Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style + Membre : Marillion

FISH - Suits (1994)
Par MARCO STIVELL le 31 Octobre 2010          Consultée 1773 fois

Lorsque Suits paraît en 1994, Derek Dick alias FISH n'est déjà plus le super-chanteur-génial-qui-fait-tout-mieux-que-le-Marillion-sans-lui pour beaucoup. Son image est considérablement entachée aux yeux de pas mal de gens, notamment à cause de son album de reprises Songs From the Mirror sorti l'année précédente (je précise que même si je n'aime pas vraiment ce disque, je ne fais pas partie de ceux-là !) Comment le poisson va-t-il retomber dans l'eau sans faire trop d'éclaboussures ?

La réponse est... Ben vous le verrez par vous même en l'écoutant ! Ah, vous voulez quand même savoir ? Très bien, mais je vous aurai prévenu. Si je n'ai pas beaucoup aimé Songs From the Mirror, Suits, qui est pourtant le premier album de FISH en solo que j'ai découvert, ne vaut guère mieux selon moi. Sans vouloir être trop sévère, c'est un peu le genre d'albums où l'artiste tente de prouver quelque chose (comme si il en avait besoin...), si possible en mettant la patate au niveau des compositions, des arrangements, mais où la sauce ne prend malheureusement pas ou peu. Ce n'est pas le cas de grands disques comme le The Lamb Lies Down on Broadway de Genesis ou le Love Over Gold de Dire Straits. Mais des disques comme Suits, ce n'est pas courant, tant mieux ou pas, à chacun de décider. Personnellement je trouve que FISH a bien fait de faire ce disque comme tous ses autres d'ailleurs, mais le problème est qu'au final, l'ensemble ne séduit pas autant qu'il aurait pu le faire, un peu comme si quelqu'un (les fans ?) avait lancé une malédiction et fait en sorte de mettre FISH dans la galère après Internal Exile, même si la période Suits passée, ça ne durera pas et que l'artiste atteindra avec certaines de ses oeuvres futures des sommets plus hauts que Vigil in a Wilderness of Mirrors.

Mais pour l'heure, on a ce Suits qui se balance dangereusement sur un fil tel un funambule maladroit. Cela commençait pourtant bien avec un "Mr 1470" retentissant, un "Lady Let it Lie" émouvant (de jolis choeurs féminins sont employés) et un "Emperor's Song" enjoué qui aurait, comme le précédent morceau, pu faire un bon tube. Seulement après ces trois-là, c'est nettement plus compliqué. Le fait est ,que après la parenthèse légère de Songs From the Mirror, on dirait que FISH a tenté de s'essayer à un exercice de chansons dotées d'un squelette imposant, tout de même fragile et qui se veut quand même fort tout en essayant de communiquer de manière simple. Par cette phrase, comprendre qu'aucune composition de Suits ne descend sous la barre des cinq minutes, ce qui laisse supposer, et c'est effectivement le cas, que malgré leur structure classique couplet-refrain-pont, etc, elles tentent toutes de paraître denses, à cause de leur durée (avec souvent des développements finals si étirés qu'ils peuvent être qualifiés d'audacieux), mais aussi de leur emballage assez consistant, plus que ça même parfois, garni de sons venus parfois on ne sait où... Par exemple, contrairement à celui de "No Dummy" et "Fortunes of War", le saxophone de "Jumpsuit City" présent dans les trois cent milles bruitages de la "fin" (si on peut parler ainsi tant elle est longue, à l'instar de celle d'autres titres) n'est pas crédité. Peut-être est-il samplé, et pourtant il fait très vrai, surtout quand on écoute le disque au casque.

Ceci dit, si on prend le cas de ces quelques titres "chargés" et dont la fin semble parfois interminable - je pense en particulier à "No Dummy", déjà que le reste du morceau est tout juste sympathique - on trouve aussi de très bonnes idées comme le refrain de "Jumpsuit City", le début de "Raw Meat" qui évoque "A Gentleman's Excuse Me", la petite ligne de piano toute simple de "Fortunes of War", quelques airs de "Bandwagon" (morceau écrit par l'ensemble du groupe), et surtout le riff de guitare 12 cordes de "Pipeline" réalisé par Robin Boult - sans doute le meilleur titre de l'ensemble -. On irait même jusqu'à se dire que tous ces morceaux auraient été peut-être encore meilleurs si leur "peau" avait été plus fine, et leur durée moins conséquente. On sent que FISH a dû s'amuser à chanter certains d'entre eux, à commencer par "Somebody Special" et "Bandwagon", mais malheureusement ils restent associés à des musiques que je me contenterai de qualifier de pas vraiment passionnantes. Pour couronner le tout, la version remasterisée propose deux morceaux bonus, dont un "Black Canal" qui développe une ambiance poisseuse et intéressante sur plus de neuf minutes mais qui a de la peine à surpasser les autres titres de l'album... Le comble à ce titre reste le folkisant et enjoué "Out of my Life" qui bien qu'excédant à peine les trois minutes se révèle être le meilleur de tous ! Une vraie petite perle que ne devraient pas renier les amateurs de "The Company" et "Internal Exile", comme FISH en a fait trop rarement.

Un album au final pas inintéressant mais qui peine diablement à convaincre tout de même. Il marque cependant la fin d'une période un peu "creuse" (bien que comportant ses qualités, un groupe plutôt soudé entre autres) dans la carrière de l'artiste, et comme on le sait, plus rien ne sera comme avant...

A lire aussi en ROCK par MARCO STIVELL :


REM
Lifes Rich Pageant (1986)
Le meilleur des années I.R.S.




Bruce SPRINGSTEEN
Chapter And Verse (2016)
Le boss. le seul, l'unique.

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Fish (chant)
- David Paton (basse, choeurs)
- Foss Patterson (claviers, choeurs)
- Frank Usher (guitares)
- Robin Boult (guitares)
- Kevin Wilkinson (batterie, percussions)
- James Cassidy (claviers additionnels)
- Lorna Bannon (choeurs)
- Danny Campbell (choeurs)
- Le Know Academy Senior Choir (choeurs)
- Ken Johnson (direction du choeur)
- Bill Gilles (saxophone)
- Marc Duff (flûtes, whistles)
- Charlie Mckerron (fiddle)
- Fraser Spiers (harmonica)
- David Murray (cornemuse écossaise)


1. Mr 1470
2. Lady Let It Lie
3. Emperor's Song
4. Fortunes Of War
5. Somebody Special
6. No Dummy
7. Pipeline
8. Jumpsuit City
9. Bandwagon
10. Raw Meat
11. Black Canal (bonus)
12. Out Of My Life (bonus)



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod