
10. Rip It Up
11. Jenny Jenny
12. She’s Got It



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod