Recherche avancée       Liste groupes



      
PUNK CELTIQUE  |  STUDIO

Commentaires (2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style + Membre : Berurier Noir

Les RAMONEURS DE MENHIRS - Amzer An Dispac'h (2010)
Par GEGERS le 13 Août 2010          Consultée 4851 fois

Le Temps de la Révolte. Voici la traduction française de ce deuxième opus des RAMONEURS DE MENHIRS. Car si nombre d'artistes peinent à donner un sens à leur musique, ce n'est pas le cas des Bretons qui font de cette dernière un support leur permettant d'exprimer leurs revendications et leurs griefs envers les pouvoirs en place. Certes, le groupe ne réinvente rien, et le punk s'étant toujours fait le représentant des « petits » et des « autres », mais la touche celtique de celui pratiqué par le quatuor possède cette originalité qui fait qu'on l'écoute. Est-ce l'utilisation du biniou, prédominant et envahissant, le chant en langue bretonne ou l'efficacité des riffs tranchants de la guitare de Loran, ex-Bérurier Noir ? Difficile à dire, mais une chose est sûre : Les RAMONEURS font mouche !

N'offrant que peu de moments de répit, Amzer An Dispac'h se veut un brûlot altermondialiste, en faveur de l'autonomie des peuples et défendant « la culture du cœur plutôt que la culture du fric ». En témoigne ce « Oy! Oy! Oy! » introductif, rageur et épousant totalement l'esprit punk des années 70. Un refrain efficace et persistant vient soutenir ce que le groupe présente lui-même comme le « cri de guerre de la Bretagne libre », rien de moins. Un cri repris joyeusement par les amoureux des spécificités régionales et de la variété des cultures, qu'ils soient Bretons, Corses, Limousins ou Picards ! Car c'est aussi ce qui fait la forces des RAMONEURS : bien que traitant essentiellement de leur région de cœur, la Bretagne, leur message trouve un écho chez chaque personne se sentant citoyenne du monde, mais avant tout de sa région. Le groupe ne se fait d'ailleurs pas nombriliste puisqu'il consacre un des meilleurs titres de cet opus, « Ya'at'eeh », dédié à Léonard Peltier, militant amérindien incarcéré depuis 1976. Parsemé de chants indiens, ce morceau à la rythmique et à la ligne vocale répétitives, s'impose rapidement grâce une nouvelle fois à cette symbiose palpable entre la guitare résolument punk et les instruments bretonnants traditionnels.

Si les reprises étaient prédominantes sur Dañs An Diaoul, elles ne sont ici qu'au nombre de trois, et de folle belle facture : « La Blanche Hermine », classique de Gilles Servat, se voit ici arrangée à la sauce RAMONEURS pour un résultat enivrant. « If the Kids Are United » (Sham 69) et « Tromatism » se font plus respectueuses dans l'esprit, elles en restent néanmoins intéressantes et offrent une variété bienvenue à l'opus.

Les RAMONEURS parviennent également à surprendre avec les intonations reggae d'un « Marijanig », pamphlet en faveur de la dépénalisation du cannabis. « Dépénalisons-là, roulons-la la ganja », nous chante un Maurice Jouanno visiblement habité, bien accompagné de Louise Ebrel, fille d'une des soeurs Goadec qui participait déjà à l'album précédent.

Et c'est avec l'excellent « Breishistañs » que s'achève cet opus haut en couleurs. Punk rageur à la rythmique enjoué, il se veut quasi-intégralement instrumental, si l'on excepte les « Sarkozy Breizhistañs » scandés à l'envie et qui ne laissent que peu de doute sur la teneur thématique du morceau. Tout comme le chef de l'Etat, Monsanto en prend pour son grade dans ce titre long et épique (toutes proportions gardées vu le style pratique), marqué par de nombreuses cassures rythmiques, et qui s'impose comme la conclusion parfaite d'un album tenant la dragée haute à son prédécesseur déjà fort recommandable.

Avec Amzer An Dispac'h, Les RAMONEURS DE MENHIRS se font le porte-voix des minorités aux tendances anarchistes à travers un punk celtique musicalement irréprochable. Malgré l'âge plus ou moins avancé de ses membres, le groupe fait preuve d'un enthousiasme réfléchi et communicatif qui ne peut laisser indifférent. Le temps de la révolte est arrivé, et les RAMONEURS en sont les porte-drapeau !

A lire aussi en PUNK-ROCK par GEGERS :


The REAL MCKENZIES
Shine Not Burn (2010)
Les real mckenzies brillent mais ne brûlent pas




Les RAMONEURS DE MENHIRS
DaÑs An Diaoul (2007)
Crête et biniou font bon ménage

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez





 
   GEGERS

 
   JOVIAL

 
   (2 chroniques)



- Eric Gorce (bombarde)
- Richard Bevillon (biniou)
- Maurice Jouanno (chant)
- Loran (guitare)


1. Unnek Gwezh
2. Oy ! Oy ! Oy !
3. La Blanche Hermine
4. Menez Unan
5. Tamm Kreiz
6. Menez Daou
7. If The Kids Ar United
8. Marijanig
9. Ya'at'eeh
10. Auschwitz Planète
11. Breizhistañs



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod